Algérie, le nouveau modèle de croissance économique

La chute brutale du prix des hydrocarbures a révélé la grande vulnérabilité des finances publiques. En effet, malgré la dépréciation du dinar, la fiscalité pétrolière a chuté de -7.9% en 2014 et de -32.9% en 2015. Cette baisse des revenus budgétaires a entrainé l’un des plus importants déficits budgétaires que le pays ait connu depuis au moins quinze ans ainsi qu’une contraction importante de l’encours du FRR.

Le soutien de la politique budgétaire dans cette conjoncture pétrolière défavorable nécessite des ajustements qui confèrent plus de rigueur aux dépenses publiques et plus de rendement fiscal tout en consolidant les principes de justice sociale et de solidarité nationale que consacre notre Constitution. Les véritables sources de cette vulnérabilité budgétaire sont liées à la nature du modèle de fonctionnement de l’économie largement dépendant des hydrocarbures (32% de la production brute de l’économie et prépondérance des exportations des hydrocarbures) et de la dépense budgétaire (60% des revenus budgétaires de l’Etat). L’Etat est également le principal investisseur (49% du total de l’accumulation brute de fonds fixes) et l’employeur en dernier ressort (25% du total de l’emploi formel). Ce modèle d’organisation et de financement de l’économie a certainement permis la réalisation d’un large réseau d’infrastructures économique et social que ce soit en termes d’accès au logement et à l’eau, d’introduction massive de gaz et d’électricité dans les foyers, d’infrastructures de transport, ou d’accès aux soins et à l’éducation.

Il a également permis de réduire le chômage dans une période où celui-ci était parmi les plus élevé au monde (près de 30% en 1999 et 9,9% en 2016). Toutefois, ce modèle est bâti sur une base vulnérable, où les conditions de sa reproduction s’appuient principalement sur l’exploitation de ressources naturelles épuisables. La violence du choc pétrolier actuel met en évidence la fragilité de ce modèle économique.

L’urgence de construire un nouveau modèle économique qui passe par de profondes transformations structurelles, en vue d’assurer une croissance économique accélérée et une équité sociale affranchie de la dépendance des hydrocarbures.

C’est la raison pour laquelle l’ajustement interne à entreprendre sur la période 2016-2019 ne constitue pas une finalité en soi mais doit être considérée plutôt comme un début de l’affranchissement de cette dépendance.

Cette note synthétique résume les propositions les plus saillantes du Nouveau modèle de croissance économique qui cible l’émergence de l’économie nationale à horizon 2030 et trace les trajectoires de sortie de la crise budgétaire à court terme (2016-2019) adossée à des réformes de la politique budgétaire.

Télécharger le Modèle 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici