vendredi, septembre 25, 2020

Coronavirus / UNESCO : Fracture numérique préoccupante dans l’enseignement à distance

Dans la même catégorie

La valeur de Tesla perd 50 milliards de dollars malgré la promesse d’une batterie moins chère

Les investisseurs ont retranché mardi 50 milliards de dollars de la valeur marchande de Tesla malgré la promesse du...

USA : Le chômage nourrit les doutes sur la reprise

Les principales Bourses européennes ont terminé en baisse jeudi, l’augmentation inattendue des inscriptions au chômage aux Etats-Unis ayant ravivé...

FMI: L’horizon économique mondial un peu moins sombre qu’attendu

Les perspectives d’évolution de l’économie mondiale ne sont pas aussi défavorables qu’on ne le craignait il y a trois...

Hyundai en discussion avec l’UE sur le rachat de Daewoo

Hyundai Heavy Industries, numéro un de la construction navale, est en pourparlers avec les autorités européennes de la concurrence,...

La Bourse de New York clôture en baisse, 3e semaine de repli pour le Nasdaq et le S&P 500

Entre prises de bénéfices et remontée des inquiétudes relatives à la pandémie de coronavirus, la Bourse de New York...

Privés d’école à cause de la pandémie de Covid-19, 826 millions d’élèves et d’étudiants n’ont pas accès à un ordinateur à domicile et 706 millions n’ont pas d’Internet à la maison, alors que l’enseignement numérique à distance est utilisé pour assurer la continuité de l’éducation dans la grande majorité des pays, a déploré l’UNESCO.

Ces chiffres ont été compilés par l’Équipe spéciale internationale sur les enseignants, une alliance coordonnée par l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), sur la base des données de son Institut de statistique, et de l’Union internationale des télécommunications (UIT), précise l’ONU sur son site.

Les disparités sont particulièrement marquées dans les pays à faible revenu : en Afrique subsaharienne, 89% des apprenants n’ont pas accès aux ordinateurs familiaux et 82% n’ont pas l’Internet, selon la même source.

En outre, alors que les téléphones mobiles peuvent permettre aux apprenants d’accéder à l’information, de se connecter entre eux et avec leurs enseignants, environ 56 millions d’apprenants vivent dans des des lieux non desservis par les réseaux mobiles, dont près de la moitié en Afrique subsaharienne, précise l’UNESCO.

La Directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay, relève, en outre, que « la poursuite de l’enseignement et de l’apprentissage ne peut se limiter aux moyens en ligne ».

« Pour réduire les inégalités préexistantes, nous devons également soutenir d’autres alternatives, notamment le recours aux émissions de radio et de télévision communautaires, et la créativité dans toutes les formes d’apprentissage. Ce sont des solutions que nous abordons avec nos partenaires de la Coalition mondiale », a-t-elle ajouté.

Au moins 1,5 milliard d’élèves et 63 millions d’enseignants du primaire et du secondaire sont touchés par les perturbations sans précédent causées par la pandémie de Covid-19, avec la fermeture d’écoles dans 191 pays, précise l’ONU, ajoutant que même pour les enseignants des pays disposant d’une infrastructure fiable de technologies de l’information et de la communication (TIC) et d’une connectivité domestique, la transition rapide vers l’apprentissage en ligne a été difficile.

Pour les enseignants des régions où les TIC et les autres méthodes d’enseignement à distance sont moins disponibles, la transition a été encore plus difficile, voire impossible.

Les enseignants ont également besoin de formation pour dispenser efficacement l’enseignement à distance et en ligne mais ce type de soutien est particulièrement rare dans les pays à faible revenu, estime l’ONU, rappelant qu’en Afrique subsaharienne, seuls 64% des enseignants du primaire et 50% de ceux du secondaire ont reçu une formation minimale qui, souvent, n’inclut pas de compétences en TIC.

« Ces inégalités constituent une réelle menace pour la continuité de l’apprentissage en cette période de perturbation sans précédent de l’éducation », a déclaré la Sous-directrice générale de l’UNESCO pour l’éducation, Stefania Giannini, citée dans le communiqué

C’est pour remédier à ces lacunes que la Coalition mondiale pour l’éducation Covid-19 a été lancée, rassemblant plus de 90 partenaires des secteurs public et privé, afin d’élaborer des solutions universelles et équitables et rendre la révolution numérique inclusive, précise l’ONU.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

La valeur de Tesla perd 50 milliards de dollars malgré la promesse d’une batterie moins chère

Les investisseurs ont retranché mardi 50 milliards de dollars de la valeur marchande de Tesla malgré la promesse du...

Le projet du budget de l’Etat 2021 au cœur d’une réunion à la Kasbah

L'avancement de l'élaboration du projet du budget de l'Etat pour l'année 2021 a été au cœur d'une réunion, jeudi, au palais du gouvernement à...

Italian Exhibition Group: Ecomondo et Key Energy 2020, essentiels pour l’avenir du pays

Profondément innovants, comme toujours. En direct et par voie numérique, accessibles et sûrs, pour libérer le potentiel du marché et la connaissance que le...

Jabeur Ben Attouch: 98% des agences de voyages, menacées de faillite, d’ici fin octobre 2020

98% des agences de voyages exerçant en Tunisie, sont menacées de faillite, d'ici fin octobre 2020, si les mesures d'appui financier prises par le...

USA : Le chômage nourrit les doutes sur la reprise

Les principales Bourses européennes ont terminé en baisse jeudi, l’augmentation inattendue des inscriptions au chômage aux Etats-Unis ayant ravivé les craintes d’un tassement de...

Dans la même catégorie