lundi, mars 1, 2021

Mohamed Fadhel Kraiem : Tech 4 Tunisia, un levier de croissance technologique dans divers secteurs

Dans la même catégorie

Sadok Mzabi acquiert 226 290 actions ARTES

Dans le cadre de l'application de l'article 14 du règlement du Conseil du Marché Financier relatif à la lutte...

Mourad Ben Hassine : «Code Online» une nouvelle application qui proposera les prix de détail dans différents marchés tunisiens

«L’Institut national de la consommation s’apprête à lancer, à partir de la deuxième quinzaine de mars prochain, une nouvelle...

Tunisie Clearing, accréditée émetteur officiel

Tunisie Clearing a été accréditée en qualité d’émetteur officiel des Identifiants d’entités juridiques (LEI) par la Fondation Internationale des...

Situation financière du pays: Réserves de change dans le rouge

Selon la méthode ARA, régime flottant, la fourchette d’adéquation des réserves d’un pays doit être comprise entre 100% à...

Dégradation de la notation souveraine de la Tunisie par Moody’s: Les analystes s’inquiètent et espèrent un réveil des consciences

La Tunisie a subi, encore une fois, une dégradation de sa note souveraine, par l’agence Moody’s. L’agence de notation...

Le ministère des technologies de la communication et de la transformation digitale lancera, prochainement, un nouveau programme « Tech 4 Tunisia » qui permettra de fédérer et de concrétiser des projets innovants dans divers secteurs, a annoncé le ministre, Mohamed Fadhel Kraiem.

 » Cette nouvelle initiative sera un levier et un bras d’exécution d’un certain nombre de projets innovants dans plusieurs secteurs « , a indiqué le ministre.

Dans une interview accordée à l’Agence TAP, il a expliqué que l’idée du projet a germé durant cette période au cours de laquelle une vraie dynamique a été créée en terme d’identification de solutions technologiques innovantes pour le secteur de la santé qui permettent de lutter contre la pandémie du Covid-19.

« Cette initiative est lancée et ça serait dommage de l’arrêter, d’autant plus qu’on a déjà commencé la phase de branding qui consiste à gérer l’image du produit », a-t-il avancé, ajoutant que la priorité est accordée au secteur de la santé, c’est-à-dire « Tech 4 health ».

De nouveaux secteurs suivront après (tech 4 agriculture et Tech 4 transport…), a-t-il encore indiqué, précisant que l’objectif est de capitaliser sur ce qui vient d’être fait dans le secteur de la santé, pour pouvoir structurer et pérenniser cette expérience dans le temps.

Le ministre a, dans ce cadre, affirmé que son département a reçu, jusqu’à ce jour, plus de 200 Initiatives technologiques pour la gestion de la crise et la lutte contre le COVID19.

 » Il s’agit de propositions, d’idées et de logiciels …provenant de ministères, de grandes sociétés actives en Tunisie ou à l’étranger, de PMEs et de startups « , a-t-il encore fait savoir.

 » Un portail sur le site du ministère est chargé de collecter les demandes « , a précisé le ministre, ajoutant que son département a créé une commission mixte composée de représentants des secteurs public, privé, de la société civile et un représentant des bailleurs de fonds, afin de canaliser et cadrer ces initiatives.

Concrètement, la commission examinera toutes les demandes afin d’identifier celles qui sont en adéquation avec les besoins du ministère de la santé à travers leur soumission à ce même département (santé) qui validera leur utilisation.

Evoquant le projet du Réseau National Intégré de l’Administration « RNIA » lancé, fin 2018, il a rappelé qu’il est en phase 3 « RNIA 3 « .

Le projet RNIA vise à mettre en place une infrastructure unifiée qui lie les sièges des ministères et leurs annexes, les directions régionales, les établissements publics, les gouvernorats, ainsi que les municipalités et leurs arrondissements aux centres sectoriels de l’informatique.

 » RNIA 3″ cible les municipalités soit 600 connections », a affirmé le ministre, ajoutant que le projet a été finalisé à temps avec un raccourcissement des délais à 14 mois, au lieu de 18 mois.

La prochaine phase concerne le projet RNIA 4 qui vise à assurer la connexion entre les établissements relevant du ministère de la justice, a annoncé Kraiem, rappelant que la publication du cahier des charges était prévue, l’année dernière.  » Notre département veillera à la concrétisation dudit projet, d’autant plus qu’il n’existe pas de problème de budget « , a souligné le ministre.

Revenant sur le projet « Edunet 10 » qui permettra de connecter les établissements scolaires (environ 6500 établissements) au réseau très haut débit, il a souligné que 10% d’entre eux ne disposent pas de connexion internet et 80% ne disposent pas d’une connexion haut débit.

Pour le ministre, ce programme qui permettra d’interconnecter tous les établissements scolaires notamment primaires et collèges au réseau internet très haut débit, est un grand chantier qui nécessitera des travaux de deux ans.

« On est en train de préparer les fondamentaux pour permettre au ministère de l’éducation de développer l’intégration du digital dans son programme pédagogique », a-t-il dit, ajoutant que son département est en train de préparer la consultation qui devrait commencer cette année afin de réaliser le projet dans les délais « .

Interrogé sur le système national de gestion électronique des courriers baptisé « Elissa », il a rappelé que 6 sites pilotes (6 ministères) ont été lancés.

La décision de généralisation dudit système sur tous les ministères est déjà prise, a indiqué le ministre, ajoutant que la pandémie du Covid-19 a retardé sa mise en place (prévue pour la fin du mois d’avril).

Il a annoncé, dans ce cadre que, d’ici fin mai, la plateforme sera généralisée sur toutes les administrations.

Évoquant les performances du secteur, le ministre a rappelé que 20 mille postes d’emploi, ont été créés au cours de la période allant de 2016 à 2019, dans le cadre du projet  » smart Tunisia », contre 50 mille postes prévus.

 » C’est le secteur qui a crée le plus d’emplois, au cours de la dernière période », a-t-il indiqué.

Concernant l’environnement et l’écosystème des startups, le ministre a rappelé que le cadre juridique Startup Act a permis de relever plusieurs défis auxquels elles font face.

Le lancement du label Startup Act, le 5 avril 2019, a permis la création jusqu’à aujourd’hui de 248 entreprises, dont certaines ont réussi à lever des fonds de 7 millions d’euros et d’autres de 1,7 million d’euros, a-t-il encore fait savoir.

SourceTAP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Zone-euro: pic de trois ans pour la croissance manufacturière en février

La croissance de l'activité manufacturière dans la zone euro a atteint un pic de trois ans en février grâce...

A lire également