Grande-Bretagne : Du mieux mais des difficultés persistent

L’activité des entreprises industrielles britanniques s’est améliorée en février mais des perturbations de la chaîne d’approvisionnement et la hausse des coûts liés au Brexit et à la pandémie ont entravé leur capacité à répondre à la reprise encore modérée des commandes.

L’indice PMI manufacturier a progressé à 55,1 après 54,1 en janvier, atteignant son plus haut niveau en deux mois. Une première estimation l’avait donné à 54,9.

Toutefois, une grande partie de cette augmentation reflète des délais de livraison plus longs et des coûts plus élevés, qui, historiquement, étaient liés à une activité plus intense mais qui, plus récemment, ont constitué une contrainte.

« Les entreprises ont fait état d’une amélioration de la demande sur plusieurs marchés (…) mais ont noté que l’impact continu du COVID-19, des difficultés liées au Brexit et des livraisons ont également limité la demande des commandes à l’exportation », explique IHS Markit.

La composante de l’indice mesurant la production a reculé à 50,5, son plus bas depuis mai, après 50,7.

Articles récents

A lire également