jeudi, octobre 1, 2020

LVMH souhaite acheter le joaillier américain Tiffany

Dans la même catégorie

La Bourse de New York en pause avant le premier débat Trump-Biden

La Bourse de New York a ouvert quasiment à l’équilibre mardi, les investisseurs préférant rester prudents quelques heures avant...

USA – Robert Kaplan: Des taux d’intérêt à zéro ont un coût

La banque centrale américaine devrait maintenir ses taux à quasiment zéro jusqu’à ce que l’économie soit de nouveau sur...

La Chine envisage un objectif de croissance moins élevé pour 2021-2025

La Chine devrait abaisser son objectif de croissance pour les cinq prochaines années par rapport à celui de 2016-2020...

La Bourse de New York finit la semaine dans le vert grâce aux technologiques

La Bourse de New York a fini en hausse vendredi de 1,34% après l’annonce de la hausse des commandes...

La valeur de Tesla perd 50 milliards de dollars malgré la promesse d’une batterie moins chère

Les investisseurs ont retranché mardi 50 milliards de dollars de la valeur marchande de Tesla malgré la promesse du...

Le géant du luxe LVMH et le joaillier américain Tiffany vont se donner trois mois supplémentaires pour mener à bien leur projet de rapprochement, la transaction ne s’étant pas clôturée à la date du 24 août fixée dans les termes de l’accord, a-t-on appris d’une source au fait des discussions.

LVMH, propriétaire de Louis Vuitton, a conclu en novembre un accord pour racheter l’emblématique joaillier américain pour 16,2 milliards de dollars (13,7 milliards d’euros), la plus importante acquisition de son histoire.

Les deux groupes ont fixé au 24 août la première date butoir pour conclure l’opération mais avec la possibilité pour l’une des parties de repousser cette échéance jusqu’au 24 novembre au plus tard, d’après un document transmis par Tiffany au gendarme boursier américain (Securities and Exchange Commission, “SEC”) un peu plus tôt dans l’année.

Tiffany a recours à cette option, prolongeant les discussions jusqu’à trois mois supplémentaires, selon la source.

Un porte-parole de LVMH n’a pas souhaité faire de commentaire. Tiffany n’était pas joignable dans l’immédiat.

Le projet de rachat n’a pas encore reçu toutes les autorisations nécessaires, en particulier de la part de l’Union européenne.

Depuis l’annonce de l’accord, LVMH s’est interrogé sur l’opportunité de le renégocier, au vu notamment de l’impact de l’épidémie de coronavirus sur l’activité de Tiffany, ont dit des personnes au fait du dossier à Reuters en juin.

Mais au final, LVMH a renoncé à renégocier le prix d’acquisition.

Articles récents

La Banque Centrale de Tunisie abaisse son taux d’intérêt directeur de 50 points de base à 6,25%

Le Conseil a tenu sa réunion périodique le 30 septembre 2020 et a passé en revue les points inscrits...

L’UE imposera aux géants de la tech de partager leurs données, selon le Financial Times

L'Union européenne s'apprête à imposer aux grandes entreprises technologiques de partager leurs données clients avec de plus petits concurrents, a rapporté mercredi le Financial...

Les Bourses européennes prudentes après le choc Trump-Biden

Les principales Bourses européennes évoluent sans tendance claire mercredi en début de séance, les investisseurs réagissant avec prudence à un premier débat volcanique entre...

CCITJ : « Aucune entreprise japonaise n’a l’intention de quitter la Tunisie »

Aucune entreprise japonaise n’a l’intention de quitter la Tunisie en dépit des difficultés, a indiqué à l’Agence TAP, le président de la Chambre de...

FIPA-Tunisia, la Harvard Foreign Policy Initiative et la Tunis Business School signent un accord de Partenariat

Dans le cadre des actions de diversification des sources d'IDE et de l'ouverture sur de nouveaux pays d'origine des investissements extérieurs, FIPA Tunisia a...

Dans la même catégorie