« Les yeux du monde sont rivées sur la Tunisie, et l’Amérique veut le succès de la Tunisie », a dit le secrétaire d’Etat américain, John M. Kerry au terme d’une visite de quelques heures en Tunisie. Après celui entamé en 2014 à Washington à l’occasion de la visite du président de la République, ce deuxième « dialogue stratégique » a porté sur les perspectives de coopération entre les deux pays. Sur le plan économique, le secrétaire d’Etat n’a pas manqué de rappeler que l’aide américaine avait atteint « plus de 700 millions de dollars » depuis la révolution de 2011.

Une nouvelle garantie américaine de prêt de 500 millions de dollars est à l’étude. Quant à l’aide militaire, elle est passée de 50 millions de dollars par an avant à 250 millions de dollars en 2015. La Tunisie qui a érigé un mur de protection de 200 kilomètres sur la frontière avec la Libye aspire également à bénéficier d’une aide de la part des Etats-Unis pour parachever cet ouvrage qui doit s’étendre sur 300 kilomètres et sécuriser ses frontières avec l’Algérie. En mai dernier, les Etats-Unis ont octroyé à la Tunisie le statut d’« allié majeur non membre de l’Otan », un statut qui lui permet de bénéficier d’une coopération militaire renforcée avec les Etats-Unis. Au cours de sa visite, John Kerry a rencontré le président de la République et le Quartet, lauréat du prix Nobel de la paix.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici