Après la soirée française de Ben l’Oncle Soul et d’Indila, le public du Festival International de Carthage avait rendez-vous, mercredi 5 août 2015, avec un artiste aux talents multiples venu d’outre manche.
En effet cette soirée était réservée à Charlie Winston l’auteur, compositeur, chanteur et guitariste au style unique en son genre qui nous vient directement du Royaume Uni et plus précisément de Cornouailles.
Hobo, comme il se décrit lui-même, il est monté sur la scène mythique du théâtre romaine de Carthage, vêtu d’un costume anglais et arborant un joli Fedora sur la tête, sous les applaudissements de la foule venue le découvrir alors qu’il se produit pour la première fois en Tunisie.

Charlie Winston avait assuré dans les médias qu’il n’a eu aucun doute quant à sa venue en Tunisie et qu’il est pertinemment convaincu qu’annuler son concert aurait été synonyme de victoire du terrorisme qui voulait priver les gens de leur joie de vivre.
Sur scène, il a à nouveau exprimé son amour pour la Tunisie et a partagé son expérience dans notre pays avec le public présent tout en remerciant le Festival International de Carthage qui lui a donné la chance d’être présent parmi nous.
Par la suite, l’artiste a montré qu’il était lui aussi capable de mettre de l’ambiance et d’inciter les gens à danser et à s’éclater avec lui. Tout comme Ben l’Oncle Soul avant lui, Charlie Winston est descendu de scène et est parti à la rencontre du public avant d’inviter les personnes se trouvant dans les gradins à se rapprocher de la scène pour profiter au mieux du show.
Après un peu plus d’une heure, Charlie Winston a quitté la scène sous les applaudissements avant d’y revenir une nouvelle fois et chanter  »Back To Black » dans un hommage émouvant à Amy Winehouse.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici