BCT : Un déficit commercial de 4.308 MDT

Les échanges commerciaux se sont soldés, à fin avril 2017, par un déficit commercial de 4.308 MDT (FOB-FOB)2 contre 3.303 MDT une année auparavant. Cette nouvelle détérioration découle de l’accentuation des évolutions disparates des exportations et des importations. En effet, les exportations ont enregistré une hausse de 8%, tirée par le secteur d’offshore (hausse de +13,4%) contrastant avec le comportement des autres secteurs (du régime général), qui ont accusé une baisse de 6,6% émanant notamment de la contre performance des secteurs énergétique (-18,2%) et minier (-30,3%). En revanche, le rythme de progression des importations s’est accéléré durant ladite période (+13,8% contre +1,4% une année auparavant), soutenu notamment par la hausse des importations des produits énergétiques (+19,8%) et de consommation (+15%).

Du côté des recettes touristiques, elles ont enregistré, à fin avril 2017, une faible progression de 5,2%, comparativement à une hausse de 46,4% des entrées des non-résidents. Avec seulement un total de 491 MDT, les recettes touristiques demeurent ainsi loin en deçà des réalisations de 2015, qui ont été de 783 MDT3.

Egalement, les revenus du travail ont enregistré une hausse modérée de 4,3% (1.155 MDT contre 1.107 MDT une année auparavant).

Dans ce contexte, le creusement du déficit de la balance courante s’est poursuivi pour atteindre -4.011 MDT (ou -4,1% du PIB) contre -3.037 MDT à fin avril 2016 (-3,4% du PIB). A ce rythme, et en l’absence de mesures correctrices, le déficit risque de se situer, pour toute l’année 2017, à des niveaux supérieurs à ceux enregistrés par le passé avec des conséquences négatives sur les réserves de changes et les ratios de l’endettement extérieur.

Le solde de la balance générale des paiements s’est établi ainsi à 530 MDT contre -3.027 MDT au cours de la même période de l’année précédente. L’amélioration du ce solde est dû à des flux de recettes en devises suite, notamment, à la mobilisation d’un emprunt obligataire sur le marché financier international pour 850 millions d’euros, et le renforcement des investissements directs étrangers (524 MDT contre 449 MDT une année auparavant).
La situation des paiements extérieurs continue à se traduire par une érosion des réserves de changes. Ces derniers sont revenus de 12.935 MDT (ou 111 jours d’importation) à fin 2016 à 12.557 MDT (ou 104 jours) en avril 2017.

Les tensions sur le taux de change du dinar se sont intensifiées sensiblement, depuis la deuxième quinzaine du mois d’avril 2017, en induisant une dépréciation importante du dinar vis-à-vis des principales devises. Comparativement à son niveau de fin mars 2017, le dinar a enregistré, sur le marché interbancaire, du 1er au 22 mai 2017, une dépréciation moyenne de 7,5% vis-à-vis du l’euro et de 5,1% vis-à-vis du dollar américain, contre une dépréciation de seulement 0,6% (contre les deux devises) une année auparavant.

L’accentuation récente du déficit commercial a amplifié les pressions à la dépréciation du dinar sur le marché interbancaire, qui est structurellement déficitaire. Du 1er au 20 mai 2017, les importations se sont accélérées sensiblement et d’une manière quasi-généralisée. La poursuite de ce rythme de progression des importations risque de maintenir le taux de change du dinar sous tension, rendant sa gestion à travers les interventions sur le marché des changes une tâche de plus en plus compliquée. Dans ce contexte, et en vue d’atténuer les fluctuations excessives de la valeur du dinar, la BCT a procédé à la mobilisation des ressources en devises disponibles pour améliorer la liquidité du marché des changes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here