dimanche, septembre 27, 2020

Tahar El Almi: La Tunisie devrait lancer un plan de 25 milliards de dinars sur 3 ans, pour éviter un effondrement économique

Dans la même catégorie

La BH BANK lance son Centre de Développement des Compétences « BH Academy » : Un acquis et des ambitions

La BH Bank vient d’inaugurer son centre de Développement des Compétences « BH Academy» lors d’une cérémonie présidée par...

Le projet du budget de l’Etat 2021 au cœur d’une réunion à la Kasbah

L'avancement de l'élaboration du projet du budget de l'Etat pour l'année 2021 a été au cœur d'une réunion, jeudi,...

Italian Exhibition Group: Ecomondo et Key Energy 2020, essentiels pour l’avenir du pays

Profondément innovants, comme toujours. En direct et par voie numérique, accessibles et sûrs, pour libérer le potentiel du marché...

Jabeur Ben Attouch: 98% des agences de voyages, menacées de faillite, d’ici fin octobre 2020

98% des agences de voyages exerçant en Tunisie, sont menacées de faillite, d'ici fin octobre 2020, si les mesures...

MIQYES 2019 : 17,6% des PME toujours bloquées et 50,4% jugent la reprise très lente et préjudiciable

Cette année, le MIQYES mesure à la fois la santé des PME en 2019 ainsi que l’impact du COVID-19...

« La Tunisie devrait lancer un plan de sauvetage de 25 milliards de dinars sur 3 ans (2021-2022-2023), pour soutenir l’économie et l’emploi, soit l’équivalent des pertes estimées de création de richesses réelles en 2020 » estime l’économiste, universitaire et fondateur de l’Institut africain d’économie financière (IAEF-ONG), Dr Tahar El Almi, dans une interview avec l’agence TAP.

Selon ses estimations « la Tunisie perdrait 25 milliards de dinars de PIB réel à fin 2020, avec la crise provoquée par la pandémie du Coronavirus ».

« Le plan, dont le montant représente environ 7% du PIB par an, sur 3 ans, aux prix courants, devrait être exécutable dès à présent, pour s’étendre sur trois ans (2021-2022-2023). Il viserait à éviter que la crise sanitaire liée au coronavirus, ne provoque un effondrement de l’économie nationale. Le premier objectif serait la création de 170 000 emplois, sur les 3 ans » précise-t-il.

« Le dispositif à mettre en place devrait consacrer 35% des financements du plan de sauvetage global, à l’amélioration de la compétitivité économique du pays, 30% au développement de l’investissement public dans l’infrastructure de base et les sources d’énergie plus respectueuses de l’environnement, 25% au soutien à l’emploi privé inclusif, particulièrement malmené par la crise et 10% au soutien des catégories sociales vulnérables ».

Toujours selon notre interlocuteur, « le premier volet du dispositif sur la compétitivité, devrait inclure une baisse d’impôts sur trois ans (2020-2021-2022), ainsi qu’une réduction des contributions et cotisations payées par les entreprises, quel que soit leur niveau de rentabilité « .

« Le deuxième volet dédié à la cohésion sociale et régionale, devrait prévoir des investissements dans la santé, l’éducation et l’emploi des jeunes, via notamment des primes à l’embauche et des dégrèvements fiscaux pour les entreprises ».

Ce plan doit aussi, prévoir des investissements dans les BTP, les transports notamment le ferroviaire et la construction et la réhabilitation des infrastructures publiques (écoles, hôpitaux..). Le logement social et l’industrie solaire / photovoltaïque, élément clé de la transition énergétique et écologique, devront aussi, bénéficier de financements sur trois ans.

Pour l’économiste, « le creusement du déficit des finances publiques, pourrait être financé par un emprunt obligataire intérieur et compensé par le surplus de recettes fiscales généré par la relance des investissements et de l’emploi dés 2021 « .

« Le nouveau gouvernement devrait ainsi, ramener l’économie à ses niveaux d’avant la crise (2019) d’ici fin 2022, alors que le pays s’achemine vers la pire dépression qu’il ait connue depuis l’indépendance, avec une contraction du PIB de l’ordre de – 22% pour l’instant, mais qui devrait s’établir à -34,89%, d’ici, fin 2020 », a-t-il conclu.

Articles récents

Le baromètre tunisien plonge dans le rouge courant la semaine du 21 Septembre

Après avoir enchaîné quatre semaines consécutives dans le vert, la bourse de Tunis s’est retrouvé cette semaine dans le...

La BH BANK lance son Centre de Développement des Compétences « BH Academy » : Un acquis et des ambitions

La BH Bank vient d’inaugurer son centre de Développement des Compétences « BH Academy» lors d’une cérémonie présidée par son Directeur Général, Monsieur Hichem...

 L’AFC lance une obligation verte de 150 millions de francs suisse pour financer le développement durable de l’Afrique

La Société Financière Africaine ("l’AFC" ou la "Société"), le principal fournisseur de solutions d’infrastructure en Afrique, annonce aujourd'hui le succès de l'émission de son...

La Bourse de New York finit la semaine dans le vert grâce aux technologiques

La Bourse de New York a fini en hausse vendredi de 1,34% après l’annonce de la hausse des commandes de biens durables aux Etats-Unis...

Les Bourses Européennes: Le risque sanitaire plombe les actions de la zone euro

Les principales Bourses de la zone euro ont terminé vendredi dans le rouge une semaine compliquée pour les marchés d’actions en raison notamment d’évolutions...

Dans la même catégorie