vendredi, mars 5, 2021

Axa IM: La relance budgétaire à l’économie américaine risque d’être un casse-tête pour la Fed

Dans la même catégorie

Pétrole: L’Opep+ prolonge pour l’essentiel sa baisse de production

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés, réunis au sein du groupe Opep+, sont convenus jeudi de...

La pandémie de Covid-19 rend l’exercice de prévision économique particulièrement difficile, et ce, pour deux raisons au moins

Tout d’abord, la qualité des prévisions – soit l’erreur de prévision observée – dépend très fortement des hypothèses relatives...

Wall Street: La Bourse de New York ouvre dans le désordre, pause sur les rendements

La Bourse de New York évolue en ordre dispersé vendredi dans les premiers échanges au lendemain d'une forte baisse...

USA: Rebond des dépenses de consommation en janvier

Les dépenses de consommation des ménages aux États-Unis ont fortement rebondi en janvier, grâce à des aides financières accordées...

USA: Net recul des inscriptions hebdomadaires au chômage à 730.000

Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont diminué plus fortement qu'attendu aux Etats-Unis la semaine dernière, à 730.000 contre 841.000...

Le nouveau plan de soutien à l’économie américaine que s’apprête à dévoiler Joe Biden devrait être bien accueilli par la Réserve fédérale mais il pourrait à terme lui poser des problèmes, dit-on chez Axa Investment Managers.

Le président élu doit présenter jeudi les contours d’un nouveau plan de relance qui se chiffrera selon lui en milliers de milliards de dollars et dont l’adoption ne fait guère de doute, les démocrates contrôlant désormais les deux chambres du Congrès.

Le président de la Fed, Jerome Powell, ayant appelé de ses voeux un effort budgétaire supplémentaire, il devrait s’en réjouir, les conditions économiques étant appelées à se dégrader davantage au vu de l’évolution de la situation sanitaire, écrit Gilles Moëc, chef économiste de la branche de gestion d’actifs de l’assureur français, dans une note publiée lundi.

La Fed pourrait cependant être confrontée ensuite à un casse-tête si le nouveau plan parvenait à effacer totalement les dégâts causés par la « deuxième vague » de la pandémie ajoute-t-il.

La banque centrale a en effet promis de demeurer extrêmement accommodante tant que l’environnement économique restera dégradée mais elle pourrait changer son fusil d’épaule pour accompagner un éventuel rebond, argumente-t-il.

Rien n’indique ainsi qu’elle augmenterait le rythme de ses achats d’actifs à un moment où l’offre d’emprunts d’Etat américains s’intensifierait, selon l’économiste.

« Nous nous attendons à voir la pression des marchés sur la Fed culminer au moment où l »immunité collective’ sera enfin atteinte, permettant un rebond économique spectaculaire, bien que transitoire », écrit Gilles Moëc.

Si les mesures budgétaires déjà votées et celles en préparation ne parvenaient pas à amortir totalement le choc de la « deuxième vague », la Fed aurait la possibilité d’assouplir encore sa politique, poursuit-il.

« Toutefois, si le soutien accru absorbait totalement les dégâts économiques de la pandémie, en sachant qu’il sera probablement déployé à plein au moment où l’économie se normalisera grâce à l’immunité collective, il est difficile de voir comment la Fed pourrait alors rendre sa politique encore plus accommodante », lit-on dans la note.

Articles récents

Volkswagen: grande autonomie, recharge extrêmement rapide et production révolutionnaire – la berline sera lancée en 2026

Volkswagen offre un premier aperçu du projet Trinity : cette berline à propulsion électrique sera produite à Wolfsburg à...

A lire également