vendredi, septembre 25, 2020

McKinsey & Company organise le Morocco Talent Summit

Dans la même catégorie

Rosthom Fadhli, nouveau gouverneur de la Banque d’Algérie

Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a annoncé, dimanche à Alger, la nomination de M. Rosthom Fadhli,...

Maroc: La Berd apporte son soutien aux opérateurs d’infrastructures vitales pendant la pandémie

La Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement (BERD) apporte son soutien aux entreprises publiques afin de garantir...

Algerie – Le ministre de l’Industrie, Ferhat Aït Ali Braham : Des nouvelles mesures incitatives prévues dans la LF 2021

Le ministre de l'Industrie, Ferhat Aït Ali Braham a affirmé mardi à Alger que la Loi des Finances (LF...

Algérie – Serbie: la coopération bilatérale économique évoquée

Le ministre de l’Industrie, Ferhat Aït Ali Braham a reçu, mardi au siège de son ministère, l'ambassadeur de Serbie,...

AM Best : Le Maghreb – Une région, trois marchés de l’assurance uniques

Malgré leur proximité géographique et de nombreux points communs, les marchés de l’assurance au Maroc, en Algérie et en...

McKinsey & Company organise le Morocco Talent Summit

Plusieurs experts de McKinsey & Company sont venus partager avec une audience de très grande qualité leurs perspectives sur « l’avenir du travail » (Future of Work)

Une cinquantaine de dirigeants d’entreprises Marocaines se sont réunis Mardi 26 Février à l’occasion d’une table ronde organisée par McKinsey & Company avec pour but de remettre le Capital Humain au centre de l’équation économique dans un contexte de transformation massive du monde du travail.

Plusieurs experts de McKinsey & Company sont venus partager avec une audience de très grande qualité leurs perspectives sur « l’avenir du travail » (Future of Work) dans un contexte où la technologie et l’innovation transforme fondamentalement les organisations.

Mehdi Lahrichi, Directeur Associé de McKinsey à Casablanca et en charge de la practice organisation pour la région, a déclaré que « la rencontre était la première du genre et arrivait à un moment opportun ». Il ajoute « La digitalisation et l’automatisation sont en train de bouleverser le monde du travail partout dans le monde. De nombreux emplois au Maroc et ailleurs pourraient être totalement ou partiellement concernés. Il s’agit là d’un véritable choc auquel l’ensemble des acteurs économiques doivent se préparer. »

Il est impératif de rapidement réinventer le modèle de fonctionnement et les organisations car les méthodes de travail changent en permanence et la guerre des talents se durcit. Mehdi Lahrichi estime « que la santé organisationnelle est de plus en plus liée à la capacité des entreprises à se réinventer en mettant en place des organisations agiles où l’employé est de plus en plus autonome et la prise de décision fluidifiée. »

Mary Meaney, Directeur Associé Sénior de McKinsey au bureau de Paris et en charge de la practice organisation au niveau mondial a quant à elle assuré que « dans un monde où de nombreuses compétences vont devenir obsolètes, il devient de la responsabilité des entreprises d’orienter leurs employés vers les compétences de demain. » Elle ajoute « la compétence essentielle n’est plus seulement un savoir-faire technique mais la capacité à se prendre en main pour acquérir des nouvelles connaissances rapidement dans un monde où le savoir est de plus en plus accessible. » Mary Meaney a au cours de la discussion présenté les conclusions de l’ouvrage Leadership at Scale qui défend la thèse selon laquelle le leadership n’est pas inné, qu’il peut donc s’enseigner et s’apprendre ; et surtout que les programmes de développement de leadership ne doivent pas se limiter au haut de l’organigramme.

Hugo Bague, Conseiller Senior de McKinsey, a déclaré quant à lui que « ce qui compte, c’est la manière de déployer les talents. Autrement dit la seule question valable en la matière est : les meilleurs talents travaillent ils sur les vraies sources de création de valeur de l’entreprise ? »

« Dans le passé, les dirigeants d’entreprise ont pu considérer le Capital Humain comme un sujet non prioritaire ; ce n’est plus le cas aujourd’hui « , a dit M. Bague. « Aujourd’hui, le Capital Humain est souvent plus rare et donc plus coûteux que le Capital Financier. Il est donc primordial d’en faire une priorité de Direction Générale  » conclue Mehdi Lahrichi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

FMI: L’horizon économique mondial un peu moins sombre qu’attendu

Les perspectives d’évolution de l’économie mondiale ne sont pas aussi défavorables qu’on ne le craignait il y a trois...

MIQYES 2019 : 17,6% des PME toujours bloquées et 50,4% jugent la reprise très lente et préjudiciable

Cette année, le MIQYES mesure à la fois la santé des PME en 2019 ainsi que l’impact du COVID-19 sur les PME en 2020....

Tunisie: l’Union Européenne lance TEX-MED ALLIANCES, le 29 septembre 2020

TEX-MED ALLIANCES « Alliances méditerranéennes des textiles pour le développement des entreprises, l’internationalisation et l’innovation », projet de coopération avec l’Union Européenne, sera lancé...

Hyundai en discussion avec l’UE sur le rachat de Daewoo

Hyundai Heavy Industries, numéro un de la construction navale, est en pourparlers avec les autorités européennes de la concurrence, auxquelles elles pourraient faire des...

Le budget allemand approuvé pour 2021 prévoit un endettement net frôlant les 100 milliards d’euros

Le gouvernement allemand a approuvé mercredi le projet de budget 2021 présenté par le ministre des Finances Olaf Scholz qui prévoit une nouvelle dette...

Dans la même catégorie