mercredi, janvier 20, 2021

Algerie : Aymen Ben Abderrahmane, la finance islamique lancée en août

Ce processus permettra d’attirer une grande partie des liquidités disponibles dans le marché parallèle

Dans la même catégorie

Le plus grand salon de l’écologie – Ecomondo et Key Energy, voici les dates 2021 : 26-29 octobre, au salon de rimini (italie)

L’année 2021 sera riche en importants rendez-vous internationaux pour l’économie verte. Parmi les plus importants, ceux d’Italian Exhibition Group...

CEA : Les pays de l’Afrique du Nord doivent renforcer l’intégration économique pour consolider la résilience face à la Covid-19

Les participants à la 35ème réunion du Comité intergouvernemental de hauts fonctionnaires et d’experts (CIHFE) du Bureau sous-régional de...

Les envois de fonds devraient reculer de 8% dans la région MENA en 2020 et 2021

Les transferts d’argent vers les pays à revenu faible et intermédiaire devraient se replier à 508 milliards de dollars...

Italie : les thèmes environnementaux de la zone euro-méditerranéenne et d’Afrique du Nord dans la digital double green week d’Ecomondo et Key Energy. En...

Dans les starting-blocks, l’inauguration du plus grand salon numérique pour le monde de l’écologie, Ecomondo et Key Energy d’Italian...

Porsche Middle East and Africa signe son meilleur troisième trimestre sur ces 5 dernières années

Fort d’une solide croissance de 5 %, Porsche Middle East and Africa FZE (PME) n’a jamais réalisé un si...

Le ministre algérien des Finances, Aymen Ben Abderrahmane, a annoncé, dimanche, la mise sur le marché des produits de la finance islamique, pour la première fois dans des banques publiques, à partir du mois d’août prochain, après l’obtention d’une fatwa (avis religieux).

Cette annonce a été faite par le ministre, dimanche, au cours d’une interview accordée à la radio algérienne publique.

Ben Abderrahmane a dévoilé que deux banques publiques ont achevé les procédures d’obtention d’une fatwa, afin de faire adapter les produits à la charia’ (Loi islamique) et que ces produits seront mis sur le marché à compter du début du mois d’août prochain.

Il s’agit, selon le ministre, de la Banque nationale d’Algérie (BNA) et de la Banque de l’Agriculture et du développement rural (BADR).

S’agissant des autres banques, le haut responsable a indiqué qu’elles doivent soumettre les détails de leurs offres au Haut Conseil Islamique (haute autorité de la fawta en Algérie), habilité à émettre un avis religieux quant à l’adaptation de leurs produits aux règles de la Loi islamique.

Le gouvernement algérien estime que l’intégration de la finance islamique permettra de polariser une part conséquente des fonds utilisés dans le marché parallèle, à l’effet de financer l’économie, loin des canaux officiels.

Au mois de mars dernier, la Banque centrale d’Algérie, avait autorisé aux banques évoluant dans le marché local, à mettre sur le marché huit nouveaux produits de la finance islamique, comme mesure destinée à faire face aux retombées du choc pétrolier.

Il s’agit de la mise sur le marché de 8 produits de la finance islamique, notamment, al-Mourabaha (double vente), al-Moudharaba (fonds avancés par des dépositaires de capitaux), la participation, al-Ijara (crédit-bail), al- Istisna’a, les comptes de dépôt et les dépôts d’investissement.

Les modalités de financement islamique (sans intérêts) visent à contribuer à la mobilisation de l’épargne, en particulier, en injectant les fonds actuellement en dehors des banques et du circuit officiel (marché parallèle).

Le volume du marché algérien est estimé, selon des données officielles, à plus de 40 milliards de dollars, tandis que certains observateurs estiment que ce chiffre franchit allègrement la barre des 60 milliards de dollars.

Des tentatives gouvernementales, entreprises depuis 2014, ont échoué à commercialiser les produits de la finance islamique, restée limitée dans un cercle restreint de transactions.

L’Algérie compte 30 établissements bancaires, dont sept publics, et plus d’une vingtaine d’institutions étrangères, en provenance particulièrement des pays du Golfe et de la France ainsi qu’une banque britannique et une autre espagnole.

Articles récents

Les Bourses européennes ont fini en léger repli malgré les gains de Wall Street

Les Bourses européennes ont fini en baisse modérée mardi en dépit de la progression de Wall Street, indifférentes aux...

Dans la même catégorie