La députée de Nidaa Tounes à l’ARP est revenue, Bochra Belhaj Hmida, dans une interview accordée ce lundi 2 novembre 2015 à l’émission Expresso de Wassim Ben Larbi sur Express Fm, sur les événements de la veille qui ont secoué Nidaa Tounes.

Mme Belhaj Hmida a expliqué que malgré le fait qu’elle n’ait pas voulu prendre parti pour aucun des deux camps et malgré le fait qu’elle ait tout tenté pour réconcilier les deux parties, chacun des deux clans pense qu’elle est avec l’autre.

Bochra Belhaj Hmida a souligné dans son intervention, que «pour elle, ce qui est arrivé hier est un point de rupture».
«Quand je vois ce qui s’est passé hier, je pense qu’on n’est pas en train de fonder une République mais en train de la démolir. Si je parle aujourd’hui, c’est que j’ai peur pour la transition démocratique en Tunisie, car si on use de ses méthodes contre son propre camp alors que va-t-on faire demain contre l’opposition et contre tous ceux qui ne partagent pas leur vision politique ?», s’est-elle indignée.
Et d’ajouter «Nidaa Tounes a été créé pour éliminer tout genre de barbarie et de violences. Nidaa Tounes a été créé pour apporter l’équilibre au pays et non pas pour donner le pouvoir à une partie dans un parti politique».

La députée a conclu : «Personnellement, je me vois mal m’assoir pour discuter avec des personnes qui envoient des milices, majoritairement des jeunes. Des personnes qui introduisent des jeunes dans des conflits qui ne les concernent pas et les encouragent à la violence et à prononcer des insultes et des injures, pour moi, c’est un acte non patriotique et il n’est pas possible que ce genre de personne construise la deuxième République, pour être claire».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here