samedi, décembre 5, 2020

3e édition du Forum Africain sur la STI : miser sur la science, la technologie et l’innovation pour doper le secteur privé et la transformation socio-économique en Afrique

Dans la même catégorie

Etats-Unis: Les créations d’emplois déçoivent, le taux de chômage baisse

Les créations d’emplois aux Etats-Unis sont tombées en novembre à leur plus bas niveau en six mois sur fond...

L’Opep+ se rapproche d’un compromis sur sa production pétrolière

Les discussions entre l’Opep et la Russie, qui s’étaient interrompues lundi sur un constat d’échec, se sont rapprochées d’un...

L’OCDE prévoit une amélioration des perspectives économiques mondiales

Les perspectives de l’économie mondiale s’éclaircissent dans un contexte marqué par l’arrivée attendue des premiers vaccins contre le coronavirus...

L’Opep+ doit choisir entre prolonger les restrictions et augmenter l’offre

Les pays membres de l’Opep+ vont débattre ce lundi et mardi de l’intérêt de prolonger d’au moins trois mois...

Chine: L’activité manufacturière a progressé à un rythme record en 3 ans

L’activité du secteur manufacturier en Chine a progressé en novembre à un rythme record en plus de trois ans,...

La troisième édition du Forum africain sur la science, la technologie et l’innovation (dit “Africa STI Forum” en anglais) se tient du 10 au 12 février 2018 au Caire, en Égypte. Co-organisé par la Banque africaine de développement et le gouvernement égyptien, l’événement bénéficie également du soutien de la République de Corée du sud, du Japon et d’autres partenaires.

La quatrième révolution industrielle est aujourd’hui en marche, fusionnant les technologies et brouillant les frontières entre sphères physique, numérique et biologique.

Forte de ce constat, cette 3e édition du Forum africain sur la STI met l’accent sur l’importance de la recherche pour favoriser l’innovation et des biens et services exploitables, en misant sur le secteur privé dans cinq domaines : changement climatique, nutrition, eau, TIC et industrie pharmaceutique –– cinq domaines sélectionnés car ils offrent des opportunités tangibles de transformation économique en Afrique.

Objectif : assurer une croissance économique et doper la compétitivité du secteur privé africain en recourant à la science, aux technologies et à l’innovation. Ce, en incitant les pays du continent à investir davantage dans la recherche, l’enseignement supérieur et les sciences, afin de bâtir une économie du savoir et de ne pas rater le train de la nouvelle révolution industrielle en marche.

Espace d’échanges et de promotion du savoir, le Forum STI permet une large diffusion des connaissances et technologies les plus récentes, des meilleures pratiques tant à l’échelle régionale que mondiale, outre promouvoir l’entrepreneuriat dans l’enseignement supérieur ainsi que dans les sciences et les technologies. Les dirigeants politiques et autres décideurs – actuels et futurs – africains ont là l’occasion d’esquisser, ensemble, une feuille de route commune pour intensifier la place des sciences, des technologies et de l’innovation sur le continent africain.

Outre de nombreux ministres africains chargés de l’Enseignement supérieur, des Sciences et des Technologies, le Forum STI réunit différents acteurs des secteurs public et privé, des scientifiques, des chercheurs, des inventeurs – dont de nombreux jeunes – et des partenaires de la coopération pour le développement.

Le tout premier Forum STI a eu lieu au Kenya en 2012. Il a relié les efforts STI en Afrique aux processus mondiaux de développement durable en mettant en évidence certains des principaux problèmes rencontrés par la région dans la préparation du sommet Rio + 20. Il a également inspiré la Stratégie du capital humain 2014-2018 de la Banque et a catalysé le développement de divers profils de pays et instruments de politique en matière de STI.

Le second Forum a eu lieu au Maroc en 2014. Il a réuni 19 ministres de l’éducation, de la science, de la technologie et de l’innovation, 300 participants, et élargi le partenariat à 21 organisations internationales. Il s’est concentré sur l’évaluation de la situation actuelle des STI en Afrique, la promotion de l’innovation, la présentation des meilleures pratiques mondiales. Le forum a généré divers produits de connaissance et a souligné l’importance des partenariats stratégiques dans les domaines de la science, de la technologie et de l’innovation. Depuis lors, la Banque a approuvé divers projets STI dans des pays tels que l’Angola (2015), l’Afrique du Sud (2016), la Tunisie (2017) et des projets régionaux dans la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et ceux de la Communauté des Etats d’Afrique de l’Est (EAC) en 2016.

Source : BAD

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

L’Union européenne approuve le budget 2021 mais attend un geste de Varsovie et Budapest

Les Etats membres de l’Union européenne et le Parlement européen ont approuvé vendredi le projet de budget du bloc...

Etats-Unis: Les créations d’emplois déçoivent, le taux de chômage baisse

Les créations d’emplois aux Etats-Unis sont tombées en novembre à leur plus bas niveau en six mois sur fond de reprise de l’épidémie de...

Les Bourses européennes ont terminé en hausse, Les espoirs de relance aux USA reprennent l’avantage

Les Bourses européennes ont terminé en hausse vendredi, les chiffres inférieurs aux attentes de l’emploi aux Etats-Uni ayant renforcé les attentes de nouvelles mesures...

INS – Enquête : 37,2% des entreprises tunisiennes risquent de fermer définitivement dans les conditions actuelles

37,2% des entreprises tunisiennes exerçant pendant le 3ème trimestre 2020, ont déclaré être confrontées au risque de fermer définitivement, dans les conditions actuelles, c'est...

L’Opep+ relève sa production de 500.000 bpj à partir de janvier

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés, désignés sous le nom d’Opep+, ont accepté d’augmenter leur production de pétrole de 500.000 barils...

Dans la même catégorie