samedi, mars 6, 2021

Bourses européenne: toujours volatile à cause de la Covid 19

Dans la même catégorie

Allemagne: Hausse plus forte que prévu des commandes à l’industrie en janvier

Les commandes à l'industrie allemande ont augmenté deux fois plus que prévu en janvier, la forte demande étrangère ayant...

Bourses européennes: Nouveau recul des actions malgré le dynamisme de l’emploi US

Les Bourses européennes ont terminé dans le rouge vendredi, les chiffres meilleurs qu'attendu de l'emploi aux Etats-Unis n'ayant pas...

Les Bourses européennes ont fini dans le rouge en attendant Powell, le CAC 40 inchangé

A l'exception de Paris, les principales Bourses européennes ont fini en baisse jeudi dans l'attente du discours que doit...

Bourses européennes: Des indicateurs US décevants freinent la hausse des actions

Les Bourses européennes ont terminé en ordre dispersé mercredi et loin de leurs plus hauts du jour tandis que...

Luis de Guindos: L’inflation en zone euro devrait dépasser les prévisions en 2021

Il est clair que l'inflation dans la zone euro dépassera les prévisions de la Banque centrale européenne (BCE) cette...

Les Bourses européennes ont fini en baisse vendredi, les inquiétudes liées au nouveau coronavirus ayant donné lieu à des prises de bénéfices malgré l’amélioration de la conjoncture économique.

Les volumes, traditionnellement plus faibles avec le début des vacances estivales, l’ont été d’autant plus que Wall Street est restée fermée pour un week-end prolongé pour cause de fête nationale.

À Paris, le CAC 40 a perdu 0,84% à 5.007,14 points et dans des volumes représentant environ 43% de la moyenne quotidienne des 90 derniers jours.

Le Footsie britannique a reculé de 1,33% et le Dax allemand a cédé 0,64%.

L’indice EuroStoxx 50 a abandonné 0,77%, le FTSEurofirst 300 a cédé 0,95% et le Stoxx 600 a fini en baisse de 0,78%.

Sur la semaine, le Stoxx 600 et le CAC ont gagné quasiment 2% chacun.

Les PMI définitifs chinois et en zone euro se sont ajoutés ce vendredi aux nombreux indicateurs économiques plaidant pour une amélioration de la conjoncture. Mais ils n’ont toutefois pas suffi à entretenir le mouvement haussier de la veille quand l’Europe gagnait plus de 2%.

Au-delà de la fermeture de Wall Street, la prise de risque a été en effet limitée en Europe par la flambée des nouvelles infections au coronavirus aux Etats-Unis, où un record a été à nouveau recensé jeudi avec plus de 55.000 cas.

VALEURS
Parmi les plus fortes baisses sectorielles du jour, l’indice Stoxx des matières premières a cédé 1,49%, celui de l’automobile a perdu 1,45% et celui des banques 1,33%.

Du coté du CAC 40, Vivendi, Michelin, Carrefour et PSA ont lâché plus de 2%.

Meilleure performance du Stoxx 600, EDF a pris 5,63% après avoir relevé sa prévision de production d’électricité nucléaire pour cette année.

A Francfort, le spécialiste de la livraison de repas Delivery Hero a gagné 4,74% après un quasi-doublement de son chiffre d’affaires au deuxième trimestre.

CHANGES
Les variations ont été limitées sur le marché des changes où le dollar recule légèrement face un panier de six autres devises internationales et l’euro est stable, à 1,124 dollar., “La performance de la paire euro/dollar reflète l’humeur des marchés, qui ont été indécis cette semaine avec des raisons d’optimisme et de prudence. D’une part, l’activité économique donne des signes de reprise qui pourrait être plus rapide que certains ne l’avaient prévu. Il est également vrai qu’une recrudescence du nombre d’infections laisse entrevoir la possibilité d’une deuxième vague qui entraverait la vitesse de la reprise”, a résumé Ricardo Evangelista, analyste senior chez ActivTrades.

TAUX
Outre la baisse des actions, l’aversion pour le risque s’est illustrée par le recul des rendements obligataires. Le dix ans allemand est tombé en séance à -0,43% contre un pic de trois semaines la veille, à -0,382%, consécutif aux bonnes surprises de l’emploi américain.

Les analystes d’ING s’attendent à ce que le rendement du Bund allemand tombe à -0,50% à court-terme – un niveau auquel il n’est pas revenu depuis mai – évoquant l’aggravation de la crise sanitaire aux Etats-Unis.

PÉTROLE
Les cours pétroliers reculent, la résurgence de l’épidémie de coronavirus aux Etats-Unis faisant craindre un impact négatif sur la demande, qui se remet tout juste de la crise.

Le Brent recule de 1% à 42,71 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 1,18% à 40,17 dollars.

Articles récents

Kais Saied renouvelle ses félicitations au Groupe Telnet

Le président de la République, Kais Saied, a renouvelé, jeudi, ses félicitations au Groupe Telnet, qui a réussi à...

A lire également