samedi, février 27, 2021

Bourses européennes : L’appétit pour le risque résiste aux mauvaises nouvelles

Dans la même catégorie

Wall Street: La Bourse de New York ouvre dans le désordre, pause sur les rendements

La Bourse de New York évolue en ordre dispersé vendredi dans les premiers échanges au lendemain d'une forte baisse...

Les Bourses européennes ont terminé la semaine en baisse avec les craintes sur l’inflation

Les Bourses européennes ont terminé en baisse vendredi, la récente envolée des rendements obligataires, déclenchée par les inquiétudes concernant...

Zone euro: Les prêts aux entreprises ralentissent avec le retour de la récession

Les prêts aux entreprises de la zone euro ont ralenti le mois dernier, alors que le flux de nouveaux...

Les Bourses européennes ont fini en hausse, mais les craintes sur l’inflation demeurent

Les Bourses européennes ont fini en hausse mercredi au terme d'une séance hésitante, tiraillées entre la confiance des investisseurs...

Allemagne: Le PIB soutenu par l’export et la construction au 4e trimestre

Le dynamisme des exportations et de la construction a permis à l'économie allemande de rebondir plus vigoureusement qu'estimé initialement...

Les nouvelles inquiétantes sur le front des contaminations au coronavirus n’altèrent pas l’optimisme qui règne sur les marchés d’actions et a permis lundi aux principales Bourses européennes de finir nettement dans le vert.

À Paris, le CAC 40 a gagné 1,73% à 5.056,23 points. Le Footsie britannique a pris 1,33% et le Dax allemand 1,32%.

L’indice EuroStoxx 50 a progressé de 1,63%, le FTSEurofirst 300 de 1,05% et le Stoxx 600 de 1%.

Les intervenants de marché continuent donc de voir le verre à moitié plein pour débuter une semaine qui sera riche en indicateurs économiques et verra tomber les premiers résultats des entreprises américaines au deuxième trimestre.

Ils privilégient toujours les annonces encourageantes comme celles de Gilead Sciences sur son traitement expérimental remdesivir plutôt que de se focaliser sur les nouvelles moins rassurantes comme le record de contaminations par le nouveau coronavirus enregistré dimanche par l’Organisation mondiale de la santé.

Le nombre de cas de contamination au coronavirus recensés dans le monde a dépassé lundi le seuil des 13 millions, selon un décompte de Reuters, et plus de 568.500 décès liés à l’épidémie ont été dénombrés.

Les indices boursiers n’en continuent pas moins de grimper, l’ouverture de la saison des résultats du T2, qui commencera véritablement mardi avec trois grandes banques américaines et devrait être la plus mauvaise depuis la crise financière de 2008, aussi bien aux Etats-Unis qu’en Europe, ne parvenant pas non plus à freiner leur progression.

Selon les données IBES de Refinitiv, les bénéfices des sociétés du S&P-500 américain devraient avoir chuté de 44,1% au deuxième trimestre et ceux du Stoxx 600 européen de 53,9%.

Les indicateurs économiques attendus dans les prochains jours avec, entre autres, l’inflation américaine, la production industrielle en zone euro et aux Etats-Unis et la croissance chinoise pour le deuxième trimestre, pourraient peut-être changer la donne.

VALEURS EN EUROPE
Tous les indices sectoriels européens ont fini dans le vert, emmenés par celui des ressources de base (+1,73%), qui a profité des espoirs de redressement en Chine et de la hausse des cours des métaux industriels, et celui des transports et des loisirs (+1,87%).

Du côté du CAC 40, les plus fortes progressions du jour sont pour ArcelorMittal et Safran, qui ont gagné respectivement 4,03% et 4,87%.

Contre la tendance à Paris, Ubisoft (-4,98%) a accusé l’une des plus fortes baisses du Stoxx 600 après le départ de plusieurs cadres de l’éditeur de jeux vidéo face à des accusations de comportements inappropriés qui s’apparenteraient, selon des articles de presse, à du harcèlement sexuel.

A WALL STREET
A l’heure de la clôture en Europe, les indices de Wall Street, qui ont augmenté leurs gains, prennent de 1,3% à 1,8%.

En attendant les comptes trimestriels des banques de Wall Street, Pepsico a publié les siens avant l’ouverture des marchés américains. Ils sont meilleurs qu’attendu et l’action prend 2,19%.

JPMorgan, Citigroup et Wells Fargo publieront leurs résultats mardi avant l’ouverture de la Bourse de New York.

CHANGES/TAUX
Sur le marché des changes, le billet vert, qui perd de son attrait de valeur refuge, cède 0,3% face à un panier de devises de référence dont l’euro qui s’apprécie de 0,56%, à 1,1362 dollar.

Les obligations d’Etat sont délaissées dans un climat favorable aux actifs risqués et leurs rendements grimpent. Celui du Bund allemand à 10 ans a pris six points de base à -0,41%. Le rendement des Treasuries à 10 ans progresse pour sa part de deux points de base à 0,66%.

Les cambistes et les investisseurs obligataires s’émeuvent peu de l’approche de la réunion monétaire de la Banque centrale européenne qui se tiendra jeudi et dont ils n’attendent rien de fracassant.

PÉTROLE
Les cours du pétrole se stabilisent après avoir reculé, à la veille de la réunion du comité ministériel de suivi de l’Opep+, qui devrait recommander un assouplissement des réductions de production, selon plusieurs sources.

Le Brent se traite à 43,20 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) à 40,51 dollars.

Articles récents

Tunisie Clearing, accréditée émetteur officiel

Tunisie Clearing a été accréditée en qualité d’émetteur officiel des Identifiants d’entités juridiques (LEI) par la Fondation Internationale des...

A lire également