Chine : Les tensions commerciales avec les États-Unis demeurent un risque majeur

La croissance a enregistré un début de ralentissement au T2-2018 suite à la forte décélération de l’investissement, sous l’effet du processus de désendettement. Le PIB devrait croître à un rythme plus modéré d’ici fin 2019.

Face à l’accroissement du risque de défaut et de ralentissement brutal de l’économie, les autorités chinoises sont en train de mettre en place des mesures de soutien à l’économie. Néanmoins, celles-ci se différencient bien du stimulus vu dans le passé. Compte tenu d’une marge de manœuvre déjà limitée en raison d’un stock de dettes élevé, cette relance est somme toute modeste. Elle servirait à limiter l’ampleur de la décélération de l’investissement.

Concrètement, du côté de la politique monétaire, depuis la fin du T2, la PBoC a d’abord diminué les taux d’intérêt interbancaires, puis elle a essayé de faciliter l’accès au crédit des entreprises de petite taille et de certains secteurs dont les infrastructures. Elle a aussi rendu la régulation financière moins restrictive. La PBoC devrait continuer cette approche afin d’assouplir les liquidités sans pour autant renoncer au désendettement. Du côté budgétaire, en plus de l’allégement fiscal des entreprises, les autorités souhaitent soutenir les projets d’infrastructures en cours avec du financement officiel. C’est-à-dire, sans générer de dettes « invisibles » des gouvernements locaux.

Dans un contexte de rééquilibrage macro-économique, la consommation restera soutenue même si elle marquera une correction après une très forte expansion en 2018. Le dynamisme des importations qui en résulte pourrait réduire le surplus commercial. Les tensions commerciales avec les États-Unis se sont intensifiées sur les derniers mois. Cela risque d’affecter la dynamique des exportations et de menacer celle de la croissance. Cela pourrait également accentuer les pressions sur le change, que la PBoC souhaiterait contenir, de crainte que la dépréciation du RMB ne se traduise par une perte de confiance et des sorties de capitaux de la part des résidents et des non-résidents.