La BM cherche des perspectives de développement au Maroc

A l’issue d’une visite de quatre jours au Maroc, une délégation du Conseil des administrateurs du Groupe de la Banque mondiale a salué les efforts que le pays déploie sans relâche pour atteindre ses objectifs de développement durable. Elle a aussi mis en avant les avancées socio-économiques réalisées ces dernières années. Composée de dix Administrateurs représentant 100 des 189 pays membres du Groupe de la Banque mondiale, la délégation a débuté sa tournée dans la région au Maroc, afin d’évaluer le programme de l’institution dans le Royaume et de mieux comprendre les perspectives de développement ainsi que les défis actuels du pays.

Les Administrateurs ont rencontré des représentants des pouvoirs publics, du secteur privé et de la société civile. En début de semaine, ils se sont ainsi entretenus avec Saadeddine El Othmani, Chef du gouvernement marocain, Mohamed Boussaïd, ministre de l’Économie et des Finances, Aziz Akhennouch, ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts, et Lahcen Daoudi, ministre chargé des Affaires générales et de la Gouvernance. À cette occasion, les membres de la délégation ont félicité le gouvernement pour son ambitieux programme de réformes. Tout en soulignant que la stabilité était l’un des garants d’une croissance durable au Maroc, ils ont salué l’objectif prioritaire des autorités marocaines : améliorer le capital humain et social afin de réduire les inégalités et de faire accéder l’ensemble de la population à des services publics de qualité.

« Le Maroc établit les bases d’une croissance inclusive et durable, appuyée par un renforcement de son cadre de gouvernance. Ses dirigeants ont par ailleurs une vision réaliste des défis à relever sur le plan du développement humain et économique à moyen et long terme. Lors de nos réunions avec les différentes parties prenantes, l’amélioration du capital humain, et tout particulièrement la réforme de l’éducation, est apparue comme la priorité pour le développement, et nous espérons que tous les acteurs travailleront ensemble pour faire progresser ce secteur qui joue un rôle crucial dans l’avenir du pays », explique Merza Hasan, membre du Conseil des administrateurs du Groupe de la Banque mondiale.

Jeudi, Miriem Bansalah-Chaqroun, à la tête de la Confédération générale des entreprises du Maroc, a présidé une réunion avec la délégation du Groupe de la Banque mondiale. Cette réunion a permis une discussion approfondie sur les principales difficultés et réalisations du secteur privé. La délégation a examiné le projet du gouvernement marocain, qui entend rendre l’environnement des affaires plus concurrentiel et plus ouvert. Elle a tout particulièrement apprécié le dynamisme du secteur privé et encouragé les acteurs de ce secteur à promouvoir l’innovation, ainsi qu’à réaffirmer la nécessité de soutenir davantage les petites et moyennes entreprises, qui sont l’un des moteurs de la création de valeur et d’emplois.

Afin de mieux cerner les attentes de la jeunesse en matière d’inclusion sociale, d’éducation et d’opportunités économiques, la délégation a rencontré à Marrakech un groupe de leaders de mouvements pour la jeunesse. Dans le cadre d’une discussion franche et directe, elle a fait valoir que les jeunes étaient l’un des grands axes d’engagement du Groupe de la Banque mondiale au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Les jeunes présents lors de cette rencontre ont souligné l’important potentiel de la jeunesse marocaine, et prôné des politiques ciblées et durables pour encourager sa participation et pour favoriser son intégration sociale et économique. La réforme de l’éducation est l’une des principales demandes des jeunes, qui ont appelé à adapter le système d’enseignement aux besoins du marché du travail.

Les deux dernières journées ont été consacrées à la présentation de différents projets infrastructurels et sociaux menés dans des régions pauvres du pays. À Ouarzazate, les Administrateurs ont rencontré Mustapha Bakkoury, président de MASEN (Agence marocaine de l’énergie solaire), qui leur a exposé la vision à long terme du Royaume pour le développement des énergies renouvelables. La visite du complexe solaire Noor Ouarzazate, a permis à la délégation de découvrir l’ambitieux programme solaire du Maroc, et des installations ultramodernes. Dans les zones rurales de la province d’El Haouz, la délégation a pu visiter plusieurs projets de développement soutenus par l’Initiative nationale pour le développement humain, ainsi que des projets d’irrigation et des installations de transformation de produits agricoles, qui correspondent aux deux grands piliers du Plan Maroc Vert.

« Au terme de ce voyage, nous sommes heureux de constater que le Maroc s’est résolument engagé sur la voie d’une croissance inclusive. Grâce aux informations que nous avons recueillies, nous allons pouvoir mieux appréhender ses problèmes de développement et les principaux défis à relever. Nous espérons que le Maroc continuera d’avancer en direction des objectifs de développement pertinents qu’il a définis, et que nous pourrons observer une amélioration des indicateurs humains et économiques, ce qui, à long terme, permettra à ce pays de parvenir à une prospérité partagée », indique Christine Hogan, membre du Conseil des administrateurs du Groupe de la Banque mondiale.