samedi, septembre 26, 2020

Coronavirus : l’Union des Petites et Moyennes Industries (UPMI) adresse une série de recommandations pour protéger les salariés

Dans la même catégorie

La BH BANK lance son Centre de Développement des Compétences « BH Academy » : Un acquis et des ambitions

La BH Bank vient d’inaugurer son centre de Développement des Compétences « BH Academy» lors d’une cérémonie présidée par...

Le projet du budget de l’Etat 2021 au cœur d’une réunion à la Kasbah

L'avancement de l'élaboration du projet du budget de l'Etat pour l'année 2021 a été au cœur d'une réunion, jeudi,...

Italian Exhibition Group: Ecomondo et Key Energy 2020, essentiels pour l’avenir du pays

Profondément innovants, comme toujours. En direct et par voie numérique, accessibles et sûrs, pour libérer le potentiel du marché...

Jabeur Ben Attouch: 98% des agences de voyages, menacées de faillite, d’ici fin octobre 2020

98% des agences de voyages exerçant en Tunisie, sont menacées de faillite, d'ici fin octobre 2020, si les mesures...

MIQYES 2019 : 17,6% des PME toujours bloquées et 50,4% jugent la reprise très lente et préjudiciable

Cette année, le MIQYES mesure à la fois la santé des PME en 2019 ainsi que l’impact du COVID-19...

Face à la pandémie du Coronavirus, l’Union des Petites et Moyennes Industries (UPMI) vient d’adresser une série de recommandations aux différentes parties prenantes visant à préserver les salaires des employés durant la période « la plus difficile » d’avril à juin 2020.

Dans un communiqué publié, mercredi, l’UPMI appelle les entreprises à préserver l’emploi de l’ensemble de leurs salariés en leur versant au moins 70% de leur revenus nets mensuels (hors primes) et à poursuivre l’exploitation une fois le confinement levé et le risque sanitaire dépassé.

L’UPMI a, par ailleurs, exhorté l’Etat à mettre en place des mesures visant à prendre en charge des cotisations sociales et de permettre des exonérations des impôts directs et indirects sur salaire.

Elle a également suggéré la mise en place d’un fond de garantie permettant de prendre en charge des crédits à moyen terme au profit des PME qui le souhaitent, et ce, afin de couvrir les 70% des salaires nets à verser aux employés.

Pour l’UPMI, ce « package » de recommandations permettrait de « répartir le fardeau de la période de confinement sur toutes les parties prenantes », précisant que l’adhésion à ces recommandations se fera sur une base volontariste.

La poursuite de l’activité après le confinement général demeure la seconde priorité, assure l’Union, soulignant l’importance du fonds de garantie de 500 MD, mis en place par l’Etat et qui vise l’octroi de crédits à moyen terme très substantiels pour aider les PME à passer ce cap.

Toutefois, l’accès au crédit demeure problématique en l’absence de nouveaux actifs à hypothéquer, estime la même source, soulignant que ce mécanisme reste indispensable compte tenu des politiques de financement des entreprises tunisiennes où le crédit fournisseur est assez développé mais la plupart du temps sécurisé par des chèques de garantie.

Et d’ajouter que les problèmes prévisibles en matière de trésorerie risquent, ainsi, de causer des faillites « en cascades » qui deviendraient rapidement incontrôlables vu le cadre juridique des chèques sans provisions.

L’UPMI a, également, pointé un problème lié au coût du financement : « La BCT a, certes, abaissé en deux fois sont taux directeur, mais le taux de sortie pour l’entreprise demeure, à environ 10%, très élevé ».

Dans ce contexte, l’Union a appelé à la nécessité de compléter ce mécanisme par une mesure de bonification du taux d’intérêt des crédits accordés avec une garantie du nouveau fonds de 500 MD.

Elle a, par ailleurs, jugé indispensable d’utiliser certains fonds déjà alloués par le Gouvernement à aider les entreprises à faire face à la crise et notamment celui pour les entreprises en difficulté (300 MD) et celui pour les entreprises innovantes (500 MD).

L’objectif étant, selon la même source d’aider le gouvernement à préserver, un tant soit peu, les équilibres macroéconomiques.

Bien que la volonté et l’orientation politiques restent à la hauteur des défis auxquels la Tunisie est actuellement confrontée, il n’en demeure pas moins que les efforts soient insuffisants, estime encore l’UPM, soulignant qu’ils doivent être mieux ciblés.

SourceTAP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

 L’AFC lance une obligation verte de 150 millions de francs suisse pour financer le développement durable de l’Afrique

La Société Financière Africaine ("l’AFC" ou la "Société"), le principal fournisseur de solutions d’infrastructure en Afrique, annonce aujourd'hui le...

La Bourse de New York finit la semaine dans le vert grâce aux technologiques

La Bourse de New York a fini en hausse vendredi de 1,34% après l’annonce de la hausse des commandes de biens durables aux Etats-Unis...

Les Bourses Européennes: Le risque sanitaire plombe les actions de la zone euro

Les principales Bourses de la zone euro ont terminé vendredi dans le rouge une semaine compliquée pour les marchés d’actions en raison notamment d’évolutions...

François Villeroy de Galhau: La BCE doit envisager de reformuler son objectif d’inflation

La Banque centrale européenne (BCE) doit envisager de reformuler son objectif d’inflation dans le cadre de la révision du cadre de sa politique monétaire,...

La valeur de Tesla perd 50 milliards de dollars malgré la promesse d’une batterie moins chère

Les investisseurs ont retranché mardi 50 milliards de dollars de la valeur marchande de Tesla malgré la promesse du patron du groupe, Elon Musk,...

Dans la même catégorie