Pour la soirée du dimanche 3 aout, le public de la 51ème édition du Festival International de Carthage avait rendez-vous avec la diva africaine Oumou Sangaré pour un spectacle dédié en grande partie aux droits des femmes.
Comme à son habitude la chanteuse malienne, l’une des plus grandes voix d’Afrique, s’est appuyée sur la tradition musicale pour envoyer un message de lutte contre l’exploitation des femmes dans le monde entier et en particulier celles d’Afrique qui souffrent le martyr et qui ne trouvent généralement personne pour les défendre. Pour toutes ses femmes, Oumou Sangaré a confirmé une nouvelle fois qu’elle était la voix des sans-voix.
De par ses chansons, la diva a abordé pendant cette soirée des thèmes sensibles, notamment sur la condition féminine en Afrique, qu’il s’agisse de l’excision ou de la polygamie.


Grâce à sa voix exceptionnelle, Oumou Sangaré a essayé de réveiller la conscience féminine en interprétant notamment quelques uns de ses titres les plus connus comme Seya, Moussoulou ou Ko Sira.
Côté gradins, le public était aux anges pendant la totalité du show et on pouvait apercevoir plusieurs personnes danser tout au long du spectacle et vibrer aux rythmes de la musique africaine, notamment lorsque l’artiste avait choisi de s’exprimer en français pour être plus proche de son public.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici