Nouvelle année record pour les énergies renouvelables : plus de capacité d’énergies renouvelables pour moins cher!
161GW additionnels, pour 23% d’investissement en moins (241,6 milliards $)

Aujourd’hui REN21 publie son Renewables 2017 Global Status Report (GSR), l’état des lieux le plus complet sur le statut des énergies renouvelables dans le monde.

EN 2016, les nouvelles installations de renouvelables ont battu un nouveau record avec 161 GW installés, faisant monter la capacité totale de presque 9% par rapport à 2015, atteignant environ 2,017 GW. Le solaire photovoltaïque compte pour environ 47% de ces capacités additionelles, suivi de l’éolien (34%) et l’hydroélectricité (15,5%).

Les énergies renouvelables deviennent l’option la plus économique. Des transactions récentes au Danemark, en Egypte, Inde, Mexique, Pérou et aux Emirats Arabes Unis ont vu le coût de l’électricité chuter à 0,05 dollar/KWh. Ce chiffre est bien en-dessous du coût de l’énergie fossile ou nucléaire produite dans ces pays. Les lauréats de deux récents appels d’offre en Allemagne n’ont même pas eu besoin du soutien de subsides publics, se basant uniquement sur le prix de la vente en gros, démontrant de facto que les renouvelables sont l’option la plus économique.

La nécessité de disposer d’un ‘baseload’ est un mythe. Intégrer au réseau une large quantité d’énergie renouvelable est faisable sans avoir recours à une baseload fossil ou nucléaire, le tout en garantissant suffisamment de flexibilité: interconnexions au réseau, couplage de secteur et nouvelles technologies telles celles liées à l’information et la communication, stockage, véhicules électriques ou encore pompes à chaleur sont autant de réponses. Ce type de flexibilité permet d’équilibrer non seulement les sources dites variables mais aussi d’optimiser le système et de réduire les coûts de production globaux. Il n’est donc en rien surprenant que le nombre de pays gèrant sans annicroche des pics atteignant un niveau de 100% renouvelables sont en progression. En 2016, le Danemark et l’Allemagne ont parfaitement géré des pics allant jusqu’à 140% and 86.3%.

Les rejets d’émissions de CO2 liés à la consommation d’énergie des secteurs de l’industrie et de l’énergie fossile sont restés stables pour la troisième année consécutive malgré une croissance de 3% de l’économie mondiale et une demande en baisse de la consommation d’énergie. Cela est principalement attriuable au déclin de l’utilisation du charbon, mais aussi à la croissance des énergies renouvelables et des mesures d’efficacité énergétique.
Les autres tendances positives sont:

Les innovations et percées technologiques dans le domaine du stockage vont permettent encore plus de flexibilité dans la gestion du système énergétique. EN 2016, environ 0.8 GW de capacité de stockage avancé sont devenues opérationelles, amenant le niveau total estimé à 6.4 GW.

Le marché des mini-grids et des systèmes autonomes évolue très rapidement. De surcroît, les business modèles “ Pay-As-You-Go” (PAYG), permis par les technologies mobiles explosent. En 2012, les investissements dans des systèmes PAYG de compagnies solaires se limitaient à 3 millions de dollars; en 2016, ce chiffre est passé à 223 millions! (en croissance par rapport au chiffre de 2015: 158 millions).

Arthouros Zervos, Président de REN21 déclare: “ Le monde ajoute chaque année encore plus de capacité renouvelable, plus qu’il n’ajoute de capacité fossile, toutes sources confondues. Un des résultats le plus important mis en avant par le GSR 2017 est que les approches holisitiques sont clés: ells doivent devenir la règle plutôt que l’exception. Avec la croissance de la part des renouvelables, il devient impératif d’investir dans les infrastructures ainsi que dans une série d’outils: réseaux de transmission & distribution interconnectés, instruments de mesures pour équilibrer l’offre et la demande, connection des secteurs (par exemple travailler sur l’inégration des réseaux de transport et d’énergie) ainsi que le déploiement d’une grande variété de technologies permettant le plein essort des renouvelables.”

Toutefois, la transition énergétique ne se déroule pas assez vite pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris.

Les Investissements diminuent. Bien que le total des investissements mondiaux dans des nouvelles capacité de production renouvelable représente environ le double de ceux du secteur des énergies fossiles, les investissements dans des nouvelles installations d’énergie renouvelables ont chuté de 23% par rapport à 2015. Parmi les pays émergents et les pays en développement, les investissements dans les énergies renouvelables ont chuté de 30%, atteignant seulement 116,6 milliards de dollars, tandis que dans les pays développés ils ont chuté de 14% pour atteindre seulement 125 milliards de dollars. Les investissements restent toujours largement concentrés sur les secteurs de l’éolien et du solaire photovoltaïque, alors que toutes les technologies doivent être déployées si l’on souhaite contenir le réchauffement climatique bien en-dessous de 2 degrés.

Les secteurs du transport, de la chaleur et du refroidissement sont encore à la traîne par rapport au secteur de l’électricité. Le déploiement de technologies renouvelables dans les secteurs de la chaleur/refroidissement demeure un challenge en raison de la nature unique et décentralisée du marché. La décarbonisation du transport, basée sur les énergies renouvelables, n’est encore ni sérieusement envisagée ni une priorité. Malgré une expansion considérable de la vente de véhicules électriques, dûe principalement au côut décroissant des batteries, il reste encore beaucoup à faire afin de garantir que ces véhicules bénéficient du réseau de rechargement adéquat et qu’ils soient alimentés par des sources renouvelables. Alors que le transport aérien et par voie maritime représentent les plus grands défis, ni les politiques publiques ni les impulsions commerciales n’ont permis de faire émerger de vraies solutions technologiques.

Les subsides aux énergies fossils demeurent un frein au progrès. Au niveau mondial, les subsides aux énergies fossils et au secteur du nucléaire excèdent largement ceux des énergies renouvelables.
A la fin de l’année 2016, plus de 50 pays s’étaient engagés à éliminer les subsides pour les énergies fossiles; certaines réformes ont eu lieu mais pas en nombre suffisant. En 2014, le ratio des subsides au secteur fossil par rapport au seteur renouvelable était de 4 pour 1. Pour chaque dollar dépensé pour les renouvelables, les gouvernements en dépensaient 4 pour prolonger notre dépendance aux énergies carbonées.

Christine Lins, Sécrétaire Executive de REN21, explique: “Le monde court une course contre la montre. La seule mesure à prendre pour réduire efficacement et rapidement les émissions de CO2 est d’éliminer la production d’énergie à base de charbon tout en accelerant les investissements dans les renouvelables et l’efficaicté énergétique. Quand la Chine a annoncé en janvier qu’elle arrêtait la construction de plus de 100 centrales électriques au charbon, pourtant en cours de construction, elle a montré la voie pour tous les gouvernements: le changement est possible rapidement quand les gouvernements passent aux actes, en établissant des politiques claires, de long-terme et qui envoient les bons signaux aux investisseurs.”

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici