mercredi, janvier 27, 2021

USA: L’administration Trump envisage d’ajouter les géants du numérique Alibaba et Tencent à sa liste noire des entreprises chinoises

Dans la même catégorie

Le FMI un peu plus optimiste malgré une incertitude « exceptionnelle »

Le Fonds monétaire international a relevé mardi sa prévision de croissance de l'économie mondiale pour cette année et s'attend...

Wall Street: La Bourse de New York en baisse avec la pandémie, Intel et IBM

La Bourse de New York a ouvert en baisse vendredi, les inquiétudes face à l'épidémie due au coronavirus et...

Wall Street: La Bourse de New York continue d’enchaîner les records

La Bourse de New York a ouvert sur des records jeudi avant de céder un peu de terrain, les...

La Banque du Canada attend une amélioration après un premier trimestre difficile

L'arrivée des vaccins contre le COVID-19 et les soutiens monétaires et budgétaires permettent d'espérer une amélioration de la conjoncture...

Banque Mondiale: La pandémie responsable de la hausse de l’extrême pauvreté

Actualisation des estimations de l’impact de la pandémie du Covid-19 sur la pauvreté : retour sur 2020 et perspectives...

Les USA envisagent d’ajouter Alibaba et Tencent à leur liste noire des entreprises chinoises qu’elle soupçonne d’être détenues ou contrôlées par l’armée chinoise, a-t-on appris de deux personnes informées de ces projets.

Avec une capitalisation boursière cumulée de 1.300 milliards de dollars, Alibaba et Tencent sont les deux plus grands groupes asiatiques cotés en Bourse et leur inclusion sur cette liste constituerait le signe le plus puissant envoyé par Donald Trump sur sa volonté de durcir sa politique de fermeté à l’égard de la Chine à l’approche de la fin de son mandat de président des Etats-Unis le 20 janvier.

Les responsables du département de la Défense, qui supervisent l’élaboration de cette liste, n’ont pas encore pris de décision définitive et envisagent d’y inclure d’autres entreprises chinoises, ont dit les sources.

Alibaba et Tencent ont refusé de commenter ces informations, rapportées en premier par le Wall Street Journal.

Trente-cinq entreprises chinoises figurent déjà sur cette liste, dont le fabricant de puces SMIC et le groupe pétrolier CNOOC. Il est interdit aux investisseurs américains d’acquérir des actions de ces groupes.

Donald Trump a déjà pris mardi un décret interdisant toute transaction avec huit applications chinoises, dont le service de paiement mobile Alipay d’Ant Group, filiale d’Alibaba, et les outils QQ Wallet et WeChat Pay de Tencent.

Articles récents

Les principales Bourses européennes en baisse avant la Fed, sauf le CAC, grâce à LVMH et Unibail

Les principales Bourses européennes évoluent en ordre dispersé en début de séance mercredi, la prudence s'imposant avant les annonces...

A lire également