Banque mondiale : L’appui financier à la Tunisie a atteint 400 millions de dinars en 2021

Le soutien de la Banque mondiale à la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord dépasse les 4,75 milliards de dollars pour l’exercice 2021, en pleine pandémie.

La Banque mondiale (BM) a accordé à la Tunisie un financement de 400 millions dinars, dans le cadre de la lutte contre le Covid19 et ses impacts socioéconomiques, et ce, au titre de l’exercice ayant pris fin le 30 juin 2021.

Ainsi, la banque a fourni, en mars dernier, une enveloppe de 300 millions de dollars pour des transferts monétaires au bénéfice d’environ un million de ménages vulnérables. Elle a, également , approuvé, durant la même période, un appui de 100 millions de dollars, aux programmes de vaccination contre le Covid-19 en Tunisie. Le soutien de la Banque mondiale à la région du Moyen Orient et de l’Afrique du Nord dépasse les 4,75 milliards de dollars pour l’exercice 2021, en pleine pandémie, selon un communiqué publié par l’institution de Bretton Woods, précisant que 35 nouvelles opérations ont été approuvées dans la région.

Ces opérations concernent, notamment, la riposte au Covid-19 au niveau des systèmes de santé et des entreprises, et en matière de protection sociale et des investissements intelligents face au changement climatique pour une reprise résiliente.

Le vice-président de la Banque mondiale pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, Ferid Belhaj, a déclaré que « la pandémie a mis à rude épreuve la situation déjà précaire de la région Mena et de sa population.

D’après lui, elle a, également, révélé l’urgence et la nécessité de continuer à entreprendre de nouvelles réformes, soulignant qu’il reste beaucoup à faire pour répondre aux conséquences sociales, sanitaires et économiques de la pandémie. « Nous restons déterminés à œuvrer aux côtés des pays de la région dans leur lutte contre la pandémie ainsi que dans leurs efforts pour forger un développement durable et inclusif », a-t-il encore ajouté.

Selon la BM, l’impact de la pandémie sur la région a été exacerbé par d’autres crises, telles que la volatilité des prix du pétrole et l’augmentation des troubles dans certains pays en situation de fragilité.

Articles récents

A lire également