lundi, octobre 26, 2020

L’Allemagne prévoit de restreindre l’accès de son marché à Huawei

Dans la même catégorie

USA: Possible enquête antitrust contre Facebook, selon le Washington Post

Facebook pourrait faire face à des accusations d’antitrust aux États-Unis dès novembre, a rapporté vendredi le Washington Post, citant...

Le gouvernement italien oppose son veto à un accord entre Fastweb et Huawei

Le gouvernement italien s’est opposé à la conclusion d’un accord entre le groupe de télécommunications Fastweb et le chinois...

Le nombre de nouveaux abonnés Netflix en forte baisse au 3ème trimestre

Netflix Inc a annoncé mardi un nombre d’abonnés payants supplémentaires au troisième trimestre bien en deçà des attentes du...

La Chine exhorte la Suède à annuler le bannissement de Huawei et ZTE sur ses réseaux 5G

La Suède devrait faire marche arrière sur sa décision d’interdire les équipements des chinois Huawei et ZTE sur ses...

Ericsson dépasse les attentes au 3ème trimestre grâce au déploiement de la 5G en Chine

Ericsson a publié mercredi un bénéfice trimestriel courant supérieur aux prévisions des analystes, soutenu par une hausse des marges...

L’Allemagne prévoit de renforcer le contrôle qu’elle exerce sur les fournisseurs de réseaux de télécommunications, une décision qui devrait complexifier l’accès de l’équipementier chinois Huawei au plus grand marché d’Europe.

Un accord de principe a été conclu pour étendre la surveillance des fournisseurs de réseaux d’accès radio qui alimentent les services de téléphonie mobile de cinquième génération (5G) en Allemagne, ont déclaré mercredi des sources au sein du gouvernement d’Angela Merkel.

Le ministère de l’Économie a toutefois indiqué que les discussions sur le nouveau régime réglementaire proposé “se poursuivaient et n’étaient pas achevées”.

Pressés par les États-Unis, qui soupçonnent Huawei d’espionnage au profit de la Chine, les gouvernements européens ont récemment réexaminé le rôle du groupe chinois dans la construction de leurs réseaux télécoms.

Selon un haut responsable américain, restreindre l’accès de Huawei au marché allemand est l’approche à adopter.

“Nous voyons les choses évoluer dans la bonne direction en Allemagne … Il n’y a vraiment pas d’avenir possible avec Huawei”, a affirmé mercredi le sous-secrétaire d’État américain pour la croissance économique, l’énergie et l’environnement Keith Krach, exhortant Berlin à bannir le fournisseur chinois de ses réseaux 5G.

Huawei, qui n’a pas souhaité commenter, a néanmoins rappelé son expertise et la transparence dont il a toujours fait preuve avec les autorités du pays.

“Nous ne voyons aucune raison compréhensible de restreindre notre accès au marché”, a dit le porte-parole allemand du groupe.

Si l’Allemagne n’a pas officiellement exclu Huawei de ses réseaux 5G comme l’a fait la Grande-Bretagne, les étapes administratives qu’elle lui imposerait pourraient bien finir par l’étouffer.

“Le résultat final est le même”, a déclaré à Reuters un haut responsable de la sécurité.

JUGEMENTS POLITIQUES
Le renforcement de la surveillance impliquerait des services de renseignement et de cybersécurité allemands qu’ils évaluent les fournisseurs de réseaux télécoms en continu, sous réserve de l’opinion donnée par les principaux départements du gouvernement, selon des sources.

L’accord de principe doit encore être formellement rédigé.

“Nous espérons que le conseil des ministres pourra l’adopter en octobre, ou au plus tard en novembre”, a déclaré une source au sein de la coalition d’Angela Merkel.

Les opérateurs de réseaux mobiles allemands Deutsche Telekom, Vodafone et Telefonica Deutschland, qui sont tous trois des clients de Huawei, ont fait savoir que le remplacement de leurs équipements serait coûteux.

Le réseau 5G que construit par ailleurs Deutsche Telekom en Allemagne à partir de nombreux équipements Huawei devrait être en grande partie terminé d’ici l’entrée en vigueur de la nouvelle loi sur la sécurité informatique.

Huawei détient 28% du marché mondial des infrastructures de télécommunications, suivi par Nokia et Ericsson avec respectivement 15% et 14% des parts, selon le cabinet de conseil Dell’Oro.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Le textile face au choc du Covid:  2020, année la plus difficile pour le secteur depuis 20 ans

L’Institut Arabe des Chefs d’Entreprises (IACE) vient d’organiser un webinaire sous le thème : « Gérer la sous-alimentation de...

E-forum Tuniso-Britannique pour le commerce et l’investissement: La transition énergétique au cœur de la coopération bilatérale

La Chambre de Commerce Arabo-Britannique (ABCC), en partenariat avec l'ambassade de Tunisie au Royaume-Uni et la Chambre de commerce tuniso-britannique (TBCC) a organisé le...

Tunisie – BEI: Signature d’une convention de financement de 38 millions d’euros

Une convention de financement d’un montant de 38 millions d’euros (l’équivalent de 125 millions de dinars) a été signée à Tunis entre le ministre...

USA: Possible enquête antitrust contre Facebook, selon le Washington Post

Facebook pourrait faire face à des accusations d’antitrust aux États-Unis dès novembre, a rapporté vendredi le Washington Post, citant quatre sources proches du dossier. La...

Le gouverneur de la BPC, Yi Gang: La Chine cherchera à améliorer la flexibilité du yuan

La Chine cherchera à améliorer la flexibilité du yuan, et réduira les restrictions sur son utilisation transfrontalière, a déclaré samedi le gouverneur de la...

Dans la même catégorie