lundi, mars 1, 2021

OMV Tunisie : Au moins, 2000 employés seront mis en chômage dans la région de Tataouine

Dans la même catégorie

Sadok Mzabi acquiert 226 290 actions ARTES

Dans le cadre de l'application de l'article 14 du règlement du Conseil du Marché Financier relatif à la lutte...

Mourad Ben Hassine : «Code Online» une nouvelle application qui proposera les prix de détail dans différents marchés tunisiens

«L’Institut national de la consommation s’apprête à lancer, à partir de la deuxième quinzaine de mars prochain, une nouvelle...

Tunisie Clearing, accréditée émetteur officiel

Tunisie Clearing a été accréditée en qualité d’émetteur officiel des Identifiants d’entités juridiques (LEI) par la Fondation Internationale des...

Situation financière du pays: Réserves de change dans le rouge

Selon la méthode ARA, régime flottant, la fourchette d’adéquation des réserves d’un pays doit être comprise entre 100% à...

Dégradation de la notation souveraine de la Tunisie par Moody’s: Les analystes s’inquiètent et espèrent un réveil des consciences

La Tunisie a subi, encore une fois, une dégradation de sa note souveraine, par l’agence Moody’s. L’agence de notation...

La compagnie pétrolière autrichienne « OMV Tunisie », procèdera, dans les jours qui viennent, à la « démobilisation de son personnel », opérant dans les champs pétroliers à Tataouine (sud de la Tunisie), à cause de l’arrêt total de la production, qui a duré plus d’un mois de ses sites d’exploitation.

« Cette décision a été prise, en absence d’horizons, avec la poursuite du sit-in d’El Kamour qui a coûté cher », a précisé à la TAP, Hamed Matri, conseiller du ministre de l’Industrie et de l’Energie.

La vanne de la station de pompage de pétrole d’El Kamour est toujours fermée, depuis le 17 juillet 2020, de suite à des protestations de jeunes qui revendiquent leur droit légitime à l’emploi et au développement. Les sit-inneurs refusent toujours sa ré-ouverture, jusqu’à la mise en application de toutes les clauses de l’accord d’El Kamour, signé avec le gouvernement, depuis le 16 juin 2017.

Contacté par TAP, en réaction aux informations relatées par des médias tunisiens concernant un éventuel départ définitif de la compagnie autrichienne « OMV », le responsable a précisé que la décision de la démobilisation du personnel des champs pétroliers de Tataouine est « une décision provisoire et non définitive, sauf que la reprise de l’activité serait difficile, car l’arrêt de l’activité dans un chantier pétrolier pourrait nuire à la pérennité de sa production ».

« Nous avons essayé de donner plus d’espoirs mais à présent nous ne pouvons rien faire » a-t-il dit, indiquant que la compagnie envisage également une démobilisation de son personnel au champ « Nawara ». Ce champ est un projet d’infrastructure stratégique pour la Tunisie permettant la valorisation des ressources en gaz du Sud du pays. Pour OMV, ce projet conjoint avec l’ETAP (50/50% ETAP / OMV) est une partie importante de sa stratégie de croissance en Tunisie et dans son portefeuille d’activités à l’international.

Au moins, 2000 employés seront mis en chômage dans la région de Tataouine. Les salaires du personnel de la société sont déjà réduits à hauteur de 40% et une autre révision à la baisse est toujours possible.

« Le site Tunisie est stratégique pour la compagnie, étant donné que ce fut le lieu du projet de la première exploration et production internationale d’OMV en 1971 », indique la compagnie « OMV Tunisie », sur son site officiel.

« Depuis, la Tunisie est devenue une composante importante de la région centrale d’Afrique du Nord avec l’acquisition de l’activité internationale de Preussag en 2003, et a renforcé sa position avec l’acquisition de Pioneer et Medco en 2011 ».

Les activités d’OMV se concentrent actuellement sur le forage et le développement des infrastructures dans le sud du pays. La Tunisie représente une source essentielle du développement potentiel future en particulier dans le gaz naturel, indique-t-on de même source.

Articles récents

Zone-euro: pic de trois ans pour la croissance manufacturière en février

La croissance de l'activité manufacturière dans la zone euro a atteint un pic de trois ans en février grâce...

A lire également