lundi, janvier 25, 2021

L’Opep+ se rapproche d’un compromis sur sa production pétrolière

Dans la même catégorie

Wall Street: La Bourse de New York en baisse avec la pandémie, Intel et IBM

La Bourse de New York a ouvert en baisse vendredi, les inquiétudes face à l'épidémie due au coronavirus et...

Wall Street: La Bourse de New York continue d’enchaîner les records

La Bourse de New York a ouvert sur des records jeudi avant de céder un peu de terrain, les...

La Banque du Canada attend une amélioration après un premier trimestre difficile

L'arrivée des vaccins contre le COVID-19 et les soutiens monétaires et budgétaires permettent d'espérer une amélioration de la conjoncture...

Banque Mondiale: La pandémie responsable de la hausse de l’extrême pauvreté

Actualisation des estimations de l’impact de la pandémie du Covid-19 sur la pauvreté : retour sur 2020 et perspectives...

Total: acquisition de 20% du capital du groupe indien Adani

Total a annoncé lundi l'acquisition auprès du groupe indien Adani d'une participation minoritaire de 20% dans Adani Green Energy...

Les discussions entre l’Opep et la Russie, qui s’étaient interrompues lundi sur un constat d’échec, se sont rapprochées d’un compromis sur l’évolution de leur offre pétrolière globale en 2021, a-t-on appris de plusieurs sources jeudi.

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés, Russie en tête, devaient initialement prolonger la réduction de 7,7 millions de barils par jour (bpj) de leur production, qui équivaut à environ 8% de la demande mondiale.

Mais la forte remontée des cours du brut en novembre favorisée par l’espoir de voir rapidement déployés un ou plusieurs vaccins contre le COVID-19, a conduit plusieurs pays à remettre en cause cette stratégie, défendue entre autres par l’Arabie saoudite mais qui réduit les recettes pétrolières des pays concernés.

Plusieurs sources au sein de l’Opep+ ont rapporté que la Russie, l’Irak, le Nigeria et les Emirats arabes unis avaient exprimé leur volonté d’augmenter l’offre pétrolière en 2021.

“La situation évolue vers un compromis”, a dit un délégué de l’Opep.

La réunion officielle en ligne des responsables de l’Opep+ devait débuter à 14h00 GMT, ont dit deux sources au sein du groupe.

Les options envisagées, expliquent des sources, sont celle d’une prolongation de la politique actuelle d’encadrement de la production et celle d’une augmentation des pompages de 500.000 à un million de bpj par mois à partir de janvier.

Deux personnes ont dit à Reuters que l’option privilégiée prévoyait une reconduction du plafonnement de la production en janvier puis une hausse de 500.000 bpj par mois en février, mars, avril et mai.

JP Morgan estime qu’une augmentation de la production globale de deux millions de bpj coûterait 55 milliards de dollars de revenus (45,2 milliards d’euros) à l’Opep+ en 2021 car l’impact de la baisse du prix du baril qu’elle provoquerait serait supérieure à celui de la hausse des volumes.

Articles récents

AFC dresse un bilan économique de la Tunisie, L’incertitude demeure…

Arab Financial Consultants (Groupe ATB) a dressé le bilan de l’économie tunisienne durant l’année 2020, qui s’est caractérisé par...

Dans la même catégorie