samedi, septembre 19, 2020

Afrique :  Malgré quelques remous au T2-18, la situation financière extérieure s’améliore

▪ L’activité régionale semble avoir fini sa phase d’accélération ▪ Ceci s’explique par une conjoncture internationale légèrement moins porteuse

Dans la même catégorie

La Bourse de New York clôture en baisse, 3e semaine de repli pour le Nasdaq et le S&P 500

Entre prises de bénéfices et remontée des inquiétudes relatives à la pandémie de coronavirus, la Bourse de New York...

Trois femmes en lice sur cinq candidats pour diriger l’OMC

Trois femmes, dont deux africaines, ont atteint le deuxième tour du processus de sélection visant à choisir le prochain...

Eurostat: la Chine est devenue le premier partenaire commercial de l’Union européenne au cours des sept premiers mois de cette année

La Chine est devenue le premier partenaire commercial de l'Union européenne au cours des sept premiers mois de 2020,...

USA: La croissance des ventes au détail ralentit en août

Le rebond des ventes au détail aux Etats-Unis a encore perdu de l'élan en août avec une croissance inférieure...

Banque mondiale : la pandémie pourrait annuler les progrès obtenus sur le front du capital humain au cours des dix dernières années

La pandémie de COVID-19 menace de réduire à néant les progrès durement obtenus au cours de la dernière décennie...

La croissance Africaine pour 2018 et 2019 est toujours attendue à un niveau supérieur à celle de 2017 (4 % vs. 3,5 % l’année dernière). Toutefois la plupart des indices des directeurs d’achat de la région sont en baisse depuis avril ou mai. En Afrique du Sud, ils suggèrent même une contraction de l’activité à venir.

Cette décélération semble cohérente avec un moindre dynamisme des moteurs de croissance externes. En effet, depuis T2-18 : i) le prix de la plupart des matières premières s’est stabilisé (pétrole, coton) ou a baissé légèrement (métaux, café) et ii) l’activité chez les principaux partenaires commerciaux de l’Afrique (zone Euro : plus de 25 % des exportations totales ; Chine : environ 15 %) ralentit. Parallèlement, le redémarrage des moteurs de croissance internes reste lent, avec une croissance du crédit au secteur privé qui demeure globalement inférieure aux tendances historiques. Les secteurs bancaires régionaux restent toujours fragilisés par des niveaux de créances douteuses élevés.

Les comptes financiers extérieurs régionaux reflètent le passage à une conjoncture moins favorable. Premièrement, après avoir enregistré en mars 2018 son 1er excédent commercial depuis début 2014, le continent dans son ensemble enregistre depuis une nouvelle détérioration de sa balance commerciale. Deuxièmement, du fait du resserrement des conditions monétaires internationales, les pays Africains ont fortement réduit leur recours aux marchés de capitaux (environ 8 Mds EUR émis entre avril et août contre 13 Mds EUR d’émissions au T1-18).

Plusieurs devises de la région se sont également dépréciées face à l’USD, que ce soit en raison de facteurs internes (Zambie : chute des prix du cuivre et forte hausse de la dette publique ; Tunisie : pressions persistantes sur la balance courante) ou de facteurs externes (Afrique du Sud – et devises liées : Botswana, Namibie, Swaziland et Lesotho – principalement en raison d’effets de contagion liés à la forte dépréciation de la devise turque).

La détérioration « conjoncturelle » enregistrée par certains pays ne doit pas masquer l’amélioration globale des situations financières extérieures sur la région, illustrée par la réduction légère mais continue du déficit courant moyen des pays du continent (3,5 % du PIB en 2018 vs. 6 % en 2016 et 4 % en 2017). En outre, les institutions financières internationales maintiennent un appui considérable (plusieurs programmes FMI sont en cours de discussion avec des pays vulnérables : Angola, Guinée Equatoriale). Enfin, les réserves de changes dans la plupart des pays d’Afrique continuent de croître, par exemple dans les zones Franc CFA, dont les ancrages à l’euro ne semblent pas devoir être remis en cause à court / moyen terme.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

GAT ASSURANCES plébiscite ses 100 meilleurs conducteurs, par l’octroi à chacun d’une carte carburant AGIL d’une valeur de 500 DT

Toujours innovante et socialement responsable par ses actions en faveur de la Prévention Routière, GAT ASSURANCES, partenaire officielle de...

Les principales Bourses européennes dans le rouge pour finir la semaine, les banques et les transports pèsent

Les principales Bourses européennes ont terminé la séance de vendredi dans le rouge, pénalisées notamment par les banques et le secteur des transports et...

La Bourse de Tunis clôture la semaine du 14 Septembre en territoire négatif

Le Tunindex recule de 0,26% pour finir à 6 881,57 points. Le Tunindex 20 perd 0,40% à 2 996,74 points, Le volume drainé courant...

La Bourse de New York clôture en baisse, 3e semaine de repli pour le Nasdaq et le S&P 500

Entre prises de bénéfices et remontée des inquiétudes relatives à la pandémie de coronavirus, la Bourse de New York a fini dans le rouge...

Caixabank crée la plus grande banque d’Espagne en rachetant Bankia

Caixabank a annoncé vendredi l’acquisition de Bankia, contrôlée par l’Etat espagnol depuis son sauvetage en 2012, pour 4,3 milliards d’euros dans le cadre d’une...

Dans la même catégorie