Bitcoin : Innovation ou spéculation ?

Les crypto-monnaies comme le Bitcoin sont de nouveaux moyens de paiement. Les faits et les arguments suggèrent qu’ils sont hautement spéculatifs. Il existe cependant des innovations technologiques prometteuses qui y sont liées.

Que sont les crypto-monnaies ?
Les crypto-monnaies sont de nouveaux moyens de paiement, un paiement numérique. Ils utilisent ce qu’on appelle la cryptographie pour des raisons de sécurité (1). Le Bitcoin est un exemple de ce type de devise. Elle détient la plus grande part de marché de ces monnaies. Le Bitcoin peut être utilisé comme moyen de paiement en employant un processus basé sur la technologie blockchain. Il permet de transférer la valeur n’importe où dans le monde où un fichier blockchain est accessible. Le processus a besoin de « mineurs » (potentiellement toute personne qui utilise un ordinateur) qui compilent les transactions en « blocs » qui sont utilisés pour valider les transactions. Les mineurs sont rémunérés en Bitcoins. Il n’ y a pas d’entité dans le processus qui est en plein contrôle.

Les « chaines de blocs » (Blockchain): l’exemple d’une transaction

Fin 2017, la valeur du Bitcoin était d’environ 0,5% de la masse monétaire mondiale et il y avait environ 100 millions de transactions traitées par le Bitcoin (annualisées) contre environ 80 milliards de transactions traitées par le système de paiement VISA au cours de la même période (2).

Les avantages et les inconvénients de la crypto-monnaies
Avantages

Les partisans de la crypto-monnaie font valoir que le transfert de la valeur est plus facile, moins cher et plus rapide. Il n’existe pas d’autorité centrale telle qu’une banque centrale qui puisse influencer activement la valeur d’une monnaie, par exemple en créant une masse monétaire excessive qui conduirait à une perte de pouvoir d’achat via l’inflation.

Inconvénients

  1. Les transactions sont anonymes, ce qui réduit la capacité des gouvernements à lutter contre la fraude fiscale et pourrait favoriser le blanchiment d’argent.
  2. Si les monnaies numériques sont utilisées à plus grande échelle, les banques centrales auraient un contrôle réduit sur la politique monétaire et perdraient certains revenus liés à la création de monnaie (« seigneuriage »).
  3. Les mineurs utilisent des économies d’échelle et sont devenus très importants. A ce stade, il y a apparemment une concentration de mineurs en Chine.
  4. La volatilité des prix est assez extrême. Il est donc très improbable que des crypto-monnaies telles que le Bitcoin avec une volatilité quotidienne énorme de prix pourraient agir en tant que réserve de valeur. Même pour les transactions, une telle volatilité peut représenter un sérieux inconvénient. Cela réduit la probabilité que ces monnaies numériques puissent jouer le rôle d’unité monétaire à grande échelle.
  5. Il y a encore des problèmes de sécurité (hacking, « crash » d’ordinateurs). A ce stade, il n’est pas possible d’inverser des opérations. L’événement récent survenu à la bourse « Coincheck » de Tokyo, au Japon, avec le vol d’environ 523 millions d’unités d’une crypto-monnaies (valeur d’environ 530 millions de dollars), en est un exemple.
  6. Le nombre de Bitcoins en circulation est limité (en raison de la technologie sous-jacente). Le prix est déterminé par l’offre et la demande. La spéculation peut entraîner d’énormes fluctuations de prix.
  7. Il n’existe pas d’entité centrale qui pourrait intervenir en cas de problèmes ou de nécessité de réglementation.
  8. Les « mineurs » ont des besoins énormes en puissance de calcul. Il en résulte une consommation électrique assez extrême. Il est donc difficile d’imaginer une généralisation de l’utilisation de crypto-monnaies dans l’état actuel de la technologie.

L’innovation technologique de la crypto-monnaie
L’objectif initial des crypto-monnaies est de permettre des transactions moins chères et plus rapides dans un environnement moins réglementé. La technologie qui rend cela possible est la technologie des chaînes de blocs (blockchain). Il est en effet possible que les monnaies numériques feront partie de notre avenir. Celles-ci seront probablement plus réglementées et il est possible que les banques centrales les émettent.

Les crypto-monnaies de banque centrale pourraient être une véritable innovation.
Une autre innovation technologique encore plus prometteuse est la généralisation de l’utilisation de la technologie des chaînes de blocs (blockchain). Cette technologie pourrait être une technologie disruptive dans un certain nombre de domaines. La première utilisation concerne les paiements, comme nous l’avons déjà vu pour les monnaies numériques. Mais un autre domaine clé pourrait être celui des systèmes de chaîne d’approvisionnement. La technologie blockchain pourrait aider à sécuriser et suivre les chaînes d’approvisionnement, par exemple pour la viande. Il pourrait également produire des registres fiables de la propriété dans des domaines comme les biens de luxe, les terres, l’immobilier ou tout simplement aider les gouvernements à gérer les données de recensement (3). Ce ne pourrait être que le début d’un processus de création de valeur dans un monde de plus en plus numérique.

Le principal problème à ce stade avec les crypto-monnaies est que les faits récents suggèrent qu’ils ne sont pas achetés pour des raisons transactionnelles mais à des fins de spéculation. Pendant la formation d’une bulle, la demande alimentée par la spéculation dépasse généralement l’offre.

Pourquoi le marché du Bitcoin est hautement spéculatif
Comme déjà mentionné, ces monnaies ont principalement été créées pour permettre des moyens de transaction plus rapides et moins chers. La perception de la rareté par rapport aux besoins escomptés de ces monnaies numériques a cependant attiré de nombreux spéculateurs dans une logique d’offre et de demande. Un certain nombre d’éléments donnent à penser qu’une telle hypothèse pourrait s’avérer largement exagérée. Dans le cas des Bitcoins, il y a un montant d’émission limité à 21 millions d’unités (limité par la technologie). Il est cependant assez facile de créer une nouvelle crypto-monnaie et jusqu’ à récemment, il y avait environ 50 à 60 nouvelles devises créées par mois (via ce que l’on appelle les « Initial Currency Offering »).

Logiquement, la part de marché d’une monnaie individuelle comme le Bitcoin est passée de près de 80 % à environ 40 % au cours de l’année dernière. En d’autres termes, l’offre est beaucoup plus élastique que prévu.

En outre, les banques centrales pourraient également intervenir et créer leur propre monnaie numérique qui offrirait les mêmes avantages aux utilisateurs et permettrait aux gouvernements de rendre ces transactions plus transparentes, d’assurer des recettes fiscales et de lutter contre la criminalité. Les gouvernements et/ou les banques centrales pourraient limiter leur utilisation au fil du temps. Cela a déjà été suggéré par les autorités sud-coréennes, par exemple. Il est en outre probable que la demande soit également limitée par les facteurs mentionnés précédemment.

Le lancement d’instruments financiers dérivés tels que les contrats à terme sur bitcoins n’est pas nécessairement un facteur de stabilisation. En effet, ces contrats se règlent en espèces sans recours aux bitcoins. Intéressant aussi de noter que les premiers types de contrats à terme ont été introduits en 1636 lors de la « manie des tulipes » peu de temps avant le crash de 1637 (4). Les risques systémiques en cas d’effondrement des crypto-monnaies sont cependant assez faibles compte tenu du montant total en circulation.

Dans l’ensemble, il convient de se préparer à une évolution très volatile des prix de crypto-monnaies et, à terme, à un effondrement des prix si les investisseurs perdent confiance dans l’hypothèse de la pénurie de l’offre. Les monnaies numériques sont donc extrêmement risquées.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here