dimanche, janvier 24, 2021

INS – Enquête : 37,2% des entreprises tunisiennes risquent de fermer définitivement dans les conditions actuelles

Dans la même catégorie

La FTDES appelle à suspendre le paiement de la dette

Le Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES) plaide lors d’un communiqué publié hier en faveur de...

Un deuxième décaissement des subventions dédiées au transport, avant fin janvier 2021

Un deuxième décaissement des subventions destinées aux exportateurs tunisiens et accordées au transport aura lieu d'ici fin janvier 2021,...

Banque Mondiale: La pandémie responsable de la hausse de l’extrême pauvreté

Actualisation des estimations de l’impact de la pandémie du Covid-19 sur la pauvreté : retour sur 2020 et perspectives...

L’inflation est l’ennemi principal de l’économie tunisienne

Quoi qu’il en soit, il convient de noter que l’inflation est le principal de l’économie tunisienne. Pour l’année 2015,...

Total: acquisition de 20% du capital du groupe indien Adani

Total a annoncé lundi l'acquisition auprès du groupe indien Adani d'une participation minoritaire de 20% dans Adani Green Energy...

37,2% des entreprises tunisiennes exerçant pendant le 3ème trimestre 2020, ont déclaré être confrontées au risque de fermer définitivement, dans les conditions actuelles, c’est ce qui ressort des résultats de l’enquête publiée, vendredi, par l’INS, sur « l’Impact de la crise COVID-19 sur le secteur privé » (2ème phase). Réalisée en collaboration avec IFC (Société financière internationale, membre du Groupe de la Banque Mondiale), cette enquête, en trois phases, a était réalisée auprès d’un échantillon de 2,500 entreprises représentatives du secteur privé formel. Cette deuxième phase s’est déroulée en septembre et octobre et s’est intéressée, notamment à l’évolution des facteurs impactant l’activité des entreprises et les mesures destinées aux entreprises pour faire face à la crise.

L’enquête a fait ressortir, aussi, que 5,4% des entreprises étaient définitivement, fermées et 86,9% des entreprises étaient ouvertes au 3ème trimestre 2020, dont 74,7% ont réouvert après une interruption. Elle a révélé, également, que la crise sanitaire a fortement, perturbé les activités des entreprises malgré une légère amélioration post-déconfinement, soulignant que 82,3% des entreprises ont déclaré avoir subi une baisse de leur chiffre d’affaires pendant le mois de juillet contre 88,8% en avril. Parmi celles qui ont travaillé en juillet, 87,4% ont enregistré une baisse de leur cashflow, 79,8% ont enregistré un repli de la demande adressée, 59,9% ont déclaré rencontrer des difficultés d’accès aux services financiers, 52% ont signalé une difficulté d’approvisionnement en matières premières et 45,6% sont confrontées à une baisse des heures travaillées.

Ainsi, 59% des entreprises ont procédé à des ajustements liés à l’emploi en juillet, dont 17,7% ont procédé à des licenciements, 18,2% ont accordé des congés payés et 7,2% des congés sans salaires. Par ailleurs, 10,9% des entrepreneurs ont eu recours à des réductions salariales et 27,1% ont procédé à la réduction du nombre d’heures travaillées. Face à cette situation, la majorité des entreprises réclament plus de mesures de soutien pour faire face à la crise, revendiquant surtout des exonérations/ réductions d’impôt (42,7%), des injections directes de liquidité (37,6%), et le report de paiement d’impôts (27,9%). Il est à noter que 14% des entreprises tunisiennes déclarent avoir reçu un soutien gouvernemental contre 28% en Italie, 24% en Jordanie, 22% au Maroc, 33% en Roumanie et 36% en Turquie.

« Les résultats de cette seconde phase de l’enquête sur l’impact de la crise de COVID-19, sur le secteur privé tunisien, montrent un recours accru à des mécanismes d’ajustement liés à l’emploi en juillet, y compris les licenciements, malgré une légère amélioration des indicateurs d’activité à cette date. A la fin du troisième trimestre, la perception du risque sur la pérennité des entreprises semble également se détériorer » a déclaré M. Adnen Lassoued, directeur général de l’Institut national de la statistique.

« Cette deuxième phase nous permet notamment de mieux suivre l’évolution de l’impact de la crise de COVID-19 sur des secteurs clés de l’économie tunisienne, afin d’apporter des mesures de politiques publiques qui sont mieux ciblées. Le secteur privé tunisien, comme dans de nombreux autres pays, a été affecté négativement par la crise. L’essentiel, maintenant, est d’implémenter effectivement les mesures de soutien et de relance », a déclaré M. Georges Joseph Ghorra, Représentant résident d’IFC en Tunisie. Il importe de souligner que cette étude s’intègre dans le cadre du programme d’amélioration du climat des affaires d’IFC en Tunisie, avec le soutien du Secrétariat d’Etat Suisse à l’Économie et de l’Union Européenne.

Articles récents

Bourses européennes: Les actions rattrapées par les risques sanitaires et économiques

Les Bourses européennes ont fini en baisse vendredi, de nouvelles restrictions sanitaires et des indices d'activité attestant la contraction...

Dans la même catégorie