lundi, septembre 21, 2020

Banque Centrale de Tunisie: Note de conjoncture

Dans la même catégorie

Tarek Cherif: «Le projet de loi relatif à l’intégration de l’économie parallèle ne comporte pas de mesures concrètes pour dynamiser l’économie»

Le projet de loi relatif à l'intégration de l'économie parallèle et à la lutte contre l'évasion fiscale, ne comporte...

MAC SA : « 2020, l’année de tous les défis pour les banques tunisiennes » et l’adoption des normes IFRS en 2021

L'intermédiaire en Bourse MAC S.A vient de publier une note sur les banques tunisiennes intitulée « 2020, l’année de...

OCDE: Le PIB mondial devrait diminuer de 4,5% en 2020, avant de se redresser pour augmenter de 5 % en 2021

L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) vient de publier son rapport portant sur « les perspectives économique...

GAT ASSURANCES plébiscite ses 100 meilleurs conducteurs, par l’octroi à chacun d’une carte carburant AGIL d’une valeur de 500 DT

Toujours innovante et socialement responsable par ses actions en faveur de la Prévention Routière, GAT ASSURANCES, partenaire officielle de...

La Bourse de Tunis clôture la semaine du 14 Septembre en territoire négatif

Le Tunindex recule de 0,26% pour finir à 6 881,57 points. Le Tunindex 20 perd 0,40% à 2 996,74...

La trajectoire désinflationniste, amorcée depuis le début de l’année 2019, s’est interrompue en mars 2020. Le taux d’inflation s’est, en effet, établi à 6,2%, en glissement annuel, après 5,8% en février 2020 et 7,1% une année auparavant. Cette évolution porte la marque, notamment, du rebond des prix des produits alimentaires frais et, à un moindre degré, de l’accélération des prix administrés.

La crise sanitaire internationale du COVID-19 et les restrictions entreprises courant mars 2020, pour limiter sa propagation, ont fortement pesé sur les échanges extérieurs de la Tunisie. En effet, les flux d’exportation et d’importation, en valeur, ont chuté, en mars 2020, de -30% et -27% respectivement contre des hausses de 16% et 13% une année auparavant. Malgré cela, le déficit commercial s’est atténué, sur l’ensemble du 1er trimestre 2020, à 3,5 milliards de dinars après 4 milliards de dinars un an auparavant. Hors énergie, le déficit commercial s’est également rétréci pour s’établir à 1,7 milliard de dinars, en baisse de -814 MDt par rapport aux réalisations du 1er trimestre 2019.

Paradoxalement, l’élargissement du déficit de la balance de l’énergie s’est accentué pour atteindre 1,8 milliards de dinars, à fin mars 2020, soit plus que la moitié du déficit commercial global, après 1,4 milliards de dinars ou 36,5% un an auparavant. Sur un autre plan, le flux mensuel des recettes touristiques (exprimées en euros) a chuté de près de -30%, en mars 2020, pour s’établir à 65 millions d’euros contre 93 millions une année auparavant. Sur l’ensemble du 1er trimestre 2020, les recettes touristiques ont totalisé 297 M€ (ou 930,7 MDt), soit le plus haut niveau jamais atteint au cours de la dernière décennie. Pour leur part, les revenus du travail (en espèces), exprimés en euros, ont enregistré, durant le mois de mars 2020, une légère hausse de 0,4% (en glissement annuel.) et une baisse de -15% par rapport au mois précédent.

Sur l’ensemble du 1er trimestre 2020, les revenus du travail ont enregistré une hausse marquante de 16,5% pour atteindre 355 M€ contre 305 M€ un an auparavant. La baisse du déficit commercial au premier trimestre 2020 (2,7 milliards de dinars contre 3,1 milliards de dinars au T1-2019) et la consolidation du solde excédentaire de la balance des services, ainsi que l’amélioration des revenus des facteurs et des transferts courants, ont contribué positivement à l’atténuation du déficit de la balance des opérations courantes lequel s’est rétréci à -1,9 milliard de dinars (ou -1,7% du PIB), au terme du 1er trimestre 2020, après -2,5 milliards de dinars (ou – 2,2% du PIB) un an auparavant. S’agissant des réserves en devises, elles se sont stabilisées, au 7 avril 2020, à 6,9 MUSD (ou 118 jours d’importation), soit en hausse de 7 jours d’importation par rapport à fin 2019.

Les besoins moyens des banques en liquidité ont régressé, en mars 2020, à 10,1 milliards de dinars après 10,8 milliards de dinars le mois précédent et 16,3 milliards de dinars un an auparavant. Ce repli a été favorisé, notamment, par les dépenses du Trésor au titre du remboursement de BTA de 398 MDt et des versements des salaires. Ainsi, le volume des interventions de la BCT sur le marché monétaire s’est établi à 9,8 milliards de dinars en moyenne, en mars 2020, en baisse de 654 MDt par rapport au mois précédent.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

MAC SA : « 2020, l’année de tous les défis pour les banques tunisiennes » et l’adoption des normes IFRS en 2021

L'intermédiaire en Bourse MAC S.A vient de publier une note sur les banques tunisiennes intitulée « 2020, l’année de...

OCDE: Le PIB mondial devrait diminuer de 4,5% en 2020, avant de se redresser pour augmenter de 5 % en 2021

L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) vient de publier son rapport portant sur « les perspectives économique : Coronavirus, vivre dans l’incertitude...

GAT ASSURANCES plébiscite ses 100 meilleurs conducteurs, par l’octroi à chacun d’une carte carburant AGIL d’une valeur de 500 DT

Toujours innovante et socialement responsable par ses actions en faveur de la Prévention Routière, GAT ASSURANCES, partenaire officielle de l’Association Tunisienne de la Prévention...

Les principales Bourses européennes dans le rouge pour finir la semaine, les banques et les transports pèsent

Les principales Bourses européennes ont terminé la séance de vendredi dans le rouge, pénalisées notamment par les banques et le secteur des transports et...

La Bourse de Tunis clôture la semaine du 14 Septembre en territoire négatif

Le Tunindex recule de 0,26% pour finir à 6 881,57 points. Le Tunindex 20 perd 0,40% à 2 996,74 points, Le volume drainé courant...

Dans la même catégorie