jeudi, février 25, 2021

LFC 2020 : Hausse du budget de l’Etat de 9,5% et aggravation du déficit budgétaire à 13,4% du PIB

Dans la même catégorie

Dégradation de la notation souveraine de la Tunisie par Moody’s: Les analystes s’inquiètent et espèrent un réveil des consciences

La Tunisie a subi, encore une fois, une dégradation de sa note souveraine, par l’agence Moody’s. L’agence de notation...

QNB remporte 7 prix prestigieux dans le cadre de l’enquête d’Euromoney sur les services de Banque Privée

Le groupe QNB, la plus grande institution financière au Moyen-Orient et en Afrique (MEA), a été primée pour ses...

Tunisie — Allemagne: Lancement de fonds d’appui directs au profit des associations tunisiennes

Les micro-projets doivent être d’intérêt commun et avoir un impact immédiat et être réalisés durant l’année en cours. L’ambassade de...

Tunisie Valeurs | Bilan des activités bancaires du dernier trimestre 2020: Challenge relevé !

«Tunisie valeurs : la Maison de l’épargnant » a publié le bilan portant sur les activités des banques relatif...

Economie / Monde: la femme toujours défavorisée par rapport à l’homme

Les pays avancent à petits pas vers une plus grande égalité entre les sexes mais, à travers le monde,...

Le budget de l’Etat pour l’année 2020 a été révisé à la hausse, dans le cadre de la Loi de Finances complémentaire (LFC), de 9,425 milliards de dinars, ce qui correspond à une augmentation de près de 9,5%, pour atteindre 51,699 milliards de dinars.

Selon le document de la Loi de Finances complémentaire 2020, ce budget sera financé, à hauteur de 58% par les ressources du budget (29,971 milliards de dinars) et le reste (21,728 milliards de dinars) par les ressources de la trésorerie, dont les ressources d’emprunt représentent plus de 99% (21,549 milliards de dinars).

Selon la LFC 2020, le déficit budgétaire s’élèvera à fin 2020, à 13,729 milliards de dinars, ce qui représente 13,4% du PIB, contre 3% prévu dans la Loi de Finances initiale. Ainsi, des ressources financières doivent être mobilisées, à hauteur de 10,3 milliards de dinars, ce qui aura pour conséquence, un accroissement du volume de la dette publique, à 90% du PIB, soit l’équivalent de 100 milliards de dinars.

Le document de référence a souligné que la crise sanitaire liée à la propagation de la pandémie du Covid-19 a eu des répercussions directes sur les finances publiques, au vu de la chute de l’activité économique, engendrant une baisse des ressources de l’Etat, face à une hausse des dépenses mobilisées dans le cadre des mesures exceptionnelles prises, à caractère social, financier et fiscal .

Articles récents

Les Bourses européennes ont fini en hausse, mais les craintes sur l’inflation demeurent

Les Bourses européennes ont fini en hausse mercredi au terme d'une séance hésitante, tiraillées entre la confiance des investisseurs...

A lire également