jeudi, octobre 1, 2020

Algérie: bientôt 2 Centrales électriques solaires de 500 MW chacun

Dans la même catégorie

La BERD, l’UE et leurs partenaires soutiennent les investissements verts au Maroc

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) et l'Union européenne (UE) soutiennent les investissements verts du...

Italian Exhibition Group: Ecomondo et Key Energy 2020, essentiels pour l’avenir du pays

Profondément innovants, comme toujours. En direct et par voie numérique, accessibles et sûrs, pour libérer le potentiel du marché...

Rosthom Fadhli, nouveau gouverneur de la Banque d’Algérie

Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a annoncé, dimanche à Alger, la nomination de M. Rosthom Fadhli,...

Maroc: La Berd apporte son soutien aux opérateurs d’infrastructures vitales pendant la pandémie

La Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement (BERD) apporte son soutien aux entreprises publiques afin de garantir...

Algerie – Le ministre de l’Industrie, Ferhat Aït Ali Braham : Des nouvelles mesures incitatives prévues dans la LF 2021

Le ministre de l'Industrie, Ferhat Aït Ali Braham a affirmé mardi à Alger que la Loi des Finances (LF...

Deux nouveaux programmes de production d’électricité à base d’énergie solaire, de 500 mégawatts chacun, seront prochainement lancés et proposés au partenariat, a indiqué lundi à Alger le ministre de la Transition énergétique et des Energies renouvelables, Pr. Chems Eddine Chitour.

« Dans l’immédiat nous avons 150 mégawatts qui sont dans le pipe et pour lesquels des appels d’offres ont été soit lancés soit en voie de l’être. Ensuite nous allons proposer deux programmes de 500 mégawatts chacun, ce qui va nous permettre de choisir nos partenaires », a avancé le ministre sur les ondes de la chaine 3 de la Radio nationale.

Le ministre à expliqué que l’Algérie ne comptait pas réaliser des grandes centrales électrique fonctionnant à l’énergie solaire mais plutôt investir dans « des petites centrales un peu partout ».

« Nous n’allons pas faires des centrales de 1.000 mégawatts. Nous allons mettre en place des petites centrales de 50, 100 ou 150 mégawatts en fonction de la demande des secteurs », a-t-il dit.

Il va falloir cependant trouver les financements nécessaires, a fait observer Pr Chitour.

Pour ce faire, l’Algérie mise sur ses grands partenaires étrangers leadeurs dans les énergies renouvelables, notamment la Chine, l’Allemagne et les Etats-Unis.

Une fois convaincus par l’investissement dans les programmes du renouvelable en Algérie, les futurs partenaires pourront être « payés avec les fonds épargnés grâces aux économies faites en termes de consommation de gaz naturel ».

Lire aussi: Sonelgaz: signature de contrats pour la réalisation de neuf centrales électriques
« Nous allons dire à nos partenaires étrangers que nous allons vous payer avec le gaz naturel non consommé », a-t-il dit.

Plus explicite, il précise qu’une centrale thermique de 1.000 mégawatts consommait autour de 1,5 milliard de m3 de gaz/an tandis qu’une centrale solaire de 1.000 mégawatts en consomme 500 millions de m3 gaz/an en moins. Cette économie en gaz sera donc vendue et permettra au pays d’engranger 200 millions de dollars/an, a-t-il soutenu.

« Et ce sont des fonds que nous allons utiliser pour financer, en partie, notre plan d’énergie renouvelable », a-t-il expliqué en insistant sur la nécessité de mettre en place un vrai modèle énergétique pour définir clairement les perspectives à l’horizon 2030.

Interrogé sur le programme sectoriel, prévoyant la production de 4.000 MW d’ici à 2024, Pr Chitour a laissé entendre que la réalisation d’un programme aussi gigantesque n’était pas programmée à moyen terme.

« Franchement je n’en sais rien des 4.000 mégawatts et je n’aime pas les effets d’annonce », a-t-il dit, préférant entamer la réalisation du plan des énergies renouvelables étape par étape, en commençant par des petites centrales, tout en recherchant les partenaires et les financements nécessaires.

Depuis 2010, les capacités installées en énergies renouvelables en Algérie n’ont pas dépassé les 400 MW, selon un bilan provisoire du Commissariat aux Energies Renouvelables et à l’Efficacité Energétique (CEREFE).

Selon Noureddine Yassaa, premier responsable de cette instance, les réalisations des capacités installées en énergies renouvelables en Algérie entre 2010 et 2019 sont évaluées à environ 390 MW, soit 1,8 % des 22.000 MW de la capacité totale à déployer à l’horizon 2030.

Articles récents

H&M : Le bénéfice dépasse les attentes au 3e trimestre, le redressement se poursuit

H&M a fait état jeudi d’un bénéfice trimestriel légèrement supérieur au résultat préliminaire annoncé par le groupe le 15...

BMW lance une nouvelle série spéciale de son X2. Son nom : la M Mesh Edition

Encore plus attrayant et plus original, le Sports Activity Coupé (SAC) définit de nouvelles références avec la BMW X2 M Mesh Edition. Basé sur...

Téléphonie : Galaxy S20 FE, Samsung dévoile un nouveau venu dans la gamme des Galaxy S20

Avec le Galaxy S20 FE, Samsung dévoile un nouveau venu dans la gamme des Galaxy S20. Il porte en lui tout l’héritage de ses...

PBR Rating publie sa note macroéconomique et ses perspectives de croissance pour la Tunisie

Dans le cadre de ses travaux d’études et d’analyse des données macroéconomiques et des performances sectorielles de l’économie tunisienne, l’agence de notation nationale PBR...

APII: Chute de 21,6% du nombre de projets d’investissement déclarés dans l’industrie

L'Agence de promotion de l'industrie et de l'innovation (APII) vient de publier le bulletin de conjoncture à fin août 2020 relatifs aux investissements déclarés....

Dans la même catégorie