vendredi, septembre 25, 2020

Le Gouvernement tunisien entame la régularisation des situations des sittinneurs et s’attend à ce que l’activité reprenne au champ Chargui de Petrofac à Kerkennah

Dans la même catégorie

Le projet du budget de l’Etat 2021 au cœur d’une réunion à la Kasbah

L'avancement de l'élaboration du projet du budget de l'Etat pour l'année 2021 a été au cœur d'une réunion, jeudi,...

Italian Exhibition Group: Ecomondo et Key Energy 2020, essentiels pour l’avenir du pays

Profondément innovants, comme toujours. En direct et par voie numérique, accessibles et sûrs, pour libérer le potentiel du marché...

Jabeur Ben Attouch: 98% des agences de voyages, menacées de faillite, d’ici fin octobre 2020

98% des agences de voyages exerçant en Tunisie, sont menacées de faillite, d'ici fin octobre 2020, si les mesures...

MIQYES 2019 : 17,6% des PME toujours bloquées et 50,4% jugent la reprise très lente et préjudiciable

Cette année, le MIQYES mesure à la fois la santé des PME en 2019 ainsi que l’impact du COVID-19...

Tunisie: l’Union Européenne lance TEX-MED ALLIANCES, le 29 septembre 2020

TEX-MED ALLIANCES « Alliances méditerranéennes des textiles pour le développement des entreprises, l’internationalisation et l’innovation », projet de coopération...

« Le Gouvernement tunisien a entamé la régularisation des situations des sittinneurs devant l’unité de PETROFAC-Tunisie à Kerkennah, dont les activités sont bloquées depuis le 14 décembre 2016 et s’attend à ce que l’activité reprenne au champ gazier Chargui exploité par cette compagnie britannique, dans les jours qui viennent », ont déclaré, mardi à Tunis, la ministre de l’Energie, des Mines et des Energies Renouvelables, Héla Cheikhrouhou et le gouverneur de SFAX, Slim Tissaoui.

Un nouveau délégué de Kerkennah, Chiheb Ben Ali, prends aujourd’hui ses fonctions en remplacement de l’ancien délégué, Adel Nouma, contraint de quitter ses fonctions à cause des protestations, et procèdera à la distribution, dans une première étape, de 68 contrats à des sittineurs sur un total de 266 personnes concernés par l’accord conclu avec la société en septembre 2016, ont ils encore déclaré, lors d’une conférence de presse, tenue au terme d’une réunion de travail avec le directeur de l’exploitation à la division IES (Integrated Energy Services), au sein de la société britannique, Rob Jewkes, en visite en Tunisie. Le reste des contrats seront régularisés sur deux étapes, soit en janvier 2018 et janvier 2019, ont affirmé les responsables lors de cette conférence tenue en l’absence du responsable de PETROFAC. .

A travers la distribution de ces contrats, l’Etat tunisien entame l’application de l’accord précité avec PETROFAC, a ajouté la ministre, sans toutefois donner de date précise pour la reprise des activités de la société. Le gouverneur de Sfax a affirmé, de son côté, que le gouvernement s’attend à une reprise des activités du champ Chargui et va assurer l’accompagnement des camions de condensat de gaz naturel dans leurs déplacements pour des raisons de sécurité.

ROB Jewkes est en visite en Tunisie pour trouver un terrain d’entente et débloquer la situation de l’unité de PETROFAC à Kerkennah (Sfax) qui se trouve en arrêt total de ses activités depuis le 14 décembre 2016, suite au blocage de la production depuis plus d’un an en raison des protestations sociales. Cet arrêt a causé des pertes estimées à 400 mille dinars par jour, selon la compagnie qui menace de quitter définitivement la Tunisie.

La compagnie britannique présente en Tunisie depuis 2007 détient 45% des actions du projet d’exploitation de gaz à Kerkennah, assure 12,5% des besoins du pays en gaz et approvisionne en électricité les gouvernorats de Sfax et ceux du sud tunisien.

Une source de Pétrofac qui a requis l’anonymat, avait déclaré à l’agence TAP que « Imed Dérouiche a démissionné de son poste de Directeur général de PETROFAC Tunisie et c’est Roy Armishaw qui se charge actuellement, de cette responsabilité ».

Le groupe britannique de services pétroliers et l’Etat tunisien étaient parvenus, en septembre dernier, à un accord et PETROFAC, qui avait décidé de partir de la Tunisie, était revenue sur sa décision, après plusieurs mois de protestations et de sit-in. Un procès verbal avait été signé avec le gouvernement et les parties sociales pour la reprise des activités de la société et la fin des protestations. Toutefois les blocages se sont poursuivis.

TAP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Italian Exhibition Group: Ecomondo et Key Energy 2020, essentiels pour l’avenir du pays

Profondément innovants, comme toujours. En direct et par voie numérique, accessibles et sûrs, pour libérer le potentiel du marché...

Jabeur Ben Attouch: 98% des agences de voyages, menacées de faillite, d’ici fin octobre 2020

98% des agences de voyages exerçant en Tunisie, sont menacées de faillite, d'ici fin octobre 2020, si les mesures d'appui financier prises par le...

USA : Le chômage nourrit les doutes sur la reprise

Les principales Bourses européennes ont terminé en baisse jeudi, l’augmentation inattendue des inscriptions au chômage aux Etats-Unis ayant ravivé les craintes d’un tassement de...

FMI: L’horizon économique mondial un peu moins sombre qu’attendu

Les perspectives d’évolution de l’économie mondiale ne sont pas aussi défavorables qu’on ne le craignait il y a trois mois, a déclaré jeudi un...

MIQYES 2019 : 17,6% des PME toujours bloquées et 50,4% jugent la reprise très lente et préjudiciable

Cette année, le MIQYES mesure à la fois la santé des PME en 2019 ainsi que l’impact du COVID-19 sur les PME en 2020....

Dans la même catégorie