Les marchés financiers tablent sur peu de baisses de taux après 2024

Date:

Les emprunteurs à l’affût d’une baisse rapide et marquée des taux d’intérêt des banques centrales pourraient être déçus, les marchés financiers tablant sur des coûts d’emprunt à des niveaux élevés dans les années à venir.

Quelle que soit l’ampleur de la baisse du coût du crédit en 2024, les taux intégrés par les marchés monétaires montrent que la décennie de taux d’intérêt proches de zéro qui a suivi la grande crise financière de 2008 a peu de chances de se reproduire tant que les pressions inflationnistes et les dépenses publiques resteront élevées.

Un tel scénario pourrait accentuer les difficultés de nombreux emprunteurs publics et privés, dont les coûts d’emprunts, n’intègrent pas encore pleinement les hausses record de taux décidées par les banques centrales au cours des deux dernières années.

Les marchés monétaires prévoient que la Réserve fédérale américaine (Fed) va ramener le taux des fonds fédéraux à environ 3,75% d’ici la fin de l’année, mais celui-ci ne descendra à environ 3% qu’à la fin de 2026, avant de remonter à environ 3,5% par la suite, bien loin des taux quasiment nuls observés avant mars 2022.

Quant à la Banque centrale européenne (BCE), son taux de dépôt, actuellement à 4,0%, devrait s’établir à environ 2% seulement d’ici fin 2026, alors qu’il a été négatif entre 2014 et juillet 2022.

« Il s’agit simplement d’une normalisation de la politique (des banques centrales). Il ne s’agit pas d’un retour à une politique monétaire accommodante », explique Mike Riddell, gestionnaire de portefeuille chez Allianz Global Investors.

Les attentes des marchés financiers reflètent le scénario d’un glissement vers les taux d’intérêt dits « neutres », c’est-à-dire qui ne stimulent ni ne ralentissent l’économie.

La situation actuelle de l’économie américaine, qui a pour le moment échappé à une récession que beaucoup prédisaient en raison du resserrement agressif de la Fed, conforte également cet argument.

La menace d’une résurgence de l’inflation sur fond de tensions géopolitiques, une politique budgétaire plus accommodante et des gains de productivité grâce à l’intelligence artificielle, sont autant de facteurs susceptibles de favoriser un ancrage vers le taux neutre, également appelé « R-star ».

OÙ SE SITUE LE TAUX NEUTRE?

Le taux neutre, impossible à déterminer en temps réel, fait l’objet de nombreux débats et tout le monde n’est pas convaincu qu’il a bougé, alors que sa fixation est essentielle pour comprendre le potentiel de croissance d’une économie et la décision d’une banque centrale quant à l’ampleur de la réduction des taux à l’avenir.

Les attentes des marchés financiers en la matière sont actuellement supérieures à l’estimation de 2,5% de la Fed, même si plusieurs responsables de la banque ont évoqué un taux à plus de 3%.

En zone euro, les responsables de la BCE parlent d’un taux neutre d’environ 1,5% à 2%.

« Je suis sceptique quant à l’évolution du R-star », a déclaré Idanna Appio, ancienne économiste de la Fed, aujourd’hui gestionnaire de portefeuille chez First Eagle Investment Management.

Idanna Appio dit ne pas comprendre la raison pour laquelle les marchés tablent sur un maintien de taux élevés, alors que de nombreuses mesures des prévisions d’inflation suggèrent un retour aux objectifs des banques centrales. Il est prématuré d’évoquer une hausse de la productivité, a-t-elle ajouté.

Même si une projection sur l’évolution des taux n’est pas un exercice aisé et que les marchés peuvent se tromper, la prudence s’impose pour les emprunteurs, habitués ces dernières années à des taux bas.

« Cela signifie que les entreprises devront se refinancer à des taux raisonnablement, voire considérablement plus élevés que ceux qu’elles ont connus au cours des cinq dernières années », note Patrick Saner, responsable de la stratégie macroéconomique chez Swiss Re.

« Dans ce contexte, l’environnement de taux plus élevés est en fait très important, en particulier en matière de planification pour les entreprises », a-t-il ajouté.

Partager l'article:

Articles Recents

S'abonner

VIDÉOS SPONSORISÉES
VIDÉOS SPONSORISÉES

00:00:32

Lancement du nouveau Huawei Nova Y61

Huawei Consumer Business Group annonce le lancement du HUAWEI nova Y61, le plus récent smartphone de la série HUAWEI nova Y.
00:01:21

Samsung innove dans le suivi santé et bien-être avec les Galaxy Watch5 et Galaxy Watch5 Pro

Les nouvelles Galaxy Watch5 Series proposent des fonctionnalités de suivi du sommeil pertinentes et un design personnalisé pour façonner les habitudes de santé et bien-être au quotidien.

CONTENUS SPONSORISÉS
CONTENUS SPONSORISÉS

OPPO A78, le nouveau smartphone bientôt en Tunisie

OPPO, la marque leader sur le marché mondial des appareils connectés, vient d’annoncer l’arrivée sur le marché tunisien de son dernier smartphone A78, à partir du 1er septembre 2023.
00:03:27

OPPO Tunisie lance les nouveaux smartphones Reno8 T 4G, Reno8 T 5G, un design élégant et une fluidité totale

OPPO vient d’annoncer le lancement, en Tunisie, de ses derniers modèles de smartphones de la série Reno, les nouveaux Reno8 T et Reno8 T 5G, avec une offre spéciale durant tout le mois de mars 2023.

Oppo consolide sa position et met en avant la nouvelle technologie de son Reno7

OPPO, la marque internationale leader dans l’industrie des smartphones et des objets connectés, a développé ces dernières années sa position et ses activités en Tunisie, dans le cadre d’une extension sur les marchés de la région Moyen Orient et Afrique.

OPPO Reno7 : L’Expert du portrait qui capture vos différentes personnalités

En tant que première série de smartphones à se spécialiser dans la photographie de portrait, la série Reno d’OPPO a ouvert la voie à une nouvelle génération de portrait intelligent à l’aide d’une technologie révolutionnaire et des algorithmes d'intelligence artificielle.

A lire également
A lire également

L’Union européenne accorde un soutien financier de 150 millions d’euros à la Tunisie

L'Union européenne (UE) a déboursé, 150 millions d'euros (près de 506 millions de dinars), au profit de la Tunisie, sous forme de soutien financier, a indiqué la commission européenne dans un communiqué publié lundi.

Lancement du programme « Tunisia Data Literacy Program »

Le programme de maîtrise des données de la Tunisie "Tunisia Data Literacy Program" a été lancé, lundi, à Tunis, à l'initiative du Pôle mondial d'expertise en pauvreté et équité et le Pôle mondiale d'expertise en protection sociale et emploi relevant de la Banque mondiale (BM),

Le Forum Régional du Crowdfunding se tiendra à Sousse le 06 Mars 2024 à l’hôtel Sousse Palace

L'Agence De Promotion de l'industrie et de l'Innovation organise Sous le Patronage du Ministère de l'Industrie, des Mines et de l'Energie, le Forum Régional du Crowdfunding et ce, en collaboration avec le projet innovi, financé par la Commission Européenne et mis en œuvre par Expertise France Le forum se tiendra à Sousse le 06 Mars 2024 à l'hôtel Sousse Palace.

La Bourse de Tunis termine dans le vert lundi, s’appuyant sur la tendance positive des titres BIAT et Attijari Bank

Le marché a entamé la semaine du bon pied, affichant une hausse de 0,7% à 8700,1 au terme de la séance du lundi. Le Tunindex réduit, ainsi, sa contreperformance annuelle à –0,6%.

Les Bourses européennes terminent hésitante une séance attentiste

Les marchés européens ont terminé dispersés une séance sans évènements majeurs, alors que plusieurs rendez-vous importants cette semaine incitent à la prudence.

La Banque nationale suisse accuse une perte de 3,2 mds de francs en 2023

La Banque nationale suisse (BNS) a annoncé lundi avoir accusé une perte annuelle de 3,2 milliards de francs suisses (3,34 milliards d'euros) pour 2023, le passage à des taux d'intérêt positifs ayant coûté cher à l'institution bancaire helvète.

BRI – Les banques centrales proches de remporter la lutte contre l’inflation

Les banques centrales sont sur le point de remporter leur combat contre l'inflation, selon le dernier rapport trimestriel de la Banque des règlements internationaux (BRI), publié lundi.

L’Opep+ décide de prolonger les baisses de production de pétrole

En pleine incertitude quant à la demande future et sous l’impulsion de l’Arabie saoudite et de la Russie, plusieurs pays membres de l’Opep+ ont annoncé dimanche 3 mars prolonger la réduction de leur production de pétrole jusqu'à la fin du deuxième trimestre 2024.