Le chef du Gouvernement Habib Essid est depuis ce lundi matin à pied d’oeuvre à New York où il participe à la 70eme Session de l’Assemblée Générale des Nations Unies (AGNU). Le document final de cette édition sépciale est intitulé «Transformer notre monde: le Programme de développement durable à l’horizon 2030». L’AGNU s’y prononcera au cours du Sommet des Nations Unies consacré à l’adoption du programme de développement pour l’après-2015, qui aura lieu les 25-27 Septembre 2015.

Les 17 objectifs de développement durable (ODD) et leurs 169 cibles s’inscrivent dans le prolongement des objectifs du Millénaire pour le développement et visent à réaliser ce que ceux-ci n’ont pas permis de faire. Intégrés et indissociables, ils concilient les trois dimensions du développement durable: économique, sociale et environnementale.

Les objectifs et les cibles entreront en vigueur le 1er janvier 2016 et représentent un plan d’action mondial et une charte pour l’humanité et pour la planète. Ils guideront l’action à entreprendre au cours des 15 prochaines années dans plusieurs domaines cruciaux.
La question qui se pose: Comment garantir que la Tunisie puisse implémenter les 17 ODD d’ici à 2030 ?
Pour assurer la meilleure implémentation de ces objectifs, en Tunisie, il faudrait mobiliser tous les acteurs de la société. Voici quelques suggestions :

1. Si les objectifs et les cibles de développement durable sont globaux et applicables universellement, néanmoins, ils doivent tenir compte des réalités, des capacités et des niveaux de développement des différents pays et dans le respect des priorités et des politiques nationales. Il appartient donc au gouvernement tunisien de décider comment ces aspirations et cibles devront être prises en compte par les mécanismes nationaux de planification et dans les politiques et stratégies nationales. Dans le Plan Quinquennal de 2016-2020, il appartiendra aux décideurs de fixer les cibles propres au contexte Tunisien, d’intégrer les priorités et les cibles précises à atteindre d’ici 2020, à moyen terme et en 2030 sur le long terme, tout en essayant d’atteindre les objectifs mondiaux.

2. Le Parlement tunisien a la responsabilité de soutenir ce processus en créant l’environnement législatif qui facilitera l’implémentation de ces objectifs. Pour cela, Il est impératif que les toutes les lois et codes, tel que code d’investissement, de douane, fiscal… soient promulgués avant la fin de 2015.

3. En parallèle au processus de planification, il est important que le gouvernement engage une campagne médiatique pour faire connaitre au peuple tunisien l’engagement qu’a pris le pouvoir exécutif en leur nom. Cette campagne aura pour objectif principal de développer une culture de responsabilisation, d’appropriation et de transparence.

4. Afin de faire le suivi et l’évaluation de ce processus, l’Etat doit procéder à des examens réguliers et inclusifs, dirigés et contrôlés, des progrès accomplis aux niveaux national et local. De tels examens devraient tirer parti des contributions de la société civile, du secteur privé et de tous les autres acteurs actifs dans ce cadre.

5. Les organisations du system des Nations Unies doivent assurer un appui cohérent et intégré à l’exécution de ce processus de planification stratégique. Elles devraient faire un bilan de l’appui apporté à la mise en œuvre et rendre compte des progrès accomplis et des obstacles rencontrés.

Pour conclure, Les enfants et les jeunes tunisiens en tant qu’agents essentiels du changement, discerneront dans ces nouveaux objectifs l’inspiration qui leur permettra de mettre leur génie et créativité au service de la réalisation d’un meilleur avenir.

Pour ceux que cela intéresse, voici les 5 piliers sur lesquels reposent les ODD avant leur acceptation finale par les Nations du monde ce 27 septembre 2015:

« L’humanité: Nous sommes déterminés à éliminer la pauvreté et la faim, sous toutes leurs formes et dans toutes leurs dimensions, afin que tous les êtres humains puissent réaliser leur potentiel dans des conditions de dignité et d’égalité et dans un environnement sain.

La planète: Nous sommes déterminés à lutter contre la dégradation de la planète, en recourant à des modes de consommation et de production durables, en assurant la gestion durable de ses ressources naturelles et en prenant d’urgence des mesures pour lutter contre les changements climatiques, pour répondre aux besoins des générations actuelles et futures.

La prospérité: Tous les êtres humains ont une vie prospère et épanouissante et que le progrès économique, social et technologique se fasse en harmonie avec la nature.

La paix: Favoriser l’avènement de sociétés pacifiques, justes et inclusives, libérées de la peur et violence. Pas de développement durable sans paix ni paix sans développement durable.

Les partenariats : Mobiliser les moyens nécessaires à la mise en œuvre de ce programme grâce à un Partenariat mondial revitalisé pour le développement durable, qui sera mu par un esprit de solidarité renforcé, où l’accent sera mis sur les besoins des plus démunis et des plus vulnérables, et auquel participeront tous les pays, toutes les parties prenantes et tous les peuples. Atteindre ce but ne sera possible que si les objectifs de développement durable sont intimement liés et leur mise en œuvre intégrée. Si nous réalisons toutes les ambitions affichées dans ce programme, chacun vivra bien mieux dans un monde meilleur ».

Khadija T. MOALLA, PhD.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here