jeudi, novembre 26, 2020

Pablo Hernandez de Cos: Les effets d’un vaccin sur l’économie ne seront pas immédiats

Dans la même catégorie

Allemagne: Recul du climat des affaires pour le deuxième mois d’affilée

Le climat des affaires en Allemagne s’est dégradé en novembre pour le deuxième mois consécutif alors que les mesures...

Allemagne: La croissance du PIB révisée à 8,5% au troisième trimestre

L’économie allemande a enregistré au troisième trimestre une croissance record de 8,5%, un chiffre légèrement supérieur à la première...

Total envisage des départs volontaires en France, cible ses sièges

Total a annoncé lundi un projet de plan de départs volontaires en France qui se traduirait par un dégel...

Bourses européennes: Les espoirs de vaccins portent les actions européennes

Les principales Bourses européennes progressent lundi matin, la perspective de vaccins contre le COVID-19 laissant espérer un assouplissement des...

Le Royaume-Uni et le Canada signent un accord de continuité commerciale post-Brexit

La Grande-Bretagne et le Canada sont parvenus samedi à un accord de "continuité commerciale" censé garantir les échanges bilatéraux...

Il faudra du temps avant qu’un vaccin contre le COVID-19 ait un effet bénéfique sur l’économie, a déclaré vendredi Pablo Hernandez de Cos, membre du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE), en soulignant que des politiques économiques ambitieuses restaient nécessaires face à la pandémie.

Les nouvelles restrictions imposées par plusieurs pays de la zone euro pour freiner la deuxième vague de cette pandémie impliquent que les prochaines projections macroéconomiques de la BCE en décembre seront très probablement revues à la baisse, a-t-il ajouté.

Le laboratoire américain Pfizer et son partenaire allemand BioNTech, ont annoncé lundi que leur vaccin expérimental contre le COVID-19 était efficace à plus de 90% selon des données encore provisoires, faisant immédiatement grimper les Bourses mondiales.

“Le vaccin est une nouvelle très positive en ce qui concerne la confiance des investisseurs, la confiance des consommateurs et l’activité économique. Mais je veux être prudent. À court terme, les restrictions se poursuivront dans toute l’Europe”, a déclaré Pablo Hernandez de Cos.

Les bonnes nouvelles concernant le vaccin “mettront du temps à se refléter dans activité économique”, a-t-il ajouté.

“Une deuxième vague traverse l’Europe avec des effets négatifs qui n’ont pas été pris en compte dans notre scénario central sur la croissance. Il est très probable que les perspectives de décembre seront revues à la baisse en ce qui concerne la croissance.”

Pablo Hernandez de Cos a toutefois ajouté que les premiers signes de progrès dans le développement d’un vaccin permettaient d’écarter les scénarios les plus pessimistes.

Jeudi, Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale américaine, a également prévenu qu’il était trop tôt évaluer de manière fiable les implications à court terme d’un potentiel vaccin sur l’économie.

Articles récents

Les milliards qui disparaissent dans les paradis fiscaux

Selon les estimations du rapport "State of Tax Justice 2020" récemment publié, le système fiscal mondial perd plus de...

La société pétrolière ATOG veut développer ses investissements dans les énergies renouvelables en Tunisie

Des responsables de la société pétrolière tuniso-britannique ATOG (Anglo-Tunisian Oil & Gas) ont exprimé leur volonté de développer ses investissements dans les énergies renouvelables...

Instadeep s’allie à BioNTech, pour développer de nouvelles immunothérapies contre le cancer

BioNTech, laboratoire de biotechnologie et d'immunothérapie de nouvelle génération et l'un des plus grands en Europe et la startup tunisienne InstaDeep, spécialisée dans la...

Nestlé cède sa marque Yinlu à Food Wise

Nestlé a annoncé mercredi céder sa marque Yinlu, qui fabrique du lait d’arachide et du riz au lait en boîte en Chine, à Food...

Bourses mondiales: Encore au moins six mois de hausse en vue pour les actions

Les Bourses mondiales devraient continuer de monter pendant au moins six mois encore, mais à un rythme moins soutenu, en profitant des liquidités bon...

Dans la même catégorie