dimanche, mars 7, 2021

Le secteur du cuir et chaussure : Quelle stratégie à l’horizon 2035 ?

Dans la même catégorie

L’endettement du secteur agricole très élevé

Les dettes du secteur agricole ont atteint 800,5 MD en 2020, représentant 25 mille agriculteurs, a déclaré le gouverneur...

Signature d’une convention entre BH BANK ET La CNRPS

La BH Bank et la Caisse nationale de retraite et de prévoyance sociale (Cnrps) ont signé une convention portant...

Pétrole: L’Opep+ prolonge pour l’essentiel sa baisse de production

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés, réunis au sein du groupe Opep+, sont convenus jeudi de...

Chris Geiregat: La Tunisie a besoin d’une nouvelle direction économique, différente de celle de la décennie passée

« La Tunisie a besoin d’une nouvelle direction économique, une direction qui est différente de celle de la décennie...

TIA – APIA : Pour un meilleur accompagnement des investisseurs

M. Baligh Ben Soltane, président de l’Instance tunisienne de l’investissement ou Tunisia Invest Autority (TIA), et Mme Inji Dokki...

Le secteur du cuir et de la chaussure a perdu depuis la pandémie du Covid 19 plus de 200 entreprises, a affirmé vendredi, le président de la Fédération nationale du cuir et de la chaussure relevant de l’UTICA Akram Belhaj lors d’un atelier de dialogue sectoriel sur le domaine du cuir et de la chaussure tenu, à Tunis.

La pandémie a également, entrainé une baisse des exportations de ce secteur de 30% et augménté davantage les difficultés qui entravent son développement tels que le marché parallèle et la contrebande et les problèmes logistiques au port de Rades, a-t-il ajouté.

Selon un communiqué publié par l’UTICA, d’autres problématiques freinent encore le secteur malgré ses potentialités importantes, dont la perte de parts importantes de marché national, l’inexistence de financement accessible aux entreprises et le manque de soutien des autorités aux entreprises du secteur.

Le débat a porté, au cours de cet atelier, sur les perspectives du secteur et les moyens de le développer et de renforcer sa compétitivité en termes de qualité, de coût et d’exportation.

Les représentants de chaque sous-secteur, de la tannerie aux produits finis ont recommandé particulièrement, la construction d’abattoirs mécanisés et centralisés dans les grandes villes, la mise en œuvre d’une stratégie nationale pour la certification de conformités aux normes internationales, la facilitation de l’accès au financement, ainsi que le renforcement de l’appui au secteur de la part des autorités concernées, lit-on dans le communiqué.

L’organisation de l’atelier s’inscrit dans le cadre de l’élaboration de la stratégie nationale de l’industrie et de l’innovation à l’horizon 2035, laquelle est encadrée par le ministère de l’Industrie et des petites et moyennes entreprises en coopération avec la l’UTICA.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Kais Saied renouvelle ses félicitations au Groupe Telnet

Le président de la République, Kais Saied, a renouvelé, jeudi, ses félicitations au Groupe Telnet, qui a réussi à...

A lire également