lundi, mars 1, 2021

Tunisie : deux accords de financement mobilisant 238 millions € pour moderniser les infrastructures électriques et soutenir les PMEs

Dans la même catégorie

Sadok Mzabi acquiert 226 290 actions ARTES

Dans le cadre de l'application de l'article 14 du règlement du Conseil du Marché Financier relatif à la lutte...

Mourad Ben Hassine : «Code Online» une nouvelle application qui proposera les prix de détail dans différents marchés tunisiens

«L’Institut national de la consommation s’apprête à lancer, à partir de la deuxième quinzaine de mars prochain, une nouvelle...

Tunisie Clearing, accréditée émetteur officiel

Tunisie Clearing a été accréditée en qualité d’émetteur officiel des Identifiants d’entités juridiques (LEI) par la Fondation Internationale des...

Situation financière du pays: Réserves de change dans le rouge

Selon la méthode ARA, régime flottant, la fourchette d’adéquation des réserves d’un pays doit être comprise entre 100% à...

Dégradation de la notation souveraine de la Tunisie par Moody’s: Les analystes s’inquiètent et espèrent un réveil des consciences

La Tunisie a subi, encore une fois, une dégradation de sa note souveraine, par l’agence Moody’s. L’agence de notation...

La directrice générale adjointe de la Banque africaine de développement pour l’Afrique du nord, Yacine Diama Fal et le ministre tunisien des Finances et ministre par intérim du Développement, de l’investissement et de la coopération internationale, Ridha Chalghoum, ont signé, mardi, deux accords de financement dans les secteurs énergétique et financier, pour un montant total de 238 millions d’euros.

La cérémonie de signature s’est déroulée au siège du ministère du Développement à Tunis, en présence du ministre de l’Industrie et des Petites et moyennes entreprises, Selim Feriani, ainsi que des présidents directeurs généraux de la Société tunisienne d’électricité et de gaz (STEG) et de la banque publique tunisienne BH Bank.

« La Tunisie est engagée à mobiliser des financements extérieurs pour ses projets structurants. A travers ces accords, nous modernisons les insfrastructures électriques et améliorons les prestations rendues aux populations. Nous appuyons également le développement des petites et moyennes entreprises à travers un accès facilité au financement. », a déclaré le ministre des Finances et ministre par intérim du Développement, de l’investissement et de la coopération internationale, Ridha Chalghoum.

« Nous saluons l’excellence de nos relations avec la Banque africaine de développement. 2019 a vu l’octroi de financements importants au profit de secteurs stratégiques. » a-t-il ajouté.

D’un montant de 138 millions d’euros en faveur de la Société tunisienne d’électricité et gaz (STEG), le premier accord porte sur la mise en œuvre du projet d’aménagement et d’équipement du réseau de transport d’électricité. Il permettra une plus grande stabilité du réseau électrique et améliorera la qualité des prestations de services au bénéfice des populations. Plus concrètement, ce projet financera l’acquisition de postes de transformation haute et moyenne tension, la construction d’environ 250 km de liaisons électriques et l’installation d’un dispositif de télé-conduite.

Le second accord met en place une ligne de crédit de 100 millions d’euros en faveur de la banque publique tunisienne BH Bank. Son objectif est de renforcer les activités de financement ciblant des petites et moyennes entreprises dans les secteurs de la santé, du logement social, de l’industrie et des énergies renouvelables. Avec pour finalité de contribuer à diversifier la capacité de production du pays en soutenant la croissance dans différents secteurs.

« Ces deux nouvelles opérations s’imbriquent parfaitement pour soutenir les entreprises tunisiennes et créer de nouveaux emplois pour les jeunes sur l’ensemble du territoire. C’est au final ce qui compte » s’est réjouie Yacine Diama Fal, directrice générale adjointe de la Banque pour l’Afrique du nord. « La première qui concerne l’électricité, est un des prérequis au développement des énergies renouvelables, lequel s’accompagnera d’une forte intégration industrielle au niveau local. En synérgie avec la réforme du secteur financier, la seconde vient élargir les possibilités de financement, et donc de développement, à de nouveaux acteurs économiques. » a-t-elle précisé.

Le partenariat entre la Tunisie et la Banque africaine de développement dure depuis près d’un demi-siècle couvrant différents secteurs, dont l’énergie, l’eau, les transports, l’agriculture et le développement social.

Articles récents

Zone-euro: pic de trois ans pour la croissance manufacturière en février

La croissance de l'activité manufacturière dans la zone euro a atteint un pic de trois ans en février grâce...

A lire également