vendredi, mars 5, 2021

Bourses européennes: Les espoirs de vaccins portent les actions européennes

Dans la même catégorie

Bourses européennes: Nouveau recul des actions malgré le dynamisme de l’emploi US

Les Bourses européennes ont terminé dans le rouge vendredi, les chiffres meilleurs qu'attendu de l'emploi aux Etats-Unis n'ayant pas...

Les Bourses européennes ont fini dans le rouge en attendant Powell, le CAC 40 inchangé

A l'exception de Paris, les principales Bourses européennes ont fini en baisse jeudi dans l'attente du discours que doit...

Bourses européennes: Des indicateurs US décevants freinent la hausse des actions

Les Bourses européennes ont terminé en ordre dispersé mercredi et loin de leurs plus hauts du jour tandis que...

Luis de Guindos: L’inflation en zone euro devrait dépasser les prévisions en 2021

Il est clair que l'inflation dans la zone euro dépassera les prévisions de la Banque centrale européenne (BCE) cette...

Allemagne: Hausse inattendue du chômage en février

Le taux de chômage en Allemagne a progressé en février pour la première depuis le mois de juin, contrairement...

Les principales Bourses européennes progressent lundi matin, la perspective de vaccins contre le COVID-19 laissant espérer un assouplissement des mesures sanitaires visant à contrôler la propagation du coronavirus, qui affecte lourdement l’activité économique.

À Paris, l’indice CAC 40 gagne 0,88% à 5.544,26 points vers 08h45 GMT. À Francfort, le Dax s’octroie 1,12% et à Londres, le FTSE prend 0,54%.

L’indice EuroStoxx 50 de la zone euro est en hausse de 0,9%, le FTSEurofirst 300 de 0,68% et le Stoxx 600 de 0,73%.

Les Etats-Unis ont fait savoir dimanche que les premières vaccinations contre le coronavirus pourraient commencer dès le 11 décembre si le candidat vaccin mis au point par Pfizer est autorisé, une perspective qui rassure alors que le nombre de cas de COVID-19 a franchi les 12 millions dans le pays et pourrait encore augmenter avec les célébrations de Thanksgiving jeudi.

Cette dégradation sanitaire a conduit une vingtaine d’États à imposer de nouvelles restrictions radicales pour essayer de freiner le virus.

En Europe, le début de ralentissement de la deuxième vague de l’épidémie permet d’espérer un assouplissement prochain des mesures de confinement. Le gouvernement britannique a confirmé samedi que le confinement instauré en Angleterre ne serait pas prolongé au-delà du 2 décembre. En France, Emmanuel Macron doit s’adresser au pays mardi soir pour présenter les nouvelles règles du confinement, à l’approche des fêtes de fin d’année.

Du côté de la conjoncture, les résultats provisoires des enquêtes d’IHS Markit auprès des directeurs d’achats ont montré sans trop de surprise un net ralentissement de l’activité en Allemagne et en France en novembre, en particulier dans le secteur des services, en raison de la mise en place de nouvelles restrictions sanitaires.

VALEURS
Favorisées par les espoirs de reprise, les valeurs cycliques montent: l’indice Stoxx des banques progresse de 1,71%, celui de l’énergie de 2,13% et des ressources de base de 1,85%.

Les valeurs liées au tourisme tirent également le marché vers le haut. Parmi les plus fortes hausses du STOXX 600, les compagnies aériennes IAG et Lufthansa gagnent respectivement 4,78% et 3,77%.

A Paris, Crédit agricole affiche un gain de 3,53% alors que sa filiale italienne a lancé une offre publique d’achat volontaire sur Credito Valtellinese (Creval, +22,02% à Milan).

La banque française est devancé au classement du CAC 40 seulement par TechnipFMC (+3,54%) et Unibail-Rodamco-Westfield (+3,68%).

Danone cède 0,23% après avoir annoncé un plan d’économies d’un milliard d’euros en 2023 avec la suppression de 1.500 à 2.000 postes.

JCDecaux perd 2,45% en réaction à la dégradation de la perspective de sa note par l’agence S&P, à « négative ».

Le laboratoire AstraZeneca recule de 1,62% après avoir annoncé que son vaccin expérimental contre le COVID-19 affichait jusqu’à 90% d’efficacité selon des résultats préliminaires, un taux inférieur aux vaccins concurrents développé par Moderna ou Pfizer.

WALL STREET
Les futures sur les indices américains sont orientés en hausse de l’ordre de 0,3% à 0,4%, signalant un léger rebond après la clôture négative vendredi.

L’indice Dow Jones a perdu 0,75% à 29.263,48 points. Le S&P-500 a cédé 0,68%, à 3.557,54 points et le Nasdaq Composite a reculé de 0,42% à 11.854,97 points.

Sur la semaine, le Dow a cédé 0,7% et le S&P-500 0,8% tandis que le Nasdaq a grappillé 0,2%.

EN ASIE
Les espoirs d’un vaccin ont soutenu les Bourses en Asie, où l’indice MSCI Asie-Pacifique, hors Japon, évolue à un plus haut historique.

L’indice Kospi de Séoul a grimpé de 1,92%, porté par le bond de 4,33% de Samsung dont l’action a touché un record sur fond d’optimisme sur les perspectives de résultats du géant de l’électronique.

La Bourse de Tokyo est restée fermée, la journée étant fériée au Japon.

CHANGES/TAUX
Le dollar pâtit de l’appétit des investisseurs pour les actifs plus risqués: il recule de 0,2% face à un panier de devises de référence.

L’euro en profite pour avancer de 0,12%, à 1,1867 dollar.

Sur le marché obligataire, le rendement des Treasuries à dix ans est pratiquement inchangé, à 0,8439%, de même que son équivalent allemand, qui évolue à -0,575%.

PÉTROLE
La perspective d’un prochain vaccin contre le COVID-19 soutient les cours du pétrole même si la hausse est limitée par les mesures de restriction toujours en place dans plusieurs pays.

Le baril de Brent avance de 2,14% à 45,92 dollars et celui du brut léger américain gagne 1,89% à 43,22 dollars.

Articles récents

Volkswagen: grande autonomie, recharge extrêmement rapide et production révolutionnaire – la berline sera lancée en 2026

Volkswagen offre un premier aperçu du projet Trinity : cette berline à propulsion électrique sera produite à Wolfsburg à...

A lire également