SERVICOM – Développement industriel et amélioration des marges

La groupe SERVICOM a tenu une communication financière le 6 juin durant laquelle son PDG et fondateur, M. Majdi Zarkouna, est revenu en détail sur l’évolution des différentes activités du groupe et a présenté des perspectives chiffrées pour l’exercice 2017 Les chiffres 2016 et les prévisions pour 2017 Le groupe, qui n’a pas encore publié ses états financiers consolidés pour l’exercice 2016, a révélé ses chiffres lors de la communication financière.

En 2016, les revenus consolidés sont en hausse 9% pour s’établir à 70,1MDT contre 64,5MDT en 2015. L’EBITDA gagne 12% en 2016 et s’élève à 15,4MDT contre 13,7MDT une année auparavant. La marge d’EBITDA gagne ainsi 0,6 point pour s’établir à 21,9%. Le résultat d’exploitation croît de 23,8% à 9,2MDT et les charges financières augmentent de 24% pour s’élever à 6,2MDT contre 5MDT en 2015.

Il est a noter que le groupe SERVICOM a doublé de taille entre 2012 et 2014 avec un CA consolidé qui est passé de 32MDT à 66MDT. La principale difficulté rencontrée par le groupe ces dernières années résidait au niveau de son besoin de trésorerie induit par la forte proportion de clients étatiques dans son portefeuille et donc des délais de paiement assez long associés à cette clientèle. SERVICOM a donc du avoir recours au crédits bancaires à court termes afin de financer son BFR. En 2014, la dette à CT représentait 65% de la dette financière du groupe et les frais financiers absorbaient l’intégralité du résultat d’exploitation.
Pour rappel, le groupe SERVICOM a procédé en 2016 à un emprunt obligataire (pour un montant de 7,5MDT, susceptible d’être porté à un maximum de 20MDT) qui s’est clôturé avec succès en aout 2016 pour 9MDT.

L’objectif était de stabiliser les ressources de financement de la société en substituant la dette à court terme par des ressources de financement à moyen terme et réduire ainsi les charges financières. En 2017, le groupe prévoit des charges financières en recul de 28%. Le groupe a également réalisé une augmentation de capital de 18MDT, clôturée en février 2017 et ayant pour but de renforcer les fonds propres et équilibrer le bilan.

Par Activité…
Les activités du groupe SERVICOM s’articulent autour de 4 pôles à fortes synergies, dont deux sont considérés comme matures (Travaux Publics et IT Telecoms) et deux autres comme des activités start-up (Ascenseurs et Chauffage & climatisation).

  • Travaux Publics (66% du CA consolidé): coeur de métier du groupe, l’activité comprend les travaux de voiries et de Routes. SERVICOM souhaiterait développer la fabrication de pré-fabriqués en béton. Rappelons que le groupe a intégré la fabrication d’asphalte à travers la création de deux usines.
  • Chauffage & Climatisation(13% du CA consolidé): positionnement « Haut de Gamme» à travers la représentation de marques étrangères: HITACHI et Ariston. L’objectif est de développer les services de maintenance du pôle qui représentent une forte valeur ajoutée (9% du CA de l’activité actuellement).
  • Ascenseurs (14% du CA consolidé): lancée en 2011, cette activité consiste en la fabrication, la vente, l’installation et le SAV de systèmes de transport vertical (Ascenseurs, Escalators et Montecharges). SERVICOM vise aujourd’hui une croissance à l’international en augmentant le volume des exportations vers l’Europe notamment en France ou le CA a dépassé 1M€ en 2016. Le groupe souhaiterait également développer l’intégration industrielle: le taux d’intégration est passé de 15% au lancement de l’usine à 40% en 2016 et vise plus de 50% en 2017. L’enjeu est également le développement et le renforcement du chiffre d’affaires maintenance préventive et curative afin d’améliorer les ventes et les marges.
  • IT Telecoms (7% du CA consolidé): activité historique du groupe qui portait sur le déploiement des réseaux locaux abonnés (RLA) et les réseaux d’entreprises. Aujourd’hui limitée à l’activité de la téléphonie mobile (Téléphones portables et tablettes), l’activité est en restructuration.

Les perspectives de développement
Le groupe mène sa stratégie de développement autour de 5 axes qui sont les suivants:

  1. Une croissance plus sélective répondant à une double logique de rentabilité et de génération de cash-flow. En effet, le management a déclaré souhaiter minimiser le nombre de projets afin de se concentrer sur les plus grands projets et les plus rentables.
  2. L’intégration industrielle des métiers, comme ce fut le cas pour la création des usines d’asphalte et comme souhaiterait le faire le groupe pour la fabrication de préfabriqués en béton
  3. Se libérer des tensions de trésorerie.
  4. Renforcer le positionnement à l’international. Le groupe est déjà présent en Algérie, au Maroc et en France. La filiale Lybienne est en veille.
  5. Augmenter la part des services telles que les services après vente pour les ascenseurs et la climatisation. Le groupe ne devrait a priori pas distribuer de dividendes au titre de l’exercice 2017. Cette proposition devrait être validée par l’Assemblée Générale qui se tiendra le 3 juillet.

BIAT

Articles récents

A lire également