RUSSIE : La croissance économique devrait rester modérée en raison de la faiblesse de l’investissement


Bien que sortie de récession, l’économie russe reste sur une trajectoire de croissance faible. Après 1,5 % en 2017, le PIB a progressé de 1,3 % en GA au T1-18, dans un contexte d’investissement atone, de goulots d’étranglement structurels et de faible productivité. Malgré la hausse des prix du pétrole, la croissance russe devrait rester inférieure à 2 % en 2018-2019.

L’imposition d’une nouvelle série de sanctions par le département du Trésor américain en avril 2018 (ciblant 7 oligarques, 17 hauts fonctionnaires et 14 entreprises), a suscité une baisse prononcée sur les marchés financiers et a accru l’incertitude. Ces sanctions américaines ainsi que les contre-sanctions russes devraient pénaliser l’investissement en réduisant l’accès aux financements externes et en augmentant les coûts de financement. Selon la Banque des règlements internationaux, le financement étranger a significativement baissé : l’encours des prêts accordés par des banques étrangères à la Russie a reculé de 50 % depuis 2014. La baisse des marges des entreprises assombrirait également les perspectives d’investissement. La consommation des ménages devrait cependant résister grâce à la solide progression des salaires réels, dans un contexte de chômage historiquement faible (5 % au T1 2018).

Les exportations, en forte hausse en 2017, devraient bénéficier de la vigueur économique de l’UE (qui absorbe 40 % des exportations russes) et de l’Asie (30 % des exportations russes, dont 11 % liées à la Chine). Le pays bénéficie en outre de l’organisation de la coupe du monde de football, en juin 2018. L’excédent de la balance courante a atteint 40 mds USD sur douze mois au T1 2018 et devrait continuer de progresser en 2018-2019.

En 2017 et au T1 2018, l’inflation a ralenti pour atteindre des niveaux inédits depuis l’ère soviétique (2,2 % GA en février 2018), incitant la Banque centrale de Russie (CBR) à abaisser son taux d’intérêt directeur à 7,25 % en mars 2018. Suite à l’annonce des sanctions américaines et la dépréciation consécutive du rouble en avril, l’inflation a légèrement augmenté pour atteindre 2,4 % en avril et mai 2018. Dans ce contexte, la CBR a revu son plan de réduction graduelle du taux directeur, laissant les taux inchangés au mois d’avril et de mai.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici