Turquie : Il est encore temps de regagner la confiance des investisseurs

Suite à la réélection du président Erdogan et à la victoire de l’alliance AKP-MHP aux législatives du 24 juin, les marchés ont réagi positivement, saluant la fin à court terme de l’incertitude politique. L’accalmie a toutefois été brève. Au cours des trois derniers mois, la livre turque s’est dépréciée de 15% par rapport au dollar US et l’indice de la bourse d’Istanbul a chuté de 18%. Dans le même temps, les taux obligataires à 2 ans ont grimpé de 450 points de base (pb) à 18,45%, dans le sillage du tardif mais significatif resserrement monétaire opéré par la banque centrale, et les primes de CDS à 5 ans sur les obligations souveraines en devises ont augmenté (+110 pb).

Dans un contexte de tensions sur les marchés émergents et de hausse du risque géopolitique, les marchés s’inquiètent de la trajectoire macroéconomique et politique de la Turquie. Les autorités doivent réagir aux déséquilibres macroéconomiques inquiétants (inflation et déficit du compte courant) et envoyer un signal clair de l’indépendance de la banque centrale. M. Erdogan prouvera-t-il une nouvelle fois son pragmatisme ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici