jeudi, mars 4, 2021

AFRIQUE : La croissance régionale est attendue à 2% pour 2020

Un ralentissement de la croissance mondiale (et notamment en Chine) et des environemments politico-sécuritiares parfois difficiles pésèront sur les activités de plusieures « grandes » économies. Ces fragilités ne sont pour l’instant que partiellement reflétées sur les marchés, où l’appétit pour le « risque Africain » reste fort.

Dans la même catégorie

Afrique-Infrastructure : La Route transsaharienne reliant six pays africains dont la Tunisie bientôt achevée

Le projet de la Route transsaharienne reliant six pays africains à savoir l'Algérie, la Tunisie, le Mali, le Niger,...

BAD – NEPAD: Pour une meilleure contribution à l’édification de l’infrastructure

Le Nepad et la Banque africaine de développement entretiennent des liens étroits pour relever les défis du développement depuis...

Caisses des dépôts et des consignations – BAD: Gestion améliorée de l’épargne et des investissements

Caisses des dépôts et des consignations : la Banque africaine de développement (BAD) fournit les clés pour une gestion...

Afrique de l’Ouest et Sahel : l’ONU dresse un tableau mitigé de la situation devant le Conseil de sécurité

Le chef du Bureau des Nations Unies pour l'Afrique de l'Ouest et le Sahel (UNOWAS), a dressé un tableau...

la BAD annonce un engagement de 6,5 milliards de dollars pour la Grande muraille verte

La Banque africaine de développement (BAD) a annoncé, lundi, un appui de 6,5 milliards de dollars au profit du...

La plupart des observateurs continuaient jusqu’à début mars de tabler sur un rebond de la croissance régionale en 2020 (après deux années de ralentissement), à un niveau proche de 4 %. Cette projection se fondait principalement sur le redémarrage attendu dans plusieurs « grandes » économies de la région et dans les pays pétroliers / miniers ; ces deux « groupes » (non exclusifs) ayant enregistré depuis plusieurs années des performances économiques décevantes. Une telle reprise de l’activité est toutefois désormais peu probable, et la croissance régionale devrait rester médiocre.

Le ralentissement de l’activité chinoise va impacter la région principalement à travers le canal commercial, via un effet quantité pour les pays commerçant le plus avec la Chine et via un effet prix pour tous les pays exportateurs de matières premières industrielles (pétrole, gaz, métaux). À ce titre, les cas de l’Afrique du Sud et de l’Angola semblent les plus problématiques, étant donné leur poids dans le PIB Africain (respectivement 15 % et 5 %). Le 1er pays, qui a enregistré en 2019 sa croissance la plus faible depuis 2009 (0,2 % en ga.), voit ce double effet s’ajouter à plusieurs problèmes domestiques : taux d’investissement structurellement faible (à peine supérieur à 15 % du PIB) ; tensions sociales récurrentes (alimentées par un chômage et des inégalités élevées) ; finances publiques et infrastructures grevées par des entreprises publiques défaillantes (en particulier le fournisseur d’électricité ESKOM) ; etc. Au total, le pays – vraisemblablement le plus intégré au cycle industriel mondial en Afrique – pourrait voir sa croissance rester à peine stable en 2020, au lieu d’un rebond attendu légèrement sous les 1 %.

En Angola, après 4 ans de contraction, le retour à une faible croissance du PIB (aux alentours de 1 %) en 2020 semble également compromis. Tout d’abord, la production pétrolière du pays continue de décroître en raison de problèmes techniques répétés, dépassant à peine 1,3 millions de barils/jour fin 2019, son plus bas niveau depuis 15 ans. La baisse prévisible des quantités exportées vers la Chine (principal partenaire commercial du pays) ne devrait pas stimuler le secteur. En outre, des prix pétroliers plus faibles (-35 USD/b depuis le début de l’année) viendront émousser des équilibres budgétaires et extérieurs déjà fragiles, alors même que les remboursements de dette extérieure estimés pour cette année sont élevés (environ 7 Mds USD). Ce double effet (quantité et prix) viendra également fragiliser plusieurs économies d’Afrique Centrale ou Australe exportatrices de matières premières industrielles, telles que la Zambie, la Guinée Équatoriale et la République du Congo, trois pays présentant d’importants problèmes de croissance et de dette publique depuis plusieurs années. Enfin, d’autres « grands » exportateurs de pétroles tels que le Nigéria et l’Algérie (respectivement 20 % et 7 % du PIB régional), qui seront principalement affectés par l’effet prix (car exportant principalement vers l’Europe ou les États-Unis), souffrent pour leur part de situations sécuritaires ou politiques encore difficiles : persistance des conflits religieux ou entre éleveurs et agriculteurs dans le 1er pays ; prolongement des mouvements sociaux et de l’incertitude politique dans le 2nd (qui retarde la formation d’un nouveau consensus social pourtant indispensable à la mise en place de réformes indispensables).

Ces menaces sur la croissance régionale, couplées à la dégradation de la soutenabilité de la dette dans la majorité des pays, ne semblent que peu impacter l’appétit des marchés financiers pour le « risque Africain ». Depuis le début de l’année : i) les spreads souverains restent relativement bas (malgré la hausse récente due au Covid-19, sans « pénalité » particulière pour l’Afrique) ; et ii) l’accès aux marchés de capitaux internationaux est confirmé, comme l’illustre les émissions d’eurobonds d’un Gabon pourtant mal noté par les agences (1 Mds USD à 10 ans ; coupon à 6,63 %) et du Ghana (dont 750 Mn USD à 40 ans ; coupon à 8,75 %).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Bourses européennes: Des indicateurs US décevants freinent la hausse des actions

Les Bourses européennes ont terminé en ordre dispersé mercredi et loin de leurs plus hauts du jour tandis que...

A lire également