jeudi, février 25, 2021

Le Groupe Crédit Agricole table sur un taux de croissance de 2,2% en Tunisie en 2017

Dans la même catégorie

Dégradation de la notation souveraine de la Tunisie par Moody’s: Les analystes s’inquiètent et espèrent un réveil des consciences

La Tunisie a subi, encore une fois, une dégradation de sa note souveraine, par l’agence Moody’s. L’agence de notation...

QNB remporte 7 prix prestigieux dans le cadre de l’enquête d’Euromoney sur les services de Banque Privée

Le groupe QNB, la plus grande institution financière au Moyen-Orient et en Afrique (MEA), a été primée pour ses...

Tunisie — Allemagne: Lancement de fonds d’appui directs au profit des associations tunisiennes

Les micro-projets doivent être d’intérêt commun et avoir un impact immédiat et être réalisés durant l’année en cours. L’ambassade de...

Tunisie Valeurs | Bilan des activités bancaires du dernier trimestre 2020: Challenge relevé !

«Tunisie valeurs : la Maison de l’épargnant » a publié le bilan portant sur les activités des banques relatif...

Economie / Monde: la femme toujours défavorisée par rapport à l’homme

Les pays avancent à petits pas vers une plus grande égalité entre les sexes mais, à travers le monde,...

Le Groupe Crédit Agricole table sur un taux de croissance de 2,2% en Tunisie en 2017

Le Département des études Economiques du groupe français Crédit Agricole S.A, table, dans sa note hebdomadaire « l’actualité des pays émergents au 28 octobre 2016″, sur un taux de croissance de 2,2% en 2017 en Tunisie et de 1,6% en 2016 contre 0,8% en 2015.

Quant à l’inflation, elle devrait atteindre, selon la même note, 4,4% en moyenne pour toute l’année 2016 et 4,2% en 2017, contre 4,9 en 2015.

S’agissant du déficit de la balance courante, il devrait se situer à – 8,5% du PIB en 2016, avant de passer à -7,5 en 2017, contre – 9,4 % en 2015.

Commentant, depuis Paris, les prévisions du Groupe Crédit Agricole, l’expert financier Achraf Ayadi regrette la situation délicate du pays, comparé au reste des pays émergents. Son inquiétude est d’autant plus grande que « la première mouture de la Loi de Finances pour 2017 ne permet pas de mettre le pays sur le sentier de la croissance, de préserver le niveau de vie des tunisiens et de maîtriser l’endettement étranger ».

Achraf Ayadi estime encore « que la concomitance d’une pression fiscale accrue sur les acteurs économiques, d’une inflation relativement élevée et d’une faible croissance, pourraient in fine conduire à une forte contraction de la demande et donc à un phénomène de déflation ». « Il faut aider les PME et les ménages à reprendre confiance dans l’économie et dans la gestion de l’Etat pour éviter une récession de forte ampleur», recommande l’expert en finances.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Les Bourses européennes ont fini en hausse, mais les craintes sur l’inflation demeurent

Les Bourses européennes ont fini en hausse mercredi au terme d'une séance hésitante, tiraillées entre la confiance des investisseurs...

A lire également