TIA & CONECT International : Un mémorandum d’entente en faveur des start-up

Signature d’un mémorandum d’entente (MoU), mercredi 10 février 2021, entre la Tunisia Investment Autority (TIA) et la Confédération des entreprises citoyennes international (Conect International), représentées respectivement par leurs présidents M. Beligh Ben Soltane et M. Foued Gueddich, dans les locaux de la TIA.

Ce protocole d’accord est destiné à valoriser l’intérêt des deux organismes pour l’unification de leurs actions et la mise en place d’une politique commune pour la promotion de la Tunisie comme destination des Technologies de l’information et des communications (TICs) et soutenir les start up et PME tunisiennes, de différents secteurs porteurs, dans leurs démarches d’exportation.

Etaient présents à cette réunion M. Mourad TissaouiI, vice-président Conect International, Mme Amel Garcia, chef de section, M. Mohamed Dahmeni, chargé de communication, M. Mohamed Manai, chef de pôle de l’évaluation et du contrôle des primes et des incitations de la TIA.

A noter que la Tunisie dispose de plusieurs potentialités dans le secteur des TIC à la faveur d’une infrastructure bien développée et un réseau haut débit performant. Ces avantages permettent l’installation d’entreprises opérant dans ce secteur dans notre pays et de travailler dans un environnement favorable.

Grande employabilité
Plusieurs start up ont fait leur apparition au cours des dernières années grâce à l’orientation des pouvoirs publics vers ce genre d’entreprises, qui n’exigent pas beaucoup d’investissement, mais sont à grande rentabilité et employabilité. Des facilités financières sont ainsi fournies aux jeunes qui veulent s’installer à leur propre compte en montant un projet, notamment dans le secteur des TIC qui ouvrent de nouveaux horizons d’emploi pour les diplômés du supérieur.

Pour ce qui est des exportations, les potentialités de la Tunisie ne sont pas toutes exploitées pour diverses raisons, dont celles qui concernent le coût du transport qui est considéré comme élevé, notamment pour les petites entreprises. Cette convention pourrait aider les start up à franchir le pas et à commencer à exporter grâce à un soutien aux start up qui peuvent vendre leurs produits à valeur ajoutée vers plusieurs destinations aussi bien en Europe que dans d’autres continents. Les exportations ne doivent pas se limiter à l’huile d’olive et aux dattes, mais peuvent concerner d’autres produits haut de gamme, comme ceux relevant du secteur des TIC, à savoir les logiciels, les applications pour entreprises, la conception des sites web, le e-learning et autres.

Articles récents

A lire également