Le Baril à 100 dollars, selon les prévisions du patron du groupe Total Patrick Pouyanné

Le PDG de Total, Patrick Pouyanné a déclaré hier lors d’un entretien organisé à Washington par le CSIS (Centre pour les études stratégiques et internationales), qu’il ne serait pas surpris de voir un baril de pétrole à 100 dollars, ont rapporté hier plusieurs média français.

Il a indiqué que les variations de prix sur le marché étaient actuellement assez fortes en raison des tensions diplomatiques. « Nous sommes dans un nouveau monde où les tensions géopolitiques dominent le marché à nouveau », a-t-il déclaré.

Pouyanné a estimé qu’«il y a une forte demande sur les marchés, l’OPEP et la Russie appliquent leur politique efficacement et par-dessus cela vous avez l’annonce dur l’Iran qui pousse à la hausse. Je ne serai pas surpris de voir un baril de pétrole à 100 dollars dans les prochains mois ».

De son côté, l’Arabie Saoudite a annoncé hier qu’elle veillerait à ce que le monde soit approvisionné adéquatement en pétrole pour soutenir la croissance économique mondiale, tout comme l’Inde a exprimé sa frustration avec des prix du pétrole atteignant 80 dollars le baril pour la première fois depuis 2014, a rapporté l’agence Reuters.

Le ministre saoudien de l’OPEP, Khalid al Falih, a appelé le ministre indien du Pétrole, Dharmendra Pradhan, pour l’assurer que « soutenir la croissance économique mondiale était «l’un des objectifs clés du royaume», a déclaré le ministère saoudien dans un communiqué.

Le ministre saoudien a réitéré « son engagement envers la stabilité du marché et que le Royaume, avec d’autres producteurs, assurera la disponibilité des approvisionnements adéquats pour compenser toute insuffisance potentielle », selon la même source.

La déclaration est venue alors que les prix du pétrole remontaient à 80 dollars le baril pour la première fois depuis 2014 en raison des préoccupations croissantes concernant les perturbations des exportations pétrolières iraniennes en raison des nouvelles sanctions américaines et de la chute de la production au Venezuela.

Les ministres saoudiens et indiens ont tous deux déclaré que Pradhan s’inquiétait de l’escalade des prix et de son impact sur les consommateurs et en particulier sur l’économie indienne, le troisième plus grand consommateur de pétrole au monde.

« J’ai exprimé ma préoccupation concernant la hausse des prix du pétrole brut et son impact négatif sur les consommateurs et l’économie indienne et a réitéré le besoin de prix du pétrole brut stables et modérés », a déclaré Pradhan dans un communiqué.

L’Inde, pour mémoire, est l’un des plus grands consommateurs d’énergie. Il est l’un des rares pays qui enregistre une croissance plus rapide au monde.