mardi, mars 9, 2021

Nécessité d’augmenter les montants des microcrédits et de restructurer les associations des micro financements

Dans la même catégorie

Inflation : Les prix à la consommation globalement stables en février 2021

En février 2021, les prix à la consommation se stabilisent après une hausse de 0,7% en janvier 2021. Cette...

BIAT LABS : L’incubateur qui va réunir les compétences

Lancé en juin 2017, Biatlabs, l’incubateur de la Biat, est le premier incubateur du secteur bancaire en Tunisie. Doté...

L’endettement du secteur agricole très élevé

Les dettes du secteur agricole ont atteint 800,5 MD en 2020, représentant 25 mille agriculteurs, a déclaré le gouverneur...

Signature d’une convention entre BH BANK ET La CNRPS

La BH Bank et la Caisse nationale de retraite et de prévoyance sociale (Cnrps) ont signé une convention portant...

Pétrole: L’Opep+ prolonge pour l’essentiel sa baisse de production

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés, réunis au sein du groupe Opep+, sont convenus jeudi de...

Nécessité d’augmenter les montants des microcrédits et de restructurer les associations des micro financements

Le président de l’Association professionnelle des institutions de microcrédits Béchir Ben Amor, a appelé samedi le gouvernement à augmenter le taux d’intérêt des petits crédits accordés par les associations de développement des microcrédits qui atteignent 7,5%.

Intervenant lors de la conférence nationale des associations de microcrédits de Tunis, le responsable a indiqué que l’objectif recherché est de permettre à ces structures d’assurer la couverture de leurs dépenses et de la valeur des microcrédits de 5 à 10 mille dinars.
Il a, par ailleurs, souligné que l’approche adoptée prévoit la restructuration et l’intégration de ces associations dans toutes les régions dans l’objectif de créer un système régional.
Le responsable a par ailleurs rappelé que le gouvernement a accepté le principe de mise en place d’un accord sectoriel pour les employés des associations professionnelles (environ 1500 ) visant à préserver leurs droits en absence d’un statut régissant ce corps de métier crée en 1999.

Présentant une étude réalisée par un bureau d’étude privé et financé par la Banque africaine de développement (BAD), Khlifa Sboui DG adjoint de la banque tunisienne de solidarité (BTS), a souligné que le taux d’intérêt ne peut garantir l’équilibre financier des associations de financement que sur le court terme.

Les auteurs de l’étude recommande la nécessité de mettre en place des garantir la prise en charge des risques financiers afin d’aider les nouvelles structures de micro crédits à mobiliser les financements aux niveaux national et extérieur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

L’Autorité bancaire européenne victime d’une cyber-attaque

L'Autorité bancaire européenne (ABE) a indiqué lundi avoir été la cible d'une cyber-attaque tout en assurant qu'aucune donnée n'avait...

A lire également