Maersk dans le viseur de la justice tunisienne : soupçonné de fraude et de transfert illicite des devises vers l’étranger


Les activités de la compagnie soulèvent de plus en plus de suspicion. Ce qui a éveillé les autorités tunisiennes qui suivent le dossier de près.

D’ailleurs, la compagnie maritime est dans le collimateur des autorités. En effet, Maersk est désormais visé par la justice. D’ailleurs, ses bureaux à Tunis ont été perquisitionnés le 2 avril au matin, en même temps que ceux, à Tunis et Kairouan, d’Industries mécaniques maghrébines (IMM), propriété de Tahar Latrous.

Selon qui courent dans le milieu des affaires tunisiens, la justice soupçonne le numéro un mondial du transport maritime d’avoir aidé IMM à exfiltrer des capitaux vers l’étranger, via des commissions sur le volume d’affaires versées à l’extérieur du pays.

Les enquêteurs se fondent notamment sur des éléments mis à jour par le député Yassine Ayari, qui avait publié en février des traces de virements de Maersk France vers des comptes de Tahar Latrous à Aruba. Cette affaire a été dissimulée par l’administration de Maersk.

Aucune trace n’a été retrouvé par les enquêteurs lors de la perquisition.

Assembleur local d’Isuzu et de Mazda, IMM a une relation ancienne avec Maersk outre qu’il est l’un de ses principaux clients, il est établi à Kairouan, la ville dont l’ex-directeur général de Maersk Tunisie Fethi Jebnouni est originaire et dont Farida Labidi, l’épouse de ce dernier, est députée, Tahar Latrous avait failli outre qu’il est l’un de ses principaux clients, il est établi à Kairouan, la ville dont l’ex-directeur général de Maersk Tunisie Fethi Jebnouni est originaire et dont Farida Labidi, l’épouse de ce dernier, est députée.

Tahar Latrous avait failli devenir le partenaire de Maersk lorsque celui-ci s’était vu sommé de se conformer à la législation l’obligeant à avoir un partenaire local. Sur ce front aussi, les ennuis continuent. Selon nos sources, la concession de Maersk au port de Radès, que le groupe avait transféré son agent local Star Container (qu’il codétient avec le groupe Al Badr), a été résiliée après de nombreuses sommations de la tutelle. Et son concurrent français CMA CGM s’est déjà positionné pour lui succéder…

Mahmoud CHAAL

Articles récents

A lire également

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici