mercredi, février 24, 2021

L’endettement de la Tunisie atteint les 52,9% !

Dans la même catégorie

QNB remporte 7 prix prestigieux dans le cadre de l’enquête d’Euromoney sur les services de Banque Privée

Le groupe QNB, la plus grande institution financière au Moyen-Orient et en Afrique (MEA), a été primée pour ses...

Tunisie — Allemagne: Lancement de fonds d’appui directs au profit des associations tunisiennes

Les micro-projets doivent être d’intérêt commun et avoir un impact immédiat et être réalisés durant l’année en cours. L’ambassade de...

Tunisie Valeurs | Bilan des activités bancaires du dernier trimestre 2020: Challenge relevé !

«Tunisie valeurs : la Maison de l’épargnant » a publié le bilan portant sur les activités des banques relatif...

Economie / Monde: la femme toujours défavorisée par rapport à l’homme

Les pays avancent à petits pas vers une plus grande égalité entre les sexes mais, à travers le monde,...

UADH : des procédures contre la tentative de résiliation du contrat par PSA

Le Conseil du marché financier porte à la connaissance des actionnaires de la société Uadh et du public qu’il...

L’endettement de la Tunisie a pris une ampleur sans précédent, passant de 45,8% en 2013 à 49,2% en 2014 et 52,9% en 2015. Une telle situation nécessite un réajustement urgent, d’après le rapport de la cour des comptes sur la clôture du budget de l’Etat pour 2013 et les premiers résultats des deux dernières années.Tenant, mardi à Tunis, une conférence de presse pour présenter le rapport, le premier président de la cour des comptes, Abdellatif Kharrat a affirmé que le déficit budgétaire est resté élevé, puisqu’il était de 6,8% en 2013 et a atteint 4,9% en 2014 et 2015, ce taux étant largement au-dessus des critères internationaux.

Il a considéré que les indicateurs des finances publiques n’ont pas connu une amélioration.D’après le rapport de la cour des comptes sur la clôture du budget de l’Etat pour 2013, il y a une nécessité pressante d’intensifier les efforts en vue de mobiliser davantage de ressources, de rationaliser les dépenses, de réaliser les projets dans les délais et avec les normes requises ainsi que d’améliorer la qualité des prestations de service.

Kharrat a appelé à instaurer la culture du résultat chez les gestionnaires et renforcer la reddition des comptes pour conférer aux interventions des structures publiques, l’efficacité requise dans le respect de la loi, l’intégrité et la transparence. Le premier président de la cour des comptes a souligné la nécessité de lancer les réformes dans de nombreux domaines relevant de la cour des comptes et de ne plus recourir aux solutions ponctuelles dans le traitement de situations résultant de difficultés structurelles.Dans son intervention, la conseillère et chef de service à la cour des comptes, Amel Elloumi Baouab a relevé la nécessité de concrétiser le système du budget par objectifs, pour améliorer la lisibilité du budget et de ses résultats.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

QNB remporte 7 prix prestigieux dans le cadre de l’enquête d’Euromoney sur les services de Banque Privée

Le groupe QNB, la plus grande institution financière au Moyen-Orient et en Afrique (MEA), a été primée pour ses...

A lire également