mardi, mars 2, 2021

Les principales Bourses européennes en hausse, le risque politique recule aux USA

Dans la même catégorie

Sadok Mzabi acquiert 226 290 actions ARTES

Dans le cadre de l'application de l'article 14 du règlement du Conseil du Marché Financier relatif à la lutte...

Mourad Ben Hassine : «Code Online» une nouvelle application qui proposera les prix de détail dans différents marchés tunisiens

«L’Institut national de la consommation s’apprête à lancer, à partir de la deuxième quinzaine de mars prochain, une nouvelle...

Tunisie Clearing, accréditée émetteur officiel

Tunisie Clearing a été accréditée en qualité d’émetteur officiel des Identifiants d’entités juridiques (LEI) par la Fondation Internationale des...

Situation financière du pays: Réserves de change dans le rouge

Selon la méthode ARA, régime flottant, la fourchette d’adéquation des réserves d’un pays doit être comprise entre 100% à...

Dégradation de la notation souveraine de la Tunisie par Moody’s: Les analystes s’inquiètent et espèrent un réveil des consciences

La Tunisie a subi, encore une fois, une dégradation de sa note souveraine, par l’agence Moody’s. L’agence de notation...

Les principales Bourses européennes sont en hausse lundi dans les premiers échanges après le feu vert donné par Donald Trump à une transition vers une administration Biden, un soulagement pour les investisseurs qui s’ajoute aux espoirs liés aux vaccins contre le COVID-19 et à la perspective d’une reprise de l’économie.

À Paris, l’indice CAC 40 gagne 0,9% à 5.541,75 points vers 08h50 GMT. À Londres, le FTSE est en hausse de 0,61%. À Francfort, le Dax prend 0,75%.

L’opérateur boursier Deutsche Börse a fait savoir que l’indice phare de la Bourse de Francfort passerait de 30 à 40 valeurs au premier trimestre 2021, sa plus importante transformation depuis sa création en 1988.

L’indice EuroStoxx 50 de la zone euro gagne 0,88%, le FTSEurofirst 300 avance de 0,63% et le Stoxx 600 de 0,58%.

Les incertitudes sur la transition à la Maison blanche diminuent après l’autorisation donnée lundi par Donald Trump à l’administration américaine d’entamer le processus pour Joe Biden, lui donnant accès à des fonds et des compte-rendus, alors même que le président sortant a promis de continuer à contester les résultats du scrutin.

A l’image de Wall Street, les places européennes saluent à leur tour une information selon laquelle Joe Biden prévoit de nommer l’ancienne présidente de la Réserve fédérale, Janet Yellen, au poste de secrétaire au Trésor, confiant à une économiste chevronnée la tâche de sortir les Etats-Unis de la crise due à la pandémie.

“Ce serait une nomination positive du point de vue du marché car elle devrait poursuivre des politiques conventionnelles. Et en ce qui concerne le plan de relance, il est probable qu’elle écoutera les demandes de la Fed et essaiera de les appuyer autant que possible”, a indiqué Commerzbank dans une note.

Ces facteurs s’ajoutent à la perspective d’une prochaine mise à disposition de vaccins, qui fait espérer aux investisseurs que la crise du coronavirus approche de son terme, et avec elle les restrictions à travers le monde qui pèsent sur l’activité économique.

Du côté de la conjoncture, la croissance allemande a été révisée au hausse à 8,5% pour le troisième trimestre, un chiffre historique. Le marché prendra connaissance à 09h00 GMT du climat des affaires dans la plus grande économie d’Europe.

VALEURS
Les secteurs cycliques comptent à nouveau parmi les plus fortes hausses dans les premiers échanges. L’indice Stoxx de l’énergie gagne 2,86% devant celui des transports et loisirs (+1,8%) et celui des banques (+1,61%).

Les trois plus fortes progressions du CAC 40 sont pour Airbus, Accor et TechnipFMC qui prennent de 4,42% à 6,53%.

Le géant pétrolier Total gagne 3,31% après que le groupe a annoncé un projet de plan de départs volontaires en France.

Neoen cède 2,83%, parmi les plus fortes baisses du SBF 120, après la cession de 0,80% du capital par Bpifrance.

A Londres, le groupe britannique de restauration collective Compass gagne 4,50% après la publication de ses résultats annuels tandis qu’à Francfort, Continental (+3,16%) est en tête du Dax, soutenu par un relèvement de conseil de Citi à l’achat.

A WALL STREET
La Bourse de New York a commencé lundi la semaine de Thanksgiving par une séance de progression hésitante, soutenue par les secteurs sensibles à la conjoncture en raison des espoirs de campagnes de vaccination à venir contre le COVID-19 mais la baisse des géants du numérique a freiné la hausse.

L’indice Dow Jones a gagné 1,12%, le S&P-500 a pris 0,56% et le Nasdaq Composite a progressé plus difficilement, de 0,22%, après avoir été longtemps dans le rouge.

Les contrats à terme sur indices suggèrent pour l’instant une hausse de 0,4% à 0,9%.

EN ASIE
A la Bourse de Tokyo, fermée lundi en raison d’un jour férié, le Nikkei a terminé en hausse de 2,5%, à un plus haut depuis 29 ans. En Corée du Sud, l’indice Kospi de Séoul a gagné 0,58%, à un plus haut historique en clôture.

En Chine, la tendance a été à la prise de bénéfice après les fortes hausses récentes. L’indice SSE Composite de Shanghai a cédé 0,34% et le CSI 300 0,61%.

CHANGES/TAUX
Le dollar repart à la baisse face à un panier de référence (-0,29%), après avoir été soutenu la veille par des indices PMI “flash” américains supérieurs aux attentes.

L’euro est en hausse à 1,1873 dollar.

Sur le marché obligataire, le rendement du Bund à dix ans gagne près d’un point de base à -0,571%.

Celui des bons du Trésor américain de même échéance avance aussi très légèrement, à 0,8684%.

PÉTROLE
L’espoir d’une reprise rapide de la demande de pétrole, alimenté par les progrès dans la recherche d’un vaccin et l’accord de Donald Trump pour une transition vers une administration Biden, soutient les cours pétroliers: le baril de Brent gagne 0,59% à 46,33 dollars, après un pic de plus de huit mois, et celui de brut léger américain prend 0,86% à 43,43 dollars.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Zone-euro: pic de trois ans pour la croissance manufacturière en février

La croissance de l'activité manufacturière dans la zone euro a atteint un pic de trois ans en février grâce...

A lire également